Astronomie

Quels sont les RA des frontières entre les signes zodiacaux traditionnels ?

Quels sont les RA des frontières entre les signes zodiacaux traditionnels ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'essaie de comprendre à quelle ascension droite (RA) - et non en longitude céleste - le soleil entre dans les divers signes astrologiques traditionnels (occidentaux) du zodiaque ; mais je n'arrive pas à comprendre comment calculer cela.

Quelles sont les ascensions droites des frontières entre les signes zodiacaux traditionnels le long de l'écliptique ?


TL;DR: Le calcul de l'ascension droite (c'est-à-dire la conversion des coordonnées écliptiques en coordonnées équatoriales) nécessite une certaine trigonométrie sphérique, mais heureusement, il existe des outils Internet qui le feront, comme ici. Les coordonnées RA résultantes sont : Bélier 0h 0m 0s ; Taureau 1h 51m 39s; Gémeaux 3h 51m 16s ; Cancer 6h 0m 0s; Lion 8h 8m 44s; Vierge 10h 8m 21s; Balance 12h 0m 0s; Scorpion 13h 51m 39s ; Sagittaire 15h 51m 16s; Capricorne 18h 0m 0s; Verseau 20h 8m 44s; Poissons 22h 8m 21s.


Explication et contexte

Étant donné que l'astrologie traditionnelle (occidentale) utilise la même année tropicale que les coordonnées célestes astronomiques, le zodiaque tropical commence par le Bélier à 0˚ de longitude sur l'écliptique, et chaque signe zodiacal suivant (NB ne pas la constellation, qui est différente) commence exactement 30˚ plus loin le long de l'écliptique. Ainsi, la division zodiacale du Taureau va de 30,00 à 59,99˚, celle des Gémeaux de 60,00˚ à 89,99˚, et ainsi de suite. Il ne s'agit alors que de convertir la longitude écliptique en coordonnées célestes (ascension droite).

D'autres informations utiles sur la relation entre l'écliptique et l'ascension droite peuvent être trouvées dans la réponse de Mike G à "Effet de l'obliquité de l'écliptique / inclinaison de la Terre sur l'équation du temps".

Le zodiaque tropical traditionnel et les coordonnées astronomiques modernes sont tous deux basés sur l'équinoxe vernal de l'hémisphère nord. Ce point de départ, également connu sous le nom de Premier Point du Bélier, est l'un des deux points où l'équateur céleste croise l'écliptique.

Lorsque Hipparque a défini le premier point du Bélier en 130 avant notre ère, il s'est en fait aligné sur la frontière entre les constellations des Poissons et du Bélier. Cependant, en raison de la précession des équinoxes, le point de départ du zodiaque tropical a un mouvement rétrograde le long de l'écliptique au rythme d'un degré tous les 71,5 ans. En conséquence, le Premier Point du Bélier est actuellement au plus profond des Poissons ! En utilisant les limites officielles actuelles de la constellation de l'IAU, le point de 0h RA traversera le Verseau en l'an 2597, nous avons donc un certain temps pour attendre "l'âge du Verseau".

Notez que toutes les traditions astrologiques ne sont pas basées sur l'année tropicale. L'astrologie hindoue, par exemple, est basée sur le zodiaque sidéral - c'est-à-dire qu'elle s'aligne en permanence avec les étoiles visibles, quelle que soit la précession axiale de la Terre. Certains astrologues occidentaux modernes utilisent également un zodiaque sidéral, dans lequel le Bélier sidéral commence actuellement le 15 avril.


Cela dépendra de l'endroit où vous tracez les lignes, mais elles ne sont pas également espacées… et cela dépend aussi de l'inclusion ou non d'Ophiuchus. Comme ils ne sont pas espacés uniformément, ce n'est pas comme si vous pouviez commencer par un point sur l'écliptique et calculer un espacement régulier pour eux.


La vérité sur les signes astrologiques

Parfois, quand il y a un jour d'actualité lent, je pense que les médias grand public aiment recycler une histoire qui a déjà causé une certaine controverse afin de "remuer le pot" à nouveau et d'obtenir une autre augmentation du grand public. Cela semblait certainement être le cas il y a environ un mois, lorsqu'une nouvelle a commencé à circuler furieusement sur la façon dont la NASA venait de changer les signes du zodiaque.

Je veux dire, c'était là, à la page trois du New York Daily News du 27 septembre :

« La nouvelle que la NASA a mis à jour les signes astrologiques pour la première fois depuis que les Babyloniens les ont conçus il y a environ 3 000 ans a secoué le monde de tout le monde. n'a fait qu'ajouter au chaos. Mais la NASA avait des raisons de procéder à des rénovations. Le ciel nocturne d'aujourd'hui ne ressemble plus à ce qu'il était il y a trois millénaires, l'axe de la Terre a changé et Ophiuchus a été omis à l'origine pour des raisons de propreté. Il a toujours été là. "[Photographe d'astronomie Insight de l'année 2016 : photos étonnantes]

Cette première ligne sur la façon dont "la NASA a mis à jour les signes astrologiques pour la première fois depuis que les Babyloniens les ont conçus il y a environ 3 000 ans" m'a presque fait cracher ma tasse de thé du matin. Et bien sûr, cette "révélation cosmique" est devenue virale. Le même soir, pratiquement tous les journaux télévisés ont consacré quelques minutes à la façon dont les signes astrologiques avaient soudainement changé.


