Astronomie

Comment les scientifiques sont-ils arrivés à la conclusion que c'est l'espace qui s'agrandit ?

Comment les scientifiques sont-ils arrivés à la conclusion que c'est l'espace qui s'agrandit ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Comment les scientifiques sont-ils arrivés à la conclusion que c'est l'espace qui s'étend et non les galaxies qui s'éloignent les unes des autres comme dans une explosion géante ?


L'explication la plus simple repose sur la probabilité statistique que nous nous trouvions à un endroit et à un moment particuliers du cosmos. Disons, un instant, que nous voyons des galaxies s'éloigner de nous à cause d'une explosion cosmique qui les a mises en mouvement. Dans ce cas, nous nous attendrions à voir les galaxies dans une direction se déplacer plus rapidement que les galaxies dans une autre. En regardant vers le centre de l'explosion, nous verrions des galaxies de l'autre côté se déplacer beaucoup plus rapidement que si nous regardions dans l'autre direction.

Ce n'est cependant pas ce que nous voyons. Ce que nous observons, ce sont toutes les galaxies qui s'éloignent de nous, avec une vitesse proportionnelle à leur distance par rapport à nous. Cela signifie que plus ils sont éloignés, plus ils se déplacent rapidement. Peu importe dans quelle direction nous regardons; une galaxie distante de 500 Mpc dans une direction aura une vitesse de récession approximativement la même qu'une galaxie distante de 500 Mpc dans l'autre sens.

Cela nous force à tirer l'une des deux conclusions suivantes : soit nous sommes au centre exact de l'univers, ce qui est statistiquement impossible, soit l'espace lui-même est en expansion, donc tout s'éloigne de tout le reste. L'animation ci-dessous montre comment cela fonctionnerait. À partir de n'importe quel point de l'espace, il semblerait que tout s'éloigne de vous.

Expliquer le recul des galaxies dû à une explosion soulève également de nombreuses questions : Qu'est-ce qui a causé l'explosion ? Pourquoi cela commencerait-il à un moment donné ? Comment étaient les choses avant l'explosion ? Toutes ces questions n'ont pas de réponses acceptées. Au lieu de cela, l'expansion de l'espace est directement liée à l'idée du Big Bang. L'expansion de l'espace elle-même est ce qui a conduit le Big Bang. Ce n'est pas que l'univers s'étend en quelque chose. Au lieu de cela, l'espace lui-même est en expansion. Cependant, le sujet du Big Bang est un sujet différent, vous pouvez donc rechercher vous-même des informations à ce sujet.


La réponse de Phiteros est juste. Nous pensons que c'est l'espace qui s'étend puisque l'alternative a une chance quasi nulle d'être vraie. Mais je voulais fournir une autre pièce connexe du puzzle $-$ Le principe cosmologique. C'est l'idée que

la distribution spatiale de la matière dans l'univers est homogène et isotrope lorsqu'elle est vue à une échelle suffisamment grande.

Cela signifie que peu importe où vous vous trouvez dans l'Univers, que ce soit sur Terre ou dans une galaxie très lointaine, l'univers vous semblera le même dans toutes les directions où vous regardez. Si ce principe est vrai, cela implique quelque chose de très important sur notre univers : Il n'y a pas d'emplacement "spécial" dans l'Univers qui le distingue du reste de l'Univers.

Si l'univers était en expansion à partir d'un seul point en raison d'une explosion, ce point d'expansion serait le centre de l'univers et aurait donc une signification particulière. Si vous en étiez à ce point, vous le sauriez. Toutes les observations à ce stade seraient clairement différentes que si vous étiez n'importe où ailleurs dans l'Univers. Si le principe cosmologique est vrai, ce point ne peut pas exister.

Si quelqu'un passe vraiment le temps à y réfléchir, ce n'est pas une bonne raison pour laquelle nous savons que l'espace lui-même est en expansion (la réponse de Phiteros est la bonne raison). Ce que je dis en gros, c'est que j'invente un principe qui dit qu'il ne peut pas y avoir de centre de l'univers et si ce principe est vrai, le centre de l'univers ne peut pas exister. C'est un peu tautologique, mais il y a de bonnes preuves que le Principe Cosmologique est vrai. Nous avons effectué des observations à grande échelle de la distribution des galaxies et de la matière dans notre univers et les preuves montrent qu'à grande échelle, l'univers semble en effet être homogène et isotrope.


Cette excellente question continue de confondre les profanes ainsi que les astronomes professionnels. Dans le modèle cosmologique standard relativiste général (GR), l'Univers est décrit comme en expansion, avec des galaxies se trouvant à peu près immobiles dans l'espace et « traînées ». Ainsi, chaque observateur voit les autres galaxies reculer. L'Univers a commencé dans un $sim$état infiniment dense - de taille finie ou infinie - et n'a cessé de s'étendre depuis, non dans quelque chose, mais "par lui-même".

Modèle relativiste spécial

Une description plus intuitive, « semblable à une explosion », de la récession des galaxies serait en principe possible : dans ce modèle, le Big Bang s'est produit à un point spécifique dans un espace par ailleurs vide. Les particules ont voyagé vers l'extérieur à partir de ce point à toutes les vitesses possibles inférieures à $c$ (la gauche panneau dans la figure ci-dessous). Les particules lentes sont encore proches de ce point spécial ; les plus rapides sont plus loin, et les plus rapides - voyageant à presque $v=c$ - comportent une "surface" du nuage de débris. Dans ce modèle, l'Univers n'est pas isotrope. Mais pour tout observateur qui n'est pas au bord de ce nuage de débris, il aurait sembler isotrope, au moins pour une région suffisamment petite du nuage, et l'observateur verrait toujours les galaxies reculer à des vitesses proportionnelles à leur distance par rapport à lui. Tout ce qu'il faut, c'est que l'Univers observable de l'observateur soit suffisamment petit.

Ainsi, la réponse fournie par Phiteros est malheureusement fausse, et n'est pas une preuve que le modèle SR est faux.

Dilatation du temps

La dilatation temporelle de divers processus "d'horloge standard" dans les galaxies lointaines (par exemple, le temps qu'il faut pour qu'une supernova s'évanouisse) a été proposée comme moyen de distinguer le modèle GR du modèle SR. Cependant, il s'avère que le facteur de dilatation du temps est le même dans les deux modèles, à savoir $1+z$, où $z$ est le décalage vers le rouge de la galaxie. Donc ça ne marche pas non plus. Il Est-ce que, cependant, excluez les modèles qui ne prédisent aucune dilatation temporelle, comme l'hypothèse de la "lumière fatiguée".

Magnitudes de supernova

La meilleure "preuve" (entre guillemets car rien n'est jamais vraiment prouvé en physique, seulement vérifié ou falsifié) de GR est donnée dans Davis & Lineweaver (2004), je pense. En raison du mécanisme qui fait exploser les supernovae de type Ia, on pense que ces objets atteignent une luminosité connue à leur luminosité maximale, et peuvent donc être utilisés comme des « bougies standard ». Tracer leurs grandeurs (dans le $B$ bande, tirée de Perlmutter et al. 1999) $m_B$ par rapport à leur décalage vers le rouge, le résultat peut être comparé aux prédictions de divers modèles cosmologiques. Dans le modèle GR standard, le résultat dépend de la l'histoire de l'expansion, qui dépend à son tour des densités des différents constituants de l'Univers (baryons, matière noire, énergie noire, rayonnement). C'est la raison pour laquelle SN1a peut être utilisé pour contraindre les densités des composants. Dans le modèle d'explosion relativiste spécial (SR), cependant, le résultat ne dépend que de la vitesse de l'émetteur au moment de l'émission, et la vitesse de l'observateur au moment de l'observation. Peu importe ce qui s'est passé entre les deux (dans ces modèles, rien de spécial ne s'est passé entre les deux$^poignard$).