Quels sont les RA des frontières entre les signes zodiacaux traditionnels ? - Astronomie

Signes du zodiaque : quels sont-ils ?

Il y a tellement d'idées fausses sur les signes sidéraux qu'une bonne question à se poser au début est : « Qu'est-ce qu'un signe du zodiaque ? Les astrologues tropicaux mesurent les signes à partir de l'équinoxe de printemps, qui marque chaque année le point où l'écliptique coupe l'équateur, mais quelle est la source des influences qui composent supposément les traits des signes tropicaux ?

Le zodiaque sidéral est mesuré par rapport aux étoiles fixes. Une difficulté principale avec ce zodiaque est que les astrologues du monde entier ne s'entendent pas sur les étoiles qui définissent le zodiaque sidéral. Le gouvernement indien a finalement choisi Spica comme point de 180° du zodiaque et point de frontière entre la Vierge et la Balance. L'école d'astrologie Fagan-Bradley utilise Aldébaran et Antares pour marquer les 15 degrés du Taureau et du Scorpion. Le débat concernant les limites exactes des signes sidéraux est en cours, et il n'est pas nécessaire de trouver une réponse définitive pour saisir l'objet de cet article.

Une idée fausse commune est que les signes sidéraux sont les mêmes que les constellations. Quiconque étudie une carte du ciel sait que ce n'est pas le cas. Comme les signes tropicaux, les signes sidéraux ont tous une longueur de 30 degrés, tandis que les constellations réelles varient beaucoup. La première partie du Bélier sidéral, par exemple, contient en réalité les étoiles de la constellation des Poissons, dont l'étoile la plus brillante, Al Risha (le nœud des Poissons) et le Poisson du Nord.

Le zodiaque : une brève perspective historique

Nous savons que les douze signes du zodiaque sont apparus pour la première fois en Mésopotamie. À l'époque néo-assyrienne, les positions des planètes et de la lune étaient mentionnées par rapport à 17 constellations. Tous n'étaient pas dans l'écliptique. Ces constellations étaient décrites comme des dieux se tenant sur le chemin de la lune. Il était entendu que le Soleil et les planètes se déplaçaient également à travers ces 17 constellations. Certaines de ces constellations étaient :

Étoiles (Les Pléiades)
Le Taureau du Ciel (Taureau)
Véritable Berger d'Anu (Orion)
Échelles (Balance)
Queues (Poissons)

Le VIIe siècle av. a vu l'introduction des mathématiques dans l'astrologie et l'astronomie. Le catalyseur du développement de l'astrologie mathématique fut l'invasion de Babylone par les Perses. Entre 630 et 450 avant notre ère. les planètes se sont établies en signes zodiacaux plutôt qu'en constellations. L'écliptique a été divisée en douze signes égaux qui ont remplacé l'ancienne série de 17 constellations. Les douze signes du zodiaque étaient :

NOM SYMBOLE NOM SYMBOLE
Le loueur Un bélier Les Échelles Échelles (?)
Taureau d'An
(Les étoiles)
Un taureau à bosse Le scorpion Un scorpion
Les grands jumeaux Deux personnages avec
armes
pa.bil.sag (pa) Un hippo-centaure
Le crabe Un crabe Le poisson chèvre Un poisson chèvre
Le lion Un lion Le grand Figure avec des jets d'eau coulant sur son épaule
Le Sillon Une jeune fille tenant un
tige de grain
les queues
(le champ)
Hirondelle et poisson

Les douze signes ont ensuite été divisés en dodekatemoria, ou 12 sections de 2 ½ degrés chacune. Le zodiaque à cette période de l'histoire était clairement sidéral, et les exaltations et les triangles (quatre groupes de trois signes chacun maintenant associés aux quatre éléments) étaient en place. Les lieux des planètes exaltées étaient des zones générales des constellations.

L'astrologie telle que nous la connaissons aujourd'hui est née d'une fusion des idées égyptiennes avec l'astronomie babylonienne. Les armées d'invasion d'Alexandre le Grand sont arrivées en Mésopotamie en octobre 331. La période hellénistique qui a suivi a vu l'astrologie se développer avec une emphase scientifique. Hipparque (vers 190-120 avant notre ère) a découvert la précession des équinoxes. Ptolémée (100 ?-170 ? CE) a déclaré catégoriquement que le zodiaque a commencé à l'équinoxe de printemps.

Pendant plusieurs centaines d'années centrée autour de la B.C.E./C.E. jonction l'état du zodiaque semble être une étude confuse car les astrologues ont combiné le symbolisme des étoiles et des constellations avec des signes du zodiaque qui ont été mesurés à partir de divers points de l'écliptique. Finalement, la confusion du zodiaque (dont la plupart des astrologues de l'époque n'étaient peut-être pas conscients) s'est calmée. Le zodiaque sidéral fixe a pris racine en Inde, et l'Occident a adopté le zodiaque tropical mathématiquement sûr mesuré à partir du point vernal.

Revenons à notre question initiale : bien que nous sachions comment les deux zodiaques sont mesurés à partir de l'équinoxe de printemps ou d'une ou plusieurs étoiles fixes, quelles sont les sources des caractéristiques des signes ? En d'autres termes, qu'est-ce qu'un signe du zodiaque ?

Les premiers auteurs astrologiques traitaient les signes et les constellations de différentes manières. Les signes ont été traités en termes de motifs et ont été regroupés en trigones (triangles) ou en carrés. Ils étaient divisés alternativement en catégories masculines et féminines. Parfois, ces divisions étaient appelées nocturnes ou diurnes. Les constellations et les étoiles ont été traitées individuellement, leurs attributs n'ont pas été notés comme étant des influences directes des signes.

Pendant de nombreux siècles, il a été facile pour les astrologues de considérer les signes comme des boîtes ou des blocs d'espace statiques qui commencent et se terminent à des intervalles d'exactement 30 degrés les uns des autres. Chaque signe était supposé avoir une influence constante à l'intérieur de ses limites. Le regretté astrologue anglais, John Addey, nous a forcés à repenser cette croyance. Il nous rappelle que les blocs statiques de l'espace n'existent pas dans l'univers plutôt, nous vivons dans un environnement de mouvement et de changement constants. Tout et chaque être dans l'univers répond à l'influence cyclique. L'univers est palpitant, rythmé, mouvant. Pourquoi alors le chemin écliptique ou zodiacal de la terre/soleil ne répondrait-il pas également au pouls de l'univers ?

Selon Addey, plutôt que d'être considérés comme des blocs d'espace fixes, les signes du zodiaque peuvent être décrits plus précisément comme une série continue de vagues qui culminent et diminuent à intervalles réguliers. Diverses influences de signes allaient et venaient en intensité. Addey a appelé ce principe d'onde harmoniques , et pensait que toute régularité de signe observée pouvait être expliquée en termes de concept harmonique.

Les travaux de Michel et de la Françoise Gauquelin nous ont apporté la preuve que des harmoniques diurnes existent dans l'horoscope individuel. Pourquoi alors les harmoniques zodiacales ne peuvent-elles pas également exister, culminant et diminuant à des points spécifiques dans un modèle de 12 fois ? Dans la pensée d'Addey, la description la plus proche des douze signes traditionnels en termes d'harmoniques est la sixième harmonique (six ondes) à l'intérieur du cercle zodiacal. Les pics correspondraient aux signes impairs et les creux aux signes pairs. (Addey, p. 57)

Cependant, d'autres modèles harmoniques, tels que les éléments, ont été observés par les astrologues. Cela signifie que la polarité des signes peut être définie plus précisément par deux ondes de 6e harmonique, chaque onde ayant ses propres points de départ et de point culminant. Cette idée explique le concept indien de division des signes en moitiés solaire et lunaire (Hora) : la première moitié (montée vers un pic) des signes masculins vient sous le Soleil tandis que la seconde moitié (descendante) est gouvernée par la Lune . L'inverse est vrai pour les signes féminins.

Ce que nous appelons un « signe » peut être en partie la zone culminante des ondes harmoniques de base qui se divisent également en le nombre douze : douze est le plus petit commun multiple de 2, 3, 4 et 6, et embrasse ainsi le symbolisme de ces derniers. Nombres. Diviser quatre en douze nous donne les trois modes de quatre signes chacun (cardinal, fixe et mutable), et diviser trois en douze nous donne quatre ensembles de trois éléments chacun.

Addey a noté que le bois caractéristique de différents instruments de musique découle de la manière dont les sous-harmoniques de leurs notes se combinent. (Addey, p. 21) La figure 1 ci-dessous montre comment les harmoniques primaires culminent et se rejoignent pour former le signe zodiacal du Lion. A noter que l'élément feu atteint son nadir en Gémeaux (et autres signes aériens), tandis que la qualité fixe devient nulle entre les signes mutables et cardinaux.

L'astrologie hindoue reconnaît implicitement une action des vagues dans le zodiaque dans son utilisation des cartes harmoniques ainsi que dans la doctrine selon laquelle une planète positionnée près de la jonction de deux signes est placée de manière critique et instable dans son action. On dit que les planètes proches des débuts des signes sont à leurs balbutiements et faibles. On dit que les planètes proches des extrémités des signes sont dans un état de vieillesse avec peu de pouvoir pour faire le bien.

Le clairvoyant de Virginia Beach, Edgar Cayce, a parlé des cuspides des signes comme indiquant « la montée d'une influence et la submersion. d'un autre. ” (801-1) Il a dit que les personnes ayant une emphase cuspidienne se retrouveraient sous deux ensembles d'influences, ce qui entraînerait une attraction dans différentes directions. Bien que le terme cuspide se réfère techniquement à un point culminant, le terme a été utilisé dans la littérature astrologique pour désigner le point de jonction entre deux signes ou maisons. Cayce a particulièrement souligné la cuspide à l'équinoxe de printemps. L'astrologie sidérale hindoue reconnaît l'importance des points d'équinoxe et de solstice, mais ils ne sont pas utilisés pour mesurer les signes du zodiaque. Dans le zodiaque tropical, les points d'équinoxe marquent les débuts des signes du zodiaque.

Puisque les signes statiques ne peuvent pas exister au sens théorique, nous pouvons en partie définir une zone du zodiaque qui semble produire un effet spécifique comme la zone culminante des harmoniques primaires. Ce concept explique la polarité, les quatre éléments et les trois qualités. Les harmoniques mises à part, il nous reste encore l'influence possible (ou probable) des constellations réelles et des étoiles individuelles. On peut aussi se demander par quel procédé le symbolisme des seigneurs planétaires et des exaltations se rapporte aux signes du zodiaque.