Le résultat est montré dans la figure ci-dessous pour différents modèles GR (fines lignes noires) et pour le modèle SR (ligne noire épaisse). Le modèle SR est exclu à $23sigma$.

Figure 5. de Davis & Lineweaver (2004).


$^poignard$Comme le notent les auteurs, "1) SR pourrait être manipulé pour donner une constante de Hubble évolutive, et 2) SR pourrait être manipulé pour donner une relation non triviale entre la distance de luminosité, $d_L$, et la bonne distance, $d$. Cependant, il n'est pas clair comment on justifierait ces corrections ad hoc".


L'atmosphère terrestre vient de l'espace, selon les scientifiques

Les gaz qui ont formé l'atmosphère terrestre - et probablement ses océans - ne proviennent pas de l'intérieur de la Terre mais de l'espace extra-atmosphérique, selon une étude menée par des scientifiques de l'Université de Manchester et de l'Université de Houston.

Le rapport publié dans la revue La science signifie que les images de manuels de la Terre antique avec d'énormes volcans crachant du gaz dans l'atmosphère devront être repensées.

Selon l'équipe, l'idée séculaire selon laquelle les volcans étaient à l'origine de la première atmosphère de la Terre doit être écartée.

À l'aide de techniques analytiques de pointe, l'équipe du Dr Greg Holland, du Dr Martin Cassidy et du professeur Chris Ballentine a testé des gaz volcaniques pour découvrir les nouvelles preuves.

La recherche a été financée par le Natural Environment Research Council (NERC).

"Nous avons trouvé une signature météorite claire dans les gaz volcaniques", a déclaré le Dr Greg Holland, scientifique principal du projet.

"De là, nous savons maintenant que les gaz volcaniques n'ont pas pu contribuer de manière significative à l'atmosphère terrestre.

"Par conséquent, l'atmosphère et les océans doivent provenir d'ailleurs, peut-être d'un bombardement tardif de matériaux riches en gaz et en eau similaires aux comètes.

"Jusqu'à présent, personne n'avait d'instruments capables de rechercher ces signatures subtiles dans des échantillons provenant de l'intérieur de la Terre – mais maintenant nous pouvons faire exactement cela."

Les techniques ont permis à l'équipe de mesurer de minuscules quantités de gaz traces volcaniques non réactifs Krypton et Xenon, qui ont révélé une « empreinte digitale » isotopique correspondant à celle des météorites qui est différente de celle des gaz « solaires ».

L'étude est également la première à établir la composition précise du Krypton présent dans le manteau terrestre.

Le directeur du projet, le professeur Chris Ballentine de l'Université de Manchester, a déclaré: "Beaucoup de gens ont vu les impressions d'artistes de la Terre primordiale avec d'énormes volcans en arrière-plan crachant du gaz pour former l'atmosphère.

"Nous allons maintenant devoir redessiner cette image."

Source de l'histoire :

Matériel fourni par Université de Manchester. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.


Contenu

Galilée

Les théories galiléennes et cartésiennes sur l'espace, la matière et le mouvement sont à la base de la révolution scientifique, qui aurait culminé avec la publication de l'ouvrage de Newton. Principia en 1687. [5] Les théories de Newton sur l'espace et le temps l'ont aidé à expliquer le mouvement des objets. Alors que sa théorie de l'espace est considérée comme la plus influente en physique, elle est issue des idées de ses prédécesseurs à ce sujet. [6]

En tant que l'un des pionniers de la science moderne, Galilée a révisé les idées aristotéliciennes et ptolémaïques établies sur un cosmos géocentrique. Il a soutenu la théorie copernicienne selon laquelle l'univers était héliocentrique, avec un soleil stationnaire au centre et les planètes, y compris la Terre, tournant autour du soleil. Si la Terre bougeait, la croyance aristotélicienne que sa tendance naturelle était de rester au repos était remise en question. Galilée voulait plutôt prouver que le soleil se déplaçait autour de son axe, que le mouvement était aussi naturel pour un objet que l'état de repos. En d'autres termes, pour Galilée, les corps célestes, dont la Terre, étaient naturellement enclins à se déplacer en rond. Ce point de vue a déplacé une autre idée aristotélicienne selon laquelle tous les objets gravitaient vers leur lieu d'appartenance naturel désigné. [7]

René Descartes

Descartes a entrepris de remplacer la vision du monde aristotélicienne par une théorie sur l'espace et le mouvement tels que déterminés par les lois naturelles. En d'autres termes, il cherchait un fondement métaphysique ou une explication mécanique à ses théories sur la matière et le mouvement. L'espace cartésien était de structure euclidienne – infini, uniforme et plat. [8] Il était défini comme ce qui contenait de la matière à l'inverse, la matière par définition avait une extension spatiale de sorte qu'il n'y avait pas d'espace vide. [5]

La notion cartésienne d'espace est étroitement liée à ses théories sur la nature du corps, de l'esprit et de la matière. Il est connu pour son « cogito ergo sum » (je pense donc je suis), ou l'idée qu'on ne peut qu'être certain du fait qu'on peut douter, et donc penser et donc exister. Ses théories appartiennent à la tradition rationaliste, qui attribue la connaissance du monde à notre capacité de penser plutôt qu'à nos expériences, comme le croient les empiristes. [9] Il a posé une distinction claire entre le corps et l'esprit, que l'on appelle le dualisme cartésien.

Leibniz et Newton

À la suite de Galilée et Descartes, au XVIIe siècle, la philosophie de l'espace et du temps s'articulait autour des idées de Gottfried Leibniz, un philosophe-mathématicien allemand, et d'Isaac Newton, qui énonçait deux théories opposées de ce qu'est l'espace. Plutôt que d'être une entité qui existe indépendamment au-dessus de toute autre matière, Leibniz soutenait que l'espace n'est rien de plus que l'ensemble des relations spatiales entre les objets du monde : « l'espace est ce qui résulte de lieux pris ensemble ». [10] Les régions inoccupées sont celles qui pourrait ont des objets en eux, et donc des relations spatiales avec d'autres lieux. Pour Leibniz, donc, l'espace était une abstraction idéalisée des relations entre les entités individuelles ou leurs emplacements possibles et ne pouvait donc pas être continu mais devait être discret. [11] L'espace pourrait être pensé de la même manière que les relations entre les membres de la famille. Bien que les membres de la famille soient liés les uns aux autres, les relations n'existent pas indépendamment des personnes. [12] Leibniz a soutenu que l'espace ne pouvait pas exister indépendamment des objets dans le monde parce que cela implique une différence entre deux univers exactement semblables à l'exception de l'emplacement du monde matériel dans chaque univers. Mais comme il n'y aurait pas de moyen d'observation pour distinguer ces univers alors, selon l'identité des indiscernables, il n'y aurait pas de réelle différence entre eux. Selon le principe de raison suffisante, toute théorie de l'espace qui implique qu'il pourrait y avoir ces deux univers possibles doit donc être fausse. [13]

Newton a pris l'espace pour être plus que des relations entre des objets matériels et a basé sa position sur l'observation et l'expérimentation. Pour un relationniste, il ne peut y avoir de réelle différence entre le mouvement inertiel, dans lequel l'objet se déplace à vitesse constante, et le mouvement non inertiel, dans lequel la vitesse change avec le temps, puisque toutes les mesures spatiales sont relatives à d'autres objets et à leurs mouvements. Mais Newton a fait valoir que puisque le mouvement non inertiel génère des forces, il doit être absolu. [14] Il a utilisé l'exemple de l'eau dans un seau en rotation pour démontrer son argumentation. L'eau dans un seau est suspendue à une corde et mise à tourner, commence par une surface plane. Au bout d'un moment, alors que le seau continue de tourner, la surface de l'eau devient concave. Si la rotation du seau est arrêtée, la surface de l'eau reste concave pendant qu'elle continue de tourner. La surface concave n'est donc apparemment pas le résultat d'un mouvement relatif entre le seau et l'eau. [15] Au lieu de cela, Newton a soutenu, cela doit être le résultat d'un mouvement non inertiel par rapport à l'espace lui-même. Pendant plusieurs siècles, l'argument du seau a été considéré comme décisif pour montrer que l'espace doit exister indépendamment de la matière.

Au XVIIIe siècle, le philosophe allemand Emmanuel Kant a développé une théorie de la connaissance dans laquelle la connaissance de l'espace peut être à la fois a priori et synthétique. [16] Selon Kant, la connaissance de l'espace est synthétique, en ce que les déclarations sur l'espace ne sont pas simplement vraies en vertu du sens des mots dans la déclaration. Dans son œuvre, Kant a rejeté l'idée que l'espace doit être soit une substance, soit une relation. Au lieu de cela, il est arrivé à la conclusion que l'espace et le temps ne sont pas découverts par les humains comme des caractéristiques objectives du monde, mais imposés par nous comme faisant partie d'un cadre d'organisation de l'expérience. [17]

Géométrie non euclidienne

d'Euclide Éléments contenait cinq postulats qui forment la base de la géométrie euclidienne. L'un d'eux, le postulat parallèle, a fait l'objet de débats parmi les mathématiciens pendant de nombreux siècles. Il stipule que sur tout plan sur lequel il y a une ligne droite L1 et une pointe P pas sur L1, il y a exactement une droite L2 sur le plan qui passe par le point P et est parallèle à la droite L1. Jusqu'au 19ème siècle, peu doutaient de la véracité du postulat au lieu de débattre de savoir s'il était nécessaire en tant qu'axiome, ou s'il s'agissait d'une théorie pouvant être dérivée des autres axiomes. [18] Vers 1830 cependant, le Hongrois János Bolyai et le Russe Nikolai Ivanovich Lobachevsky ont publié séparément des traités sur un type de géométrie qui n'inclut pas le postulat parallèle, appelé géométrie hyperbolique. Dans cette géométrie, un nombre infini de droites parallèles passent par le point P. Par conséquent, la somme des angles d'un triangle est inférieure à 180° et le rapport de la circonférence d'un cercle à son diamètre est supérieur à pi. Dans les années 1850, Bernhard Riemann a développé une théorie équivalente de la géométrie elliptique, dans laquelle aucune ligne parallèle ne traverse P. Dans cette géométrie, les triangles ont plus de 180° et les cercles ont un rapport circonférence/diamètre inférieur à pi.

Type de géométrie Nombre de parallèles Somme des angles dans un triangle Rapport de la circonférence au diamètre du cercle Mesure de courbure
Hyperbolique Infini < 180° > < 0
euclidien 1 180° π 0
Elliptique 0 > 180° < π > 0

Gauss et Poincaré

Bien qu'un consensus kantien prévalât à l'époque, une fois les géométries non euclidiennes formalisées, certains ont commencé à se demander si l'espace physique est courbe ou non. Carl Friedrich Gauss, un mathématicien allemand, a été le premier à envisager une enquête empirique sur la structure géométrique de l'espace. Il a pensé faire un test de la somme des angles d'un énorme triangle stellaire, et il y a des rapports qu'il a en fait effectué un test, à petite échelle, en triangulant les sommets des montagnes en Allemagne. [19]

Henri Poincaré, mathématicien et physicien français de la fin du XIXe siècle, a introduit une idée importante dans laquelle il a tenté de démontrer la futilité de toute tentative de découvrir quelle géométrie s'applique à l'espace par l'expérience. [20] Il a considéré la situation difficile à laquelle les scientifiques seraient confrontés s'ils étaient confinés à la surface d'une grande sphère imaginaire avec des propriétés particulières, connue sous le nom de sphère-monde. Dans ce monde, la température varie de telle sorte que tous les objets se dilatent et se contractent dans des proportions similaires à différents endroits de la sphère. Avec une baisse de température appropriée, si les scientifiques essaient d'utiliser des tiges de mesure pour déterminer la somme des angles d'un triangle, ils peuvent être trompés en pensant qu'ils habitent un plan plutôt qu'une surface sphérique. [21] En fait, les scientifiques ne peuvent en principe déterminer s'ils habitent un plan ou une sphère et, selon Poincaré, il en va de même pour le débat sur la question de savoir si l'espace réel est euclidien ou non. Pour lui, quelle géométrie était utilisée pour décrire l'espace était une question de convention. [22] Puisque la géométrie euclidienne est plus simple que la géométrie non-euclidienne, il a supposé que la première serait toujours utilisée pour décrire la « vraie » géométrie du monde. [23]

Einstein

En 1905, Albert Einstein a publié sa théorie de la relativité restreinte, qui a conduit au concept que l'espace et le temps peuvent être considérés comme une construction unique connue sous le nom de espace-temps. Dans cette théorie, la vitesse de la lumière dans le vide est la même pour tous les observateurs, ce qui a pour résultat que deux événements qui semblent simultanés pour un observateur particulier ne seront pas simultanés pour un autre observateur si les observateurs se déplacent l'un par rapport à l'autre. De plus, un observateur mesurera une horloge en mouvement pour tic tac plus lentement qu'une autre qui est stationnaire par rapport à eux et les objets sont mesurés pour être raccourcis dans la direction dans laquelle ils se déplacent par rapport à l'observateur.

Par la suite, Einstein a travaillé sur une théorie générale de la relativité, qui est une théorie de la façon dont la gravité interagit avec l'espace-temps. Au lieu de considérer la gravité comme un champ de force agissant dans l'espace-temps, Einstein a suggéré qu'elle modifie la structure géométrique de l'espace-temps lui-même. [24] Selon la théorie générale, le temps passe plus lentement aux endroits avec des potentiels gravitationnels inférieurs et les rayons lumineux se courbent en présence d'un champ gravitationnel. Les scientifiques ont étudié le comportement des pulsars binaires, confirmant les prédictions des théories d'Einstein, et la géométrie non euclidienne est généralement utilisée pour décrire l'espace-temps.

Dans les mathématiques modernes, les espaces sont définis comme des ensembles avec une structure ajoutée. Ils sont fréquemment décrits comme différents types de variétés, qui sont des espaces qui se rapprochent localement de l'espace euclidien, et où les propriétés sont définies en grande partie sur la connexité locale des points qui se trouvent sur la variété. Il existe cependant de nombreux objets mathématiques divers qui sont appelés espaces. Par exemple, les espaces vectoriels tels que les espaces fonctionnels peuvent avoir un nombre infini de dimensions indépendantes et une notion de distance très différente de l'espace euclidien, et les espaces topologiques remplacent le concept de distance par une idée plus abstraite de proximité.

L'espace est l'une des rares quantités fondamentales en physique, ce qui signifie qu'il ne peut pas être défini via d'autres quantités car rien de plus fondamental n'est connu à l'heure actuelle. D'autre part, il peut être lié à d'autres grandeurs fondamentales. Ainsi, à l'instar d'autres grandeurs fondamentales (comme le temps et la masse), l'espace peut être exploré par la mesure et l'expérimentation.