Si le zodiaque astrologique est bien une construction basée sur les harmoniques, la question qui se pose toujours à nous est la suivante : les ondes des signes sont-elles en corrélation avec les solstices et les équinoxes, ou s'écoulent-elles par rapport à une ou plusieurs étoiles critiques ? Comme Addey le déclare :

Le grand problème du zodiaque est : qu'est-ce qui détermine la phase ? Comment pouvons-nous décider à quels points du cercle l'effet maximal se produit dans un cas particulier ? (Addey, p. 176)

« La question importante n'est pas celle du zodiaque en tant que tel, mais du ou des foyers significatifs dans l'écliptique à partir desquels les effets, représentés par les harmoniques du cercle, sont générés. » (Addey, p. 197)

Le zodiaque tropical a un point de départ précis à l'équinoxe de printemps de l'hémisphère nord et d'automne de l'hémisphère sud. Mais qu'en est-il du zodiaque sidéral ? Un zodiaque nécessite un point de repère sur le cercle à partir duquel les mesures sont effectuées. Diverses mesures d'étoiles spécifiques ont été utilisées en Mésopotamie pour désigner les points initiaux des signes du zodiaque. Cependant, ces étoiles n'étaient pas exactement à 30 degrés et à zéro minute les unes des autres, ce qui nous laisse avec un zodiaque avec des limites de signe floues.

Parmi les étoiles brillantes situées près de l'écliptique, Spica est pratiquement le seul candidat pour une étoile de référence située près d'une jonction de signes, et cette jonction se trouve juste au centre du zodiaque sidéral entre la Vierge et la Balance. Ce qui est peut-être plus intéressant, c'est que Spica n'est qu'à quelques minutes en longitude du brillant Arcturus au nord. Edgar Cayce accordait une grande importance à Arcturus comme en témoignent ces citations de ses lectures :

“Pour Arcturus est le chemin, la porte de sortie de ce système.” (2454-3)

“Non pas que le Soleil en tant que centre du système solaire soit tout ce qu'il y a. Car l'entité a atteint ce royaume même d'Arcturus, ou ce centre à partir duquel il peut y avoir l'entrée dans d'autres royaumes de conscience.” (2823-1)

“Arcturus est ce que l'on peut appeler le centre de l'univers, par lequel passent les individus et à quelle période vient le choix de l'individu de retourner [à la terre] ou de passer à [d'autres systèmes] . (5749-14)

L'Arcturus est cette jonction entre les sphères d'activité liées à la force cosmique, et c'est autour de laquelle cette sphère d'activité particulière tourne. ” (263-15)

Ainsi, du moins selon Edgar Cayce, le degré d'Arcturus (et de Spica) est d'une importance critique pour l'évolution de l'humanité. Le degré longitudinal de Spica & Arcturus, le point de jonction entre la Vierge et la Balance, marque-t-il un point d'émanation d'onde critique pour le zodiaque sidéral ? Juste en face de ce point se trouve zéro degré du Bélier.

Trouver le point d'émanation des vagues

Puisque ce sont les pics et les creux des vagues qui peuvent définir des signes, comment savoir exactement où se situent les points hauts et bas dans le cercle zodiacal ? Le phasage exact des ondes zodiacales, s'ils existent, ne peut être facilement observé. Les zones clés en question sont les zones actuelles de chevauchement entre les zodiaques tropical et sidéral. (Voir la figure 2 ci-dessous) Ces zones ont une longueur d'environ cinq à sept degrés selon l'ayanamsa (la différence entre les zodiaques tropical et sidéral) et l'année moderne en question.

Si les degrés finaux d'un signe tropical se comportent davantage comme le signe tropical suivant en ce qui concerne la polarité, les modes et les éléments, alors c'est la preuve d'un zodiaque sidéral d'influences ondulatoires. Si les premiers degrés des signes sidéraux ressemblent au signe précédent, alors cela pointe vers des ondes harmoniques liées aux points d'équinoxe.

Étant donné que la zone de chevauchement entre les zodiaques n'est actuellement que de 1/5 d'un signe et que les effets harmoniques diminueraient vers les extrémités des signes, il est très difficile de juger quel zodiaque pourrait être le plus précis lorsque seules l'opinion et l'observation personnelles sont utilisé pour la mesure. Il se peut que les caractéristiques de polarité, les modes et les trigones ne soient pas du tout observés pour les cinq premiers degrés et les cinq ou six derniers degrés d'un signe. C'est précisément le chevauchement actuel des zodiaques tropical et sidéral.

En résumé, un signe du zodiaque peut être composé de :

(1) Harmoniques en corrélation avec la polarité, les trigones et les qualités. (Remarque : d'autres harmoniques peuvent exister comme les 27 nakshatras indiens ou les 28 demeures lunaires médiévales.)

(2) Influences qui concernent directement les seigneurs domiciliés et les planètes exaltées en signes via une connexion cosmique dont nous ne comprenons pas le fonctionnement à l'heure actuelle.

(2) Étoiles individuelles qui peuvent affecter des degrés variables selon la luminosité de l'étoile. Une étoile brillante telle que Spica peut influencer une zone de deux degrés alors que l'effet d'une petite étoile faible peut être limité à moins d'un degré.