Aujourd'hui, notre espace tridimensionnel est considéré comme intégré dans un espace-temps à quatre dimensions, appelé espace de Minkowski (voir relativité restreinte). L'idée derrière l'espace-temps est que le temps est hyperbolique-orthogonal à chacune des trois dimensions spatiales.

Relativité

Avant les travaux d'Albert Einstein sur la physique relativiste, le temps et l'espace étaient considérés comme des dimensions indépendantes. Les découvertes d'Einstein ont montré qu'en raison de la relativité du mouvement, notre espace et notre temps peuvent être mathématiquement combinés en un seul objet-espace-temps. Il s'avère que les distances dans l'espace ou dans le temps séparément ne sont pas invariantes par rapport aux transformations de coordonnées de Lorentz, mais les distances dans l'espace-temps de Minkowski le long des intervalles d'espace-temps le sont, ce qui justifie le nom.

De plus, les dimensions du temps et de l'espace ne doivent pas être considérées comme exactement équivalentes dans l'espace-temps de Minkowski. On peut se déplacer librement dans l'espace mais pas dans le temps. Ainsi, les coordonnées temporelles et spatiales sont traitées différemment à la fois en relativité restreinte (où le temps est parfois considéré comme une coordonnée imaginaire) et en relativité générale (où différents signes sont attribués aux composantes temporelles et spatiales de la métrique spatio-temporelle).

De plus, dans la théorie de la relativité générale d'Einstein, il est postulé que l'espace-temps est géométriquement déformé - incurvé – des masses proches des masses gravitationnelles significatives. [25]

Une conséquence de ce postulat, qui découle des équations de la relativité générale, est la prédiction des ondulations mobiles de l'espace-temps, appelées ondes gravitationnelles. Bien que des preuves indirectes de ces ondes aient été trouvées (dans les mouvements du système binaire Hulse-Taylor, par exemple), des expériences tentant de mesurer directement ces ondes sont en cours dans les collaborations LIGO et Virgo. Les scientifiques du LIGO ont signalé la première observation directe de ce type d'ondes gravitationnelles le 14 septembre 2015. [26] [27]

Cosmologie

La théorie de la relativité conduit à la question cosmologique de la forme de l'univers et de l'origine de l'espace. Il semble que l'espace ait été créé lors du Big Bang, il y a 13,8 milliards d'années [28] et n'a cessé de s'étendre depuis. La forme globale de l'espace n'est pas connue, mais l'espace est connu pour s'étendre très rapidement en raison de l'inflation cosmique.

La mesure de espace physique a longtemps été important. Bien que les sociétés antérieures aient développé des systèmes de mesure, le Système international d'unités (SI) est maintenant le système d'unités le plus courant utilisé dans la mesure de l'espace et est presque universellement utilisé.

Actuellement, l'intervalle d'espace standard, appelé mètre standard ou simplement mètre, est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant un intervalle de temps d'exactement 1/299 792 458 de seconde. Cette définition couplée à la définition actuelle de la seconde est basée sur la théorie de la relativité restreinte dans laquelle la vitesse de la lumière joue le rôle d'une constante fondamentale de la nature.

La géographie est la branche de la science qui s'occupe d'identifier et de décrire des endroits sur Terre, en utilisant la conscience spatiale pour essayer de comprendre pourquoi les choses existent dans des endroits spécifiques. La cartographie est la cartographie des espaces pour permettre une meilleure navigation, à des fins de visualisation et pour agir comme un dispositif de localisation. La géostatistique applique des concepts statistiques aux données spatiales collectées de la Terre pour créer une estimation des phénomènes non observés.

L'espace géographique est souvent considéré comme une terre, et peut avoir une relation avec l'usage de la propriété (dans lequel l'espace est considéré comme une propriété ou un territoire). Alors que certaines cultures revendiquent les droits de l'individu en termes de propriété, d'autres cultures s'identifieront à une approche communautaire de la propriété foncière, tandis que d'autres cultures encore telles que les aborigènes australiens, plutôt que d'affirmer des droits de propriété foncière, inversent la relation et considèrent appartiennent en fait à la terre. L'aménagement du territoire est une méthode de régulation de l'utilisation de l'espace au niveau du territoire, avec des décisions prises aux niveaux régional, national et international. L'espace peut également avoir un impact sur le comportement humain et culturel, étant un facteur important dans l'architecture, où il aura un impact sur la conception des bâtiments et des structures, et sur l'agriculture.

La propriété de l'espace ne se limite pas à la terre. La propriété de l'espace aérien et des eaux est décidée au niveau international. D'autres formes de propriété se sont récemment affirmées sur d'autres espaces, par exemple sur les bandes radio du spectre électromagnétique ou sur le cyberespace.

L'espace public est un terme utilisé pour définir des superficies foncières appartenant collectivement à la communauté et gérées en leur nom par des organes délégués. Ces espaces sont ouverts à tous, tandis que la propriété privée est la terre culturellement possédée par un individu ou une entreprise, pour son propre compte. utilisation et plaisir.

L'espace abstrait est un terme utilisé en géographie pour désigner un espace hypothétique caractérisé par une homogénéité complète. Lors de la modélisation d'une activité ou d'un comportement, il s'agit d'un outil conceptuel utilisé pour limiter les variables étrangères telles que le terrain.

Les psychologues ont commencé à étudier la façon dont l'espace est perçu au milieu du XIXe siècle. Ceux qui s'intéressent maintenant à de telles études la considèrent comme une branche distincte de la psychologie. Les psychologues analysant la perception de l'espace s'intéressent à la façon dont la reconnaissance de l'apparence physique d'un objet ou de ses interactions sont perçues, voir, par exemple, l'espace visuel.

D'autres sujets plus spécialisés étudiés incluent la perception amodale et la permanence de l'objet. La perception de l'environnement est importante en raison de sa pertinence nécessaire à la survie, en particulier en ce qui concerne la chasse et la préservation de soi ainsi que la simple idée de l'espace personnel.

Plusieurs phobies liées à l'espace ont été identifiées, dont l'agoraphobie (la peur des espaces ouverts), l'astrophobie (la peur de l'espace céleste) et la claustrophobie (la peur des espaces clos).

On pense que la compréhension de l'espace tridimensionnel chez l'homme est apprise pendant la petite enfance en utilisant l'inférence inconsciente et est étroitement liée à la coordination œil-main. La capacité visuelle de percevoir le monde en trois dimensions est appelée perception de la profondeur.

L'espace a été étudié dans les sciences sociales du point de vue du marxisme, du féminisme, du postmodernisme, du postcolonialisme, de la théorie urbaine et de la géographie critique. Ces théories expliquent l'effet de l'histoire du colonialisme, de l'esclavage transatlantique et de la mondialisation sur notre compréhension et notre expérience de l'espace et du lieu. Le sujet retient l'attention depuis les années 1980, après la parution du livre d'Henri Lefebvre La production de l'espace. Dans ce livre, Lefebvre applique les idées marxistes sur la production de marchandises et l'accumulation de capital pour discuter de l'espace en tant que produit social. Il se concentre sur les processus sociaux multiples et imbriqués qui produisent l'espace. [29]

Dans son livre La condition de la postmodernité, David Harvey décrit ce qu'il appelle la « compression de l'espace-temps ». C'est l'effet des avancées technologiques et du capitalisme sur notre perception du temps, de l'espace et de la distance. [30] Les changements dans les modes de production et de consommation du capital affectent et sont affectés par les développements dans les transports et la technologie. Ces avancées créent des relations à travers le temps et l'espace, de nouveaux marchés et groupes d'élites riches dans les centres urbains, qui annihilent les distances et affectent notre perception de la linéarité et de la distance. [31]

Dans son livre Troisième espace, Edward Soja décrit l'espace et la spatialité comme un aspect intégral et négligé de ce qu'il appelle la « trialectique de l'être », les trois modes qui déterminent comment nous habitons, vivons et comprenons le monde. Il soutient que les théories critiques des sciences humaines et sociales étudient les dimensions historiques et sociales de notre expérience vécue, négligeant la dimension spatiale. [32] Il s'appuie sur les travaux d'Henri Lefebvre pour aborder la manière dualiste dont les humains appréhendent l'espace, soit comme matériel/physique, soit comme représenté/imaginé. L'« espace vécu » de Lefebvre [33] et le « troisième espace » de Soja sont des termes qui rendent compte des manières complexes dont les humains comprennent et naviguent dans le lieu, que « premier espace » et « deuxième espace » (termes de Soja pour les espaces matériels et imaginaires respectivement) ne englober.

Le concept du troisième espace du théoricien postcolonial Homi Bhabha est différent du troisième espace de Soja, même si les deux termes offrent un moyen de penser en dehors des termes d'une logique binaire. Le troisième espace de Bhabha est l'espace dans lequel existent des formes et des identités culturelles hybrides. Dans ses théories, le terme hybride décrit de nouvelles formes culturelles qui émergent de l'interaction entre colonisateur et colonisé. [34]


L'univers est-il venu de rien ?

Comment ça va tout le monde ? Je suis Nick et vous écoutez le podcast Fresh Perspective.

Aujourd'hui, on parle de rien ! Absolument rien. L'univers est-il vraiment venu de rien ? Il y a quelques épisodes, nous avons posé la question « Que s'est-il passé avant le Big Bang ? » Si vous n'avez pas encore écouté ce podcast, assurez-vous de le faire ! Je suis resté principalement avec le point de vue de Stephen Hawking sur l'espace-temps et je me suis concentré sur l'émergence du temps lui-même. Mais le temps est venu d'approfondir. Nous nous salissons aujourd'hui avec la physique quantique. Nous allons voir si nous pouvons comprendre pourquoi certains scientifiques disent que tout est effectivement venu de rien.

Ce programme vous est présenté par les membres de la Free Thought Initiative.

Nous aidons ceux qui ont besoin d'une communauté inclusive, solidaire et libre d'esprit en organisant des débats publics sur la philosophie morale, les modes de vie sains et la science, afin d'améliorer la cohésion, la santé et la culture scientifique de notre société.

Tout le monde est le bienvenu (indépendamment de ses convictions religieuses personnelles, de ses tendances politiques, etc.) pour participer (en personne) à ces discussions ouvertes et civiles.

Pour trouver une réunion du Forum de la Pensée Libre près de chez vous, pour démarrer votre propre groupe local, ou pour devenir membre et soutenir ce programme par des dons mensuels – veuillez visiter freethoughtforum.org.

Lorsque je rencontre des arguments religieux contre la science traditionnelle, j'entends souvent une phrase qui ressemble à ceci : « Et qu'en est-il du Big Bang ? Maintenant, les scientifiques voudraient nous faire croire que quelque chose est venu de rien. Quelle absurdité ! Quelque chose est quelque chose et rien n'est rien et penser le contraire est un non-sens ! D'ailleurs, on ne voit jamais quelque chose sortir de rien, n'est-ce pas ?

Est-ce que nous? Here is this common misconception in a nutshell: “The universe couldn’t have possibly popped into existence out of nothing.”

Quantum Physics is, in a way, the new kid on the block. While the fundamentals of the Big Bang theory represent well established and well tested science, Quantum Physics is lagging behind. Like all new sciences, it isn’t as widely accepted or well understood. Does that mean that it is necessarily “less true” than more established science? Not at all. It is actually one of the most robust and productive tools we have in the field of physics.

Most of the time, when we talk about the big bang, we are talking about a microscopic singularity that expanded into the universe we live in today. Yet scientists are not content with resting on what is well tested or understood. They are perplexed by the unknown, the promise of the prize of new knowledge just beyond our horizon.

Therefore, in recent years, scientists such as Lawrence Krauss, Michio Kaku, and Brian Greene have seen what quantum mechanics can tell us about the origins of the universe. The math behind quantum physics has been astonishingly accurate so far, and has made things like our cell phones and your internet access possible today. So when we turn this powerful mathematical model to the biggest questions of the universe, what is revealed? What have these scientists and cosmologists like them discovered? Through mathematics and indirect observation of quantum fluctuations, scientists can now make the case that our universe did indeed come into existence out of what people call, “nothing.”

Now most people’s problem with this astonishing discovery comes from the use of this word, “nothing.” In everyday language, when we say nothing, we mean the opposite of something. We mean absolute emptiness, an unambiguous void. This pure, theoretical, and definition-based abstract doesn’t really exist. This idea isn’t exactly what cosmologists and quantum physicists mean. The “nothing” they are talking about is what is left over when we take outer space, and remove all of its ingredients, or at least all of the ingredients with which we are most familiar. If we take away stars, galaxies, dust clouds, planets, rocks, ice, molecules, atoms, all baryonic matter, dark matter, and energy. What is left over?

The quote-unquote “Nothing” that is left over, is actually a rolling boil of quantum fluctuations, sub atomic energy that flows in and out of existence according to Heisenberg's uncertainty principle. How cool is that? When everything is stripped away, we have this bizarre energy that can’t make up its mind. It phases in and out of our universe, like swarms of bees flying in and out of a busy hive. An impressive fact about quantum fluctuations, is that they represent a massive amount of energy on larger scales. The truth is, some 70% of the energy in the universe comes from this humble rumbling below space itself. This wiggling soup of ingredients that bounce between “is” and “isn’t” really exists, and is that “something” that quantum physicists mean when they say “nothing.”

I hope that helps, but I should add that even with everything I just said, mathematically, the quantum fluctuations can still be completely accurately described as “nothing.”

But if everything came from nothing, how can this agree with what we understand about the conservation of matter or the conservation of energy? Haven’t we heard that matter and energy can’t be created or destroyed, but they can only be changed into other forms?

If that is what you were thinking, then you are on the right track. The next thing to remember is that energy and matter are basically the same thing. Do you remember Einstein’s most famous equation: E=MC2 and what it represents? Basically, matter can turn into energy (think of an atomic bomb) and energy can turn into matter. We are talking about two sides of the same coin.

We live in what cosmologists call a “flat universe.” Put another way, if we mathematically account for all of the matter, all of the dark matter, and all of the gravity, all virtual particles, and all of the positive and negative energy of the universe and add it together, how much energy would that total? Well, this isn’t just a hypothetical question. Scientists have actually done the calculation. So how much energy does it total?

The answer is zero: Zero joules, zero electronvolts, zero calories. The laws of conservation are completely satisfied. Here is an oversimplified equation that I think would help. 0 = -1000 + 1000. This statement is still true when we read it backwards: 1000 - 1000 = 0. Now imagine that the equals sign is the big bang. Before the universe expanded, we had zero. Now that we have a full and complex universe, all of its laws, matter, and energy can be represented by positive 1000 and negative 1000. If we add all the positive and negative matter and energy together, we are back to zero.

This is an over-simplified explanation of how nothing can create something, and something can equal nothing. I hope it helps, and I hope that the next time you hear someone say, “The universe couldn’t have popped into existence out of nothing” you will now be able to say something, rather than nothing.