(3) L'effet global possible des constellations réelles. Cela provoquerait un mélange entre les signes. Par exemple, la Vierge s'étend aux deux tiers de la Balance sidérale. La constellation réelle des écailles se situe dans les dix derniers degrés de la Balance. Les deux premiers tiers de la Balance sont-ils différents du dernier tiers ? (Ou y a-t-il une différence notable entre le premier et le dernier Scorpion tropical et la limite actuelle de la constellation de la Vierge et de la Balance ?)

Si les effets proviennent des étoiles et/ou constellations réelles, alors les significations des signes tropicaux changeront au cours des siècles, tandis que les signes sidéraux resteront stables. Une autre possibilité est que les harmoniques soient en corrélation avec des signes mesurés à partir de l'équinoxe, mais les effets des domiciles planétaires appartiennent au zodiaque sidéral. Cela signifierait qu'au fil des siècles, les effets de polarité, de trigones et de qualités entreraient et sortiraient progressivement des signes sidéraux tandis que les effets de signe qui sont en corrélation avec les planètes resteraient stables.

La solution la plus simple serait que si les harmoniques étaient liées à une étoile de référence particulière telle que Spica, les effets des étoiles et des constellations resteraient stables au cours des siècles dans un zodiaque sidéral. Dans le zodiaque tropical, les étoiles et les constellations se déplaceront toujours dans le temps en fonction des signes. On ne sait toujours pas comment fonctionnent les seigneurs du domicile dans le zodiaque, bien que j'aie trouvé la corrélation beaucoup plus facile à faire dans le zodiaque sidéral. Quelques astrologues tropicaux m'ont en fait dit qu'ils ne pensaient pas du tout qu'il y ait une quelconque corrélation entre les planètes et les signes du zodiaque !

À cette époque, nous sommes encore confrontés à des siècles de questions sans réponse sur le zodiaque. Jusqu'à ce que la recherche soutienne un zodiaque particulier, les astrologues individuels resteront attachés à leur zodiaque préféré, et la controverse se poursuivra dans le monde astrologique avec certains astrologues affirmant que tous les zodiaques fonctionnent. À mon avis, ce n'est pas une solution tenable à la question du zodiaque.

Thérèse Hamilton
20 mai 2004

Addey, John. (1976) Harmoniques en astrologie. Greenbay, WI : Cambridge Circle, Ltd.

Baigent, Michel. (1994) Des présages de Babylone : Astrologie et Mésoptamie antique. Arkana, Penguin Books.

Ballard, Juliette Brooke. (1979) Les lois cachées de la Terre. Virginia Beach, Virginie : A.R.E. presse

Les lectures d'Edgar Cayce, volume 18. (1985) Astrologie - Partie 1. Virginia Beach, VA : Association pour la recherche et l'illumination (ARE).

Gauquelin, Michel. (1978) Influences cosmiques sur le comportement humain. New York : ASI Publishers, Inc.

Main, Robert, Compilateur. (1995?) Chronologie de l'Astrologie du Moyen-Orient et de l'Occident par période. Publications Arhat

Main, Robert. L'histoire de l'astrologie - un autre point de vue. Publications Arhat (Internet)

Main, Robert. Sur l'invariance du zodiaque tropical. Rétrospective du projet, 1997 (Internet)

Ulla Koch-Westenholz. (1995) Astrologie mésopotamienne. Danemark : Museum Tusculanum Press


Quels sont les RA des frontières entre les signes zodiacaux traditionnels ? - Astronomie

L'astronomie derrière l'astrologie

  • Savez-vous que ce que vous considérez comme votre signe du zodiaque n'est peut-être pas correct ?

Dans cette page, j'essaie de donner une explication scientifique à ces questions et en chemin, je vous laisse découvrir votre véritable signe du zodiaque. Je commence par introduire quelques concepts astronomiques qui, je l'espère, vous donneront un aperçu de la géométrie et de la physique de la rotation de la Terre autour du Soleil et du mouvement apparent des objets dans le ciel.

J'aime souligner que le but principal de cette page est de montrer les faits astronomiques derrière ce que nous appelons les signes du zodiaque, et je l'ai juste fait pour le plaisir ! (après tout, étant astronome, on me pose toujours des questions sur les horoscopes des autres !). Je n'ai pas l'intention de discuter en profondeur de la validité de l'astrologie ou de ses prédictions, cependant je donne mon opinion personnelle en tant qu'astronome, si cela vous intéresse.

Le zodiaque et l'astrologie sont des concepts communs à de nombreux pays de la civilisation occidentale. Des sondages montrent qu'environ 90 % de la population connaît son signe du zodiaque et que près de la moitié lit son horoscope régulièrement. Les colonnes d'astrologie aident à vendre des millions de journaux et de magazines et sont un sujet populaire dans les programmes de télévision et de radio. Bien que seul un petit pourcentage admette réellement prendre les horoscopes au sérieux, la grande majorité des gens ne connaissent pas les concepts astronomiques derrière leur signe de naissance.

L'astrologie est née en Mésopotamie il y a environ 3000 ans. Les anciens Babyloniens effectuaient des observations méthodiques du ciel nocturne et construisaient de grands observatoires où les prêtres étudiaient le ciel et les corps célestes qui, selon eux, contrôlaient la vie et les événements sur Terre. À cette époque, on croyait que les objets dans le ciel étaient fixés à des sphères célestes transparentes et que leurs mouvements étaient censés être le résultat du mouvement de ces sphères lorsqu'elles tournaient autour de la Terre. Des groupes d'étoiles brillantes ont été observés pour former des motifs proéminents dans le ciel nocturne appelés constellations, qui ont été historiquement attribués à des figures mythologiques. Les premiers astronomes ont reconnu que les constellations apparu et disparu avec le changement des saisons tout au long de l'année. De la même manière, le Soleil, la Lune et les planètes ont été observés en mouvement par rapport au fond fixe des étoiles, ou constellations. La Terre voyage dans l'espace lorsqu'elle tourne autour du Soleil sur une orbite plane approximativement circulaire. Si l'on traçait une ligne du centre de la Terre au centre du Soleil, cette ligne « dessinerait » un grand plan dans les cieux alors que la Terre orbite autour du Soleil. Ce grand plan est appelé plan de l'écliptique, comme le montre la figure 1.

Figure 1
Le plan écliptique et le système de coordonnées écliptiques

Figure 2
Le plan équatorial, les saisons annuelles et les équinoxes

figure 3
La bande du zodiaque et la position apparente des constellations par rapport au système Terre-Soleil

Sur la base de leurs observations du ciel nocturne, les anciens astronomes ont déterminé que pendant la journée, le Soleil semblerait "entrer" ou traverser différentes constellations tout au long de l'année. En raison de leur perspective depuis la Terre, ils ont observé que le Soleil, la Lune et toutes les planètes visibles à l'œil nu semblaient traverser en une année une région du ciel occupée par douze constellations spécifiques. Ces constellations sont celles que nous croiserions si nous étendions le plan de l'écliptique dans l'espace. Ces douze constellations étaient appelées le Zodiaque. De nombreuses personnes anciennes croyaient que le comportement, les émotions et le destin d'une personne étaient fortement influencés par l'heure de naissance de cette personne, c'est-à-dire son signe du zodiaque.

Les constellations du zodiaque, telles qu'elles étaient envisagées par les anciens astronomes, se sont vu attribuer des motifs spécifiques qui ressemblent aux formes des animaux et des êtres humains. Les constellations du zodiaque forment en fait une ceinture imaginaire dans le ciel qui s'étend à environ huit degrés au-dessus et au-dessous du plan de l'écliptique, comme indiqué. Lorsque nous regardons la position des constellations du zodiaque à un moment donné de l'année, le Soleil se trouve entre la Terre et l'une de ces constellations, comme le montre la figure 3.

Equinoxes de printemps et d'automne

Nous connaissons l'équateur terrestre en raison de nos connaissances en géographie. Si nous pouvions étendre l'équateur terrestre dans l'espace afin qu'il puisse être vu sur le fond des étoiles, nous serions capables de voir ce qu'on appelle en astronomie l'équateur céleste. Parce que l'axe de rotation de la Terre est incliné par rapport à l'écliptique de 23,5 & 8747, l'équateur céleste et l'écliptique ne se trouvent pas sur le même plan, mais se croisent à un angle de 23,5 degrés comme le montre la figure 2. Les deux points du ciel où ces deux plans se croisent sont appelés les équinoxes. Nous appelons l'équinoxe de printemps le point d'intersection où le Soleil, dans son mouvement apparent contre les étoiles de fond le long de l'écliptique, traverse l'équateur céleste du sud au nord, se produisant généralement vers le 21 mars. De même, nous appelons l'équinoxe d'automne le point d'intersection où le Soleil, dans son mouvement apparent contre les étoiles de fond le long de l'écliptique, traverse l'équateur céleste du nord au sud, se produisant généralement vers le 21 septembre. Le premier jour du printemps correspond alors à l'équinoxe de printemps et le premier jour de l'automne correspond à l'équinoxe d'automne. Pendant le temps des équinoxes, nous sur Terre expérimentons douze heures de jour et douze heures de nuit.

La précession de l'équinoxe

Figure 4
La précession de la Terre autour de son axe

La rotation de la Terre sur son axe a fait diverger la forme de la Terre d'une sphère et a fait gonfler les régions équatoriales de la Terre. Parce que l'équateur de la Terre est incliné par rapport au plan orbital de la Terre autour du Soleil, le renflement équatorial de la Terre est également incliné par rapport au plan le long duquel le Soleil et la Lune se déplacent. La Lune et le Soleil exercent une traînée gravitationnelle sur le renflement équatorial de la Terre, essayant de tirer la région équatoriale de la Terre pour qu'elle soit alignée avec le plan de l'écliptique. Cette traction, ainsi que le mouvement de rotation de la Terre sur son axe, la révolution de la Terre autour du Soleil et la révolution de la Lune autour de la Terre, font osciller la Terre autour de son axe de rotation, semblable au mouvement de une toupie. Ce mouvement est appelé précession. C'est l'oscillation du plan équatorial qui fait bouger la ligne d'intersection des plans équatorial et écliptique. Comme mentionné ci-dessus, l'intersection de ces deux plans détermine l'endroit du zodiaque où se produisent nos équinoxes de printemps et d'automne. Cette ligne d'intersection est dite processus ou se déplacer dans le zodiaque à cause de l'oscillation.