But before I wrap up this episode, there is one more point I’d like to make in this whole discussion about nothing. This is me just thinking out loud, but I can’t help it. New and challenging ideas, at the edge of my understanding, only make sense to me if I can think out loud.

Do you remember Edwin Hubble’s observations? He was the first to discover that the fabric of space itself is stretching between the galaxies. Our universe is expanding. In fact, it is even accelerating in its expansion. This is often attributed to enigmatic dark energy, a phenomenon that scientists are still trying to tackle and define. I have been perplexed by the idea of dark energy since my childhood. I even wrote a report on it as a sixth grader. There must be massive amounts of it to push against all gravity and the forces of nature and push the universe to expand even faster than it already is! Where has all that energy been all this time? Where is it coming from?

Many scientists believe that the evidence points to quantum fluctuations giving rise to the singularity that expanded into our universe. In the absolute emptiness of non-existence, quantum fluctuations produced all existence. And it started out small, a little bit of space-time that eventually expanded into a massive cosmos.

But it didn’t end there, did it? The universe is still expanding and even accelerating in its expansion based upon what we can measure. The Big Bang isn’t something that happened, it is something that is still happening, and we are seeing it happen from the inside!

If the seemingly empty space between these galaxies is filled with humming and jostling quantum fluctuations, the same kind of fluctuations that created the fabric of space-time in the first place, could it be that they are still busy at work, creating even more space-time?

What if the same quantum mechanisms that started our cosmos are responsible for making more cosmos between the galaxies, causing the universe to expand? Could the mystery of dark energy one day be solved completely through quantum mechanics? Could this explain where the universe is getting all of this extra energy?

Well, I don’t know. Like I said, we have reached the edge of my understanding of this topic. Nevertheless, I look forward to the day when we all can better understand this bizarre universe of quantum mechanics, dark energy, and the unintuitive potential of “nothing.”

If you have enjoyed this conversation or have learned something from it, please leave a like, subscribe, and share it with other open-minded people. All of those small things really do make a big difference and help others find our group and our podcast.

That is all I have for you today, but the conversation continues across social media and in the comment sections below. Do you agree with today’s message? Am I mistaken about some detail? How can I better elaborate on this topic in the future? Feel free to share your perspective!

Written By Nicholas Burk, Executive Board Member © 2019 Free Thought Initiative


When did scientists begin to theorize that there was no oxygen in space (and the moon) and how did they come to that conclusion?

Jules Verne wrote a story about travelling to the moon in the 1860's and I would figure that he would have no way of figuring that there was no oxygen in space (though he did seem to think there was no life on the moon). There was also a short silent film made in France in 1901 where some scientists shot themselves in a canon to the moon and fight some moon men before returning to earth. I'm not sure that this proves whether they think it would be possible for men to walk around on the moon or if they were just making a goofy story, but I wouldn't think they would know for sure it wasn't possible. Jumping forward in time, scientists seemed to already know that space was a nearly perfect vacuum that humans couldn't survive. What happened in between, that led to the realization?

Early astronomers at were well aware of the hazy nature of the atmosphere over long distances and knew that space must be empty of air or it wouldn't be possible to see such long distances through it. Also, they could observe the lack of "fuzzyness" around the edge of the moon, which should have been visible if an atmosphere was not present. As for exact dates, wikipedia gives the following quote

In 1753 the Croatian Jesuit and astronomer Roger Joseph Boscovich discovered the absence of atmosphere on the Moon.

Iɽ like to try and add to that quote, because I had a difficult time finding any additional info beyond "he discovered/proved the moon had no atmosphere".

The Interplay Between Scientific and Theological Worldviews

. bought scientific clarity back into the discussion of lunarians by analysing occulations of objects by the moon and concluding that the moon possessed too thin an atmosphere, if any, for supporting life.

In his De lunae atmospheraera (1753), Boscovich presented evidence that the Moon has, at best, only a thin atmosphere. Yet, for the most part, he was a strong supporter of pluralism – the notion that there are many inhabited worlds like the Earth.

The Extraterrestrial Life Debate 1750-1900: The Idea of a Plurality of Worlds from Kant to Lowell

he asserted that if the moon possesses any atmosphere, it is far less dense than Euler had supposed.

Chapter 4: The Long Night of Selenography, pg 45 or 29 of 189

Too much to type out, but in short: in 1753, astronomer Tobias Mayer did some observations on the Moon's positions relative to the stars. Stuff happens and a by-product of his studies led him to conclude that the moon was airless

he observed the stars to snap out instantaneously when they were covered by the limb of the Moon, with no preliminary dimming or displacement by refraction that would betray the presence of even a tenuous lunar atmosphere.

This book notes that this theory won support from Boscovich.

This reasoning is actually included in the Jules Verne novel that OP referenced, in a scene where two men are debating the lunar atmosphere's existence in preparation for their trip:

"Sir," replied Ardan's antagonist, "there are many and incontrovertible reasons which prove the absence of an atmosphere in the moon. I might say that, a priori, if one ever did exist, it must have been absorbed by the earth but I prefer to bring forward indisputable facts."

"Bring them forward then, sir, as many as you please."

"You know," said the stranger, "that when any luminous rays cross a medium such as the air, they are deflected out of the straight line in other words, they undergo refraction. Well! When stars are occulted by the moon, their rays, on grazing the edge of her disc, exhibit not the least deviation, nor offer the slightest indication of refraction. It follows, therefore, that the moon cannot be surrounded by an atmosphere."

However, Verne then brought forward a counter-argument so that his characters could breathe when they reached their destination:

"Let us proceed," replied Ardan, with perfect coolness, "and come to one important fact. A skillful French astronomer, M. Laussedat, in watching the eclipse of July 18, 1860, probed that the horns of the lunar crescent were rounded and truncated. Now, this appearance could only have been produced by a deviation of the solar rays in traversing the atmosphere of the moon. There is no other possible explanation of the facts. [. ] You see, then, my dear sir, we must not pronounce with absolute positiveness against the existence of an atmosphere in the moon. That atmosphere is, probably, of extreme rarity nevertheless at the present day science generally admits that it exists."


Up and down has no meaning

The axis of the Earth during its orbit is also tilted about 23 1/2 degrees from the line perpendicular to the flat plane traced out by the Earth’s orbit around Sol. This flat plane astronomers call the ecliptic plane and in reality, this axis tilt has no meaning in Einstein’s spacetime and is only useful in relation to the ecliptic plane. In Einstein’s universe, the notion of tilt by itself has no meaning in spacetime, where up and down are related to away from the center of the Earth (or any body with mass) and toward the center of mass, respectively.

The Earth’s axis also continues to point in the same general direction throughout Earth’s orbit of Sol. This direction is toward Polaris, often called the North Star by travelers and navigators, and lies within 1 degree of the north celestial pole, which makes it useful for navigating on the surface of Earth. This direction closely marks the direction of due north in the night sky and the altitude of Polaris is nearly equal to the latitude of an observer on the surface of Earth. Navigators and star gazers have used these facts for thousands of years to determine direction and location on the Earth’s surface and travel from one destination to another.

The changing position of Earth during the 365 days it takes the Earth to complete one orbit also results in the night sky above your head changing nightly. Sol appears to move against a background of distant stars in the 88 constellations in the Milky Way above you. The 12 constellations along the ecliptic plane star gazers refer to as the constellations of the Zodiac, but a thirteenth constellation, Ophiuchus lies partially on the ecliptic plane, as well.