Figure 5
Trajectoire circulaire que le pôle nord équatorial décrit en raison de la précession de la Terre

La figure 4 montre un schéma de la précession de la Terre, cet effet change progressivement là où sur le zodiaque tombent les points d'équinoxe. Il faut environ 2150 ans pour que l'équinoxe parcoure 30∫ ou 1/12 ème de l'écliptique. Cette précession signifie que l'équinoxe de printemps venait d'entrer dans les Poissons il y a 2000 ans et qu'il est sur le point d'entrer dans la constellation du Verseau (c'est la raison pour laquelle de nombreux astrologues disent que nous allons commencer l'époque du Verseau).

Une extension de l'axe de la Terre dans l'espace trace une figure conique avec un cycle de temps ou une période de 26 000 ans. La précession de la Terre implique que bien que Polaris soit actuellement l'étoile au-dessus de notre pôle nord, dans environ 13 000 ans, Vega deviendra notre étoile du nord seulement après encore 13 000 ans, le pôle nord pointera à nouveau vers Polaris, comme le montre la figure 5. Par conséquent, en raison de la précession de la Terre, la constellation qui se trouve aujourd'hui derrière le Soleil est en réalité différente de celle prédite par les astrologues.

Ophiuchus, la 13 ème constellation du zodiaque

Les constellations du zodiaque au présent

Contrairement aux signes du zodiaque en astrologie, les constellations astronomiques varient considérablement en taille. Si nous considérons le ciel comme une grande sphère, les zones couvertes par différentes constellations peuvent être dessinées assez précisément. Il y a un certain nombre de jours de l'orbite terrestre où le Soleil est entre notre planète et l'une des constellations zodiacales. Étant donné que chaque constellation est de taille différente et que l'écliptique traverse des portions plus ou moins grandes de chaque constellation et que la vitesse de la Terre autour du Soleil varie le long de son orbite, le Soleil se trouve entre la Terre et chaque constellation zodiacale pendant des périodes variables. Par exemple, plus de jours (44 jours) sont passés avec le Soleil entre la Terre et la plus grande constellation, la Vierge, qu'avec le Soleil entre la Terre et la plus petite constellation, le Scorpion (7 jours).

Les limites de toutes les constellations du ciel ont été fixées par l'Union astronomique internationale (UAI) en 1930. Il s'agissait essentiellement d'un exercice de cartographie visant à rendre le travail des astronomes plus efficace. Il y a 2000 ans, il y avait 12 constellations dans notre zodiaque. À l'heure actuelle, notre écliptique traverse les limites de 13 constellations, les 12 habituelles et une nouvelle connue sous le nom d'Ophiuchus (ou Serpentaire). Ophiuchus is depicted as a man supporting a serpent, the interposition of his body divides the snake into two parts, Serpens Caput and Serpens Cauda. Ophiuchus, is located in a position near the center of the Milky Way galaxy amid clouds of molecular hydrogen and dust. In addition, although not part of the original constellation stars, the so-called Barnard's Star is located within Ophiuchus this object has the largest known proper motion relative to the Sun. Just as a remark, within a few hundred years the ecliptic will no longer pass through Scorpius but will also include the constellation of Orion.

Most astrologers use a different system to determine the size of our zodiacal constellations. The ecliptic (which is also the name to the apparent path of the Sun on the sky, which creates a circle of 360∫) is simply divided up into twelve equal segments (of 30∫) corresponding to the same amount of months in the calendar, just by convenience, marking the start of the year cycle at the so-called first point of Aries, i.e. the point on the sky where the ecliptic and equatorial planes intersect, i.e. the vernal equinox. This point occurred 2000 years ago in the constellation of Aries, but nowadays this occurs in the constellation of Piscis, making this constellation the start-point of the current zodiac solar system.

The following table provides the dates at which the Sun is located within the boundaries of a specific zodiac constellation as defined in 1930 by the International Astronomical Union, i.e. the periods of the real zodiac signs.

The dates can vary by as much as 2 days from year to year, depending on the cycle of leap years. The solar zodiac column indicates the actual dates when the Sun is located within the boundaries of the named constellation. If you are on the boundary between any two signs and you want to know your real sign (together with your ascendent and descendent signs, defined below), use the free software called Stellarium indicating the date, time and location of birth and it will give you a nice sky chart of your birthday through a nice interface.


Twelve Signs of the Western Astrology

According to natural distribution, stars are divided into many regions of different sizes, each called a constellation. Connecting all bright stars in a constellation with lines, different images in the shape of animals and objects are formed. People named each constellation according to its shape. The International Astronomical Union divided the sky into 88 constellations with precise boundaries, making every star belonging to a particular constellation.

Seen from Earth, the sun moves slowly in the Celestial Sphere and passes through constellations, forming a large circle for a year. This circle is called Ecliptic. The Ecliptic is divided into twelve equal portions (each equivalent to 30 degrees) each portion was named after the closest constellation. All these twelve portions were called Ecliptic Constellations, according to which western horoscope theories developed.

The astrologists divide a year into 12 periods, during each period the sun being in a constellation area. So everyone has a corresponding zodiacal sign according to the period his / her birthday lies in. The 12 signs are Aries, Taurus, Gemini, Cancer, Leo, Virgo, Libra, Scorpio, Sagittarius, Capricorn, Aquarius and Pisces. People believe that different sun signs of the zodiac present different characteristics and talents.


Constellation

It is important to distinguish the zodiacal signs from the constellations associated with them, not only because of their drifting apart due to the precession of equinoxes but also because the physical constellations by nature of their varying shapes and forms take up varying widths of the ecliptic, and so the sun is not in each constellation for the same amount of time. [ 18 ] :25 Thus, Virgo takes up fully five times as much ecliptic longitude as Scorpius. The zodiacal signs, on the other hand, are an abstraction from the physical constellations designed to represent exactly one twelfth of the full circle each, or the longitude traversed by the Sun in about 30.4 days. [ 19 ]

There have always been a number of "parazodiacal" constellations that are also touched by the paths of the planets. The MUL.APIN lists Orion, Perseus, Auriga, and Andromeda. Furthermore, there are a number of constellations mythologically associated with the zodiacal ones : Piscis Austrinus, The Southern Fish, is attached to Aquarius. In classical maps, it swallows the stream poured out of Aquarius' pitcher, but perhaps it formerly just swam in it. Aquila, The Eagle, was possibly associated with the zodiac by virtue of its main star, Altair. Hydra in the Early Bronze Age marked the celestial equator and was associated with Leo, which is shown standing on the serpent on the Dendera zodiac. Corvus is the Crow or Raven mysteriously perched on the tail of Hydra.

Due to the constellation boundaries being redefined in 1930 by the International Astronomical Union, the path of the ecliptic now officially passes through thirteen constellations: the twelve traditional 'zodiac constellations' plus Ophiuchus, the bottom part of which interjects between Scorpio and Sagittarius. Ophiuchus is an anciently recognized constellation, catalogued along with many others in Ptolemy's Almageste, but not historically referred to as a zodiac constellation. [ 20 ]

The technically inaccurate description of Ophiuchus as a signe of the zodiac dates to the 1970s. This drew prominent media attention on 20 January 1995, following an announcement on the BBC Nine O'Clock News that "an extra sign of the zodiac has been announced by the Royal Astronomical Society". [ 21 ] Investigation into the source of the story revealed there had been no such announcement, and that the report had merely sensationalized (perhaps for the purposes of promoting a forthcoming BBC astronomy program) the 67-year-old 'news' of the IAU's decision to alter the number of designated ecliptic constellations. [ 22 ] The assertion that Ophiuchus constitutes an astrological sign periodically resurfaces in the media, due to a failure to appreciate that the irregular astronomical demarcation of the thirteen ecliptical constellations does not relate to the separate frame of reference provided by the equally-spaced twelve-fold longitude division of the ecliptic into zodiacal signs. [ 23 ]


What are the RAs of the boundaries between traditional zodiacal signs? - Astronomie

There is a short poem which helps to remember the signs of the zodiac. It is two short couplets that include all the signs, albeit not in proper order:

The ram, the bull, the heavenly twins,

And next the crab, the lion shines,

The virgin and the scales,

The scorpion, archer, and the goat,

The man who holds the watering-pot,

And fish with glittering scales.

I n astronomy , the zodiac is a circle of twelve 30° divisions of celestial longitude that are centered upon the ecliptic : the apparent path of the Sun across the celestial sphere over the course of the year. Historically, these twelve divisions are called signs . The signs are named after the major constellation in each division.

Astrology is the belief in a connection between the cosmos and terrestrial matters has played an important part in human history. It’s bunk, of course. Western astrology is based on ancient star tables, and gives us these twelve signs and symbols:

The dates of the astrological zodiac do not correspond to astronomical observation the traditional star charts are horrible out of date.

Due to the constellation boundaries being redefined in 1930 by the International Astronomical Union , the path of the ecliptic now officially passes through thirteen constellations: the twelve traditional 'zodiac constellations' plus Ophiuchus (the serpent bearer) , the bottom part of which interjects between Scorpio and Sagittarius. Ophiuchus is an anciently recognized constellation, catalogued along with many others in Ptolemy 's Almagest , but not historically referred to as a zodiac constellation.

Based on actual celestial observation and astronomical redefinition, these are the actual modern dates of the zodiac:

Aquarius: Feb. 16 – March 11

Sagittarius: Dec. 18 – Jan. 18

Ukrainians were not believers in astrology, but did follow the constellations and have their own names for them.

According to my handout and the Brody book, zodiac symbols can also be placed onto a Brody pysanka. The symbols used are not the western ones used by the Romans, but the Ukrainian ones that represent their names for the constellations. Which calendar you choose to use is up to you. In Ukrainian, Ophiuchus is Змієнесець: I do not know if he has his own symbol.

I have listed here, for each sign/constellation, the following information:

and included a medieval representation of the zodiac sign, as well as the Brody symbol. SOme names are fairly similar, while others are hugely different. Then again, the Roman’s Great Bear (and English Big Dipper) is our Big Wagon.


The Difference Between Tropical and Sidereal Astrology

With Tropical, the zodiac signs are placed relative to the sun’s position on the ecliptic (denoted by the equinoxes and solstices, which is what defines the seasons).

With Sidereal, the zodiac signs are mapped to the constellations and fixed stars.

Depending on which system is used the story that is revealed – and the predictions that are made – can become drastically different!

This poses a problem, doesn’t it? With such contrary results, is it possible that these two systems of Astrology can co-exist? Do they provide unique perspectives on the same situation, or is one more accurate than the other?

My conclusion based on years of study (though I remain open) is the fixed stars have very little – if nothing at all to do with astrology. Astrology