Earth’s movements help create seasons

The combination of the rotation of the Earth on its tilted axis and orbit around Sol also helps create the seasons we experience on Spaceshipearth1. In future articles, we’ll talk about the seasons of Earth, the meaning this has for life on Earth, and how this relates to the study of the movements of the exo-planets humans have, so far, viewed during the human “Journey to the Beginning of Space and Time”.

Check out my newest astronomy site at http://astronomytonight.yolasite.com/.

Learn how NASA astronomers are planning on detecting extraterrestrial moons orbiting distant suns https://spaceshipearth1.wordpress.com/2013/12/31/searching-for-extraterrestrial-moons/.


EDWIN HUBBLE

Edwin Hubble was an American astronomer who, in 1925, was the first to demonstrate the existence of other galaxies besides the Milky Way, profoundly changing the way we look at the universe. Later, in 1929, he also defnitively demonstrated that the universe was expanding, (considered by many as one of the most important cosmological discoveries ever made), and formulated what is now known as Hubble's Law to show that the other galaxies are moving away from the Milky Way at a speed directly proportionate to their distance from it. He has been called one of the most influential astronomers since the times of Galileo, Kepler and Newton.

Edwin Powell Hubble was born on 20 November 1889 in Marshfield, Missouri, U.S.A., although the family moved to Wheaton, Illinois soon after his birth. At school he earned good grades in most subjects, although he was more noted for his athletic prowess than his intellectual abilities (in 1906, he won seven first places and a third place in a single high school track meet, and set a state record for high jump). He was also a keen fisherman, basketball player and an amateur boxer.

From 1907 to 1910, he studied mathematics, astronomy and philosophy at the University of Chicago, leading to a BSc degree in 1910. He spent the next three years as one of the first Rhodes Scholars at Oxford University, where he studied jurisprudence before switching his major to Spanish and receiving an MA degree. On returning to the United States in 1913, he taught Spanish, physics and math (and coached the basketball team) at a high school in New Albany, Indiana, and also practiced law half-heartedly for a year in Louisville, Kentucky.

Hubble returned to the University of Chicago to study astronomy at the Yerkes Observatory in 1914, earning his PhD in 1917, and was then offered a staff position by George Ellery Hale, the founder and director of Carnegie Institution's Mount Wilson Observatory, near Pasadena, California. However, World War I intervened, and Hubble enlisted in the infantry, quickly advancing to the rank of major. On his return to the United States in the summer of l9l9, he went immediately to take up his position at Mount Wilson, where he was to remain until his death, and which was to be the scene of all his major discoveries.

Hubble’s arrival at Mount Wilson in 1919 coincided roughly with the completion of the 100-inch Hooker Telescope, then the world's largest telescope, which allowed him to observe hitherto unheard of distances into the universe. During the period from 1922 to 1923, he was able to identify Cepheid variables (a class of variable stars notable for a tight correlation between their period of variability and their absolute luminosity, which makes them useful as a “standard candle” to determine distances) in several spiral nebulae, including the Andromeda Nebula.

His meticulously documented observations, announced at the beginning of 1925, proved conclusively that these nebulae were nearly a million light years away, much too distant to be part of the Milky Way, and were in fact entire galaxies outside our own. At that time, this was a revolutionary idea, the prevailing view being that the universe consisted entirely of the Milky Way, and it was opposed vehemently by many in the astronomy establishment, particularly by Harvard-based Harlow Shapley, who had made his reputation by measuring the size of the Milky Way.

Hubble went on to devise the most commonly used system for classifying galaxies, grouping them according to their appearance in photographic images, in what became known as the Hubble sequence. But an even more dramatic and important discovery was still to come.

Using the recently discovered concept of the redshift of galaxies (a measure of recession speed, based on the idea that visible light emitted or reflected by an object is shifted towards the less energetic red end of the electromagnetic spectrum as it moves away from the observer), and combining his own measurements with those of Vesto Slipher, Hubble and his assistant, Milton Humason, discovered a rough proportionality of the objects’ distances with their redshifts. This led to the statement in 1929 of the "redshift distance law of galaxies", now better known as Hubble’s Law, which states that the greater the distance between any two galaxies, the greater their relative speed of separation.

Hubble’s initial estimate of the rate of expansion (the constant term in his equation linking the recession velocity of galaxies and their distance, known as Hubble’s constant) was perhaps ten times too great due to measurement errors, and its exact value still remains a contentious subject. However, the general concept of an expanding universe was consistent with the solutions to Einstein’s equations of general relativity for a homogeneous, isotropic expanding space. Thus, it provided the first observational support for the expanding universe theory which had been proposed in theory by Alexander Friedmann in 1922 and Georges Lemaître in 1927, and for the Big Bang explanation of the birth of the universe.

Albert Einstein, whose general relativity equations had seemed to indicate that the universe must be either expanding or contracting, had introduced a compensatory “cosmological constant” into his equations back in 1917 because he could not believe that the universe was anything but static and infinite. When he heard of Hubble's discovery, however, he said that changing his equations was "the biggest blunder” of his life, and he was grateful to Hubble for negating the need for such a fudge factor in his equations. Einstein traveled to Mount Wilson to see the telescope and to thank Hubble personally for delivering him from folly.

Hubble had married Grace Burke in Pasadena in 1924, and for a time, during the 1930s and 1940s, the Hubbles basked in the celebrity of these important astronomical discoveries. Hubble had affected British mannerisms and clothing since his time as a young man in Cambridge, and had a tendency towards vanity, pretentiousness and racism, but he was handsome, fit and an imposing presence at well over six feet tall, as well as an engaging conversationalist. He became a personal friend to the likes of Charlie Chaplin, Harpo Marx, Helen Hayes, Lillian Gish and William Randolph Hearst, and also a great confidant of Aldous Huxley and his wife.

During World War II, from 1942 to 1946, he served in the U.S. Army as head of ballistics at the Aberdeen Proving Ground, for which he received the Legion of Merit decoration. He remained active in astronomy research until his death, both at Mount Wilson Observatory and also at Palomar Observatory, where he had a central role in the design and construction of the 200-inch Hale Telescope. When the Hale Telescope was completed in 1948, Hubble was the first to use it.

However, soon after that, he suffered a major heart attack, and he never fully regained the stamina needed to spend all night in a freezing-cold observatory. Hubble died of a cerebral thrombosis on 28 September 1953, in San Marino, California. No funeral was held, and his wife, Grace, never revealed what happened to his body.

Although he had been awarded the Bruce Medal in 1938, the Gold Medal of the Royal Astronomical Society in 1940 and the Medal of Merit for outstanding contribution to ballistics research in 1946, Hubble, as an astronomer, was inelegible for the Nobel Prize in Physics (a rule which always irked him, although it was changed just after his death). He was, however, honoured posthumously in other ways, including the naming of an asteroid and a crater on the Moon and, most famously, the orbiting Hubble Space Telescope, which was launched in 1990 and which continues to provide us with astounding pictures of deep space.


Died 2010

John (Jack) P. Wheeler III , 66. last seen Dec. 30found dead in a Delaware landfill, fought to get the Vietnam Memorial built and served in two Bush administrations. His death has been ruled a homicide by Newark, Del. police. Wheeler graduated from West Point in 1966, and had a law degree from Yale and a business degree from Harvard. His military career included serving in the office of the Secretary of Defense and writing a manual on the effectiveness of biological and chemical weapons, which recommended that the United States not use biological weapons.


Harvard scientist Avi Loeb more sure than ever we were visited by alien spacecraft

Apparently they considered "Rama" for the object's name at one point.

Scientist makes comments about an unknown involving extraterrestrials.

Media publishes comments, controversy and attention ensue.

Scientist pulls back to write a book about his hypothesis. This takes a few years.

Scientist re-emerges with "double down" on the hypothesis -- a hypothesis which cannot be tested or verified in any manner -- in the form of a book.

Press release of the book is sent to various pop-science outlets to reiterate the hypothesis.

That's why you're hearing this again. The guy is a textbook-author who wants to break out into pop-science, he wrote a pop-science book and wants you to buy it.

it gets reposted dozens of times on reddit and we all rehash the same old arguments over and over again.

a hypothesis which cannot be tested or verified in any manner

. From what I've read, Loeb's hypothesis is that there are a large number of artificial objects right here in our solar system, and soon-to-be-activated projects in scanning for such objects should able to find them - or a lack of them. C'est à dire. this piece has a few more details:

This year, the telescope at the Vera C Rubin Observatory in Chile will take its first test pictures – astronomers call this “first light” – of the night sky. Even more powerful than Pan-STARRS, this will repeatedly photograph everything visible in the sky using a mirror more than eight metres across and the biggest digital camera in the world. “We could then find one such object every month,” says Loeb, “because, you know, there should be many more out there.”

Pretty basic hypothesis. We'll find out soon (relatively) how wrong or right it is.

He’s pushing his book, yes, but that book muses on more than Oumuamua. He wants to keep/ make the search for alien life and civilization a respectable endeavor.

From a NYT article: “Are we, both scientists and lay people, ready?” he asks in his introduction. “Is human civilization ready to confront what follows our accepting the plausible conclusion, arrived at through evidence-backed hypotheses, that terrestrial life isn’t unique and perhaps not even particularly impressive? I fear the answer is no, and that prevailing prejudice is a cause for concern.” https://www.nytimes.com/2021/01/26/books/review/extraterrestrial-avi-loeb.html
“Central to Avi Loeb’s argument is what he calls the “Oumuamua wager,” a takeoff on Pascal’s famous wager, that the upside of believing in God far outweighs the downside. Likewise, believing that Oumuamua could have been an alien spacecraft can only make us more alert and receptive to thinking outside the box.Credit. ESO/M. Kornmesser”

The article doesn't exactly make the astronomer sound all that credible. And his main argument seems to be that because you can't prove it's not aliens, he therefor thinks it's most likely aliens.

Agreed. He’s full of hot air.

This piece seemed more interesting, with some more background on how Avi Loeb is pretty legit and has made many serious contributions to astronomy

Loeb spent almost a decade as chair of Harvard’s astronomy department, the longest any scientist has held that position. He has made or helped to make a number of major breakthroughs in our understanding of the universe, including different ways of detecting exoplanets – planets orbiting stars other than the sun. He has correctly predicted incredible phenomena, such as stars that streak across the depths between galaxies at nearly half a billion miles an hour. He is the founding director of Harvard’s Black Hole Initiative, part of the Event Horizon Telescope project that in April 2019 presented to the world the first photograph of a black hole.

The article doesn't exactly make the astronomer sound all that credible

As other people have mentioned, Loeb is a prominent figure in astronomy. He's on the President's Council of Science Advisors, director of Breakthrough Initiative, former chair of Harvard Astronomy Department, former Institute for Advanced Study, multiple notable scientific contributions to his field, and a long list of professional awards.

We shouldn't be treating him like a weatherman who just gave a hot take on global warming.

his main argument seems to be that because you can't prove it's not aliens, he therefor thinks it's most likely aliens.

That's a straw-man. His actual argument was that there are six anomalous properties that taken together make the object unique so far, and that his hypothesis best fits the data.

Ah yes, going to Harvard is more important for credibility than evidence and logic

Avi believes there's evidence to support his hypothesis, which is why he proposed it in the first place. At the very least the challenge is there to explain some of the behaviours of this object that weren't easy to explain.

We've come this far technology-wise, is it really hard to believe that some other civilisation might have gotten this far a thousand years ago, sent a laser-powered probe to a neighbouring system, and it carried on past that into our own?

What other model fits the observations better?

Perhaps the answer is simply that our ability to model solar wind or photon pressure is incomplete and needs work. Perhaps the answer is that Oumumama was a naturally formed object that happened to be very flat, providing solar-sail-like properties. Perhaps it was actually an alien artefact similar to the proposed laser-propelled probes some people are already talking about sending to neighbouring stars?

If you have 25 minutes spare and want a more nuanced look at Avi Loeb's hypothesis and reasoning behind claiming Oumuamua might be Alien light sail technology, then this is a good video to watch.

It also presents the viewpoints of people who disagree with Professor Loeb's current hypothesis that Oumuamua is definitely Alien technology.

I happen to have listened to numerous interviews with Professor Loeb from before Oumuamua was discovered up to the current day. The only thing I'll say is that he certainly became more entrenched with the idea that it is Alien technology right before his book is due to come out.

I haven't seen him make a "steadfast assertion that Oumuamua is definitely Alien technology" in any media appearance or print.

Loeb argues that it's a valid hypothesis we must begin to take seriously, and that it fits the data better than the alternatives that have been proposed.

Whether Avi is just selling his book or not, he makes some (at least) interesting arguments. We did not expect to find extrasolar objects with the Panstar observatory the fact that we did shows us at least that these objects must be more abundant then we thought. Whether or not Omuamua is alien, we would not expect it to be unique. With the increasing capability of our observatories, we should expect to find and be able to study similar objects soon.

While I doubt it was aliens, it's unfortunate that we didn't have the capability to send something after it and check it out.

In a few decades we might have the tech to send a lightsail probe to catch up to it a la Breakthrough Starshot Initiative

The thrust of his argument is that the other explanations for this object have included things like hydrogen icebergs, which are just as improbable and never before seen as an ET spacecraft, so why immediately discount the possibility that it could be aliens if you're already resorting to exotic objects to explain what little we do know. He's arguing that when we refuse to investigate certain possibilities because of our preconceived notions we set ourselves up to miss important science. Case in point, Jupiter sized exoplanets in close-in orbits were hypothesized 40 years ago as easy to find candidates via Doppler shift but because our planet formation models did not allow for gas giants closer than Mercury to their stars, committees wouldn't allow telescope time to look for them. Same goes for Einstein and black holes or quantum entanglement, where his work showed they were mathematically possible but his preconceptions did not allow him to believe they were real.


From Outer Space


FoxNews.com reports that Dr. Richard B. Hoover, an astrobiologist at NASA, believes that he has found the fossils of bacteria in meteorites. In other words, he claims to have found traces of life from outer space.

Not surprisingly, his claim is controversial many scientists do not accept that Dr. Hoover has come to the correct conclusion from what he has observed. Therefore, he has invited over 5,000 scientists to review his work and to publish their comments.

a. group of scientists
b. place where meteors come from
c. kind of restaurant
d. form of life

2. When something is controversial , people _______.

a. get sick from it
b. believe it is ancient and extremely rare
c. have strong disagreements about it
d. brush their teeth with it

3. Dr. Hoover seems confident that his research will be proven correct because _______.

a. he is named after a vacuum cleaner
b. he has invited many scientists to look closely at his work
c. he works for NASA
d. he gets a rash when he touches meteorites

4. Based on the reading selection, which statement is true ?

a. No one believes that Dr. Hoover has made an important discovery.
b. Astrobiologists are smarter than other scientists.
c. Dr. Hoover believes he has found fossils of bacteria.
d. Dr. Hoover did his work without using a microscope.

1___________2___________3___________4___________


Voir la vidéo: Une Chinoise Demande Pourquoi Allah Ne Se Montre-t-Il Pas Dans lIslam-Zakir Naik (Décembre 2022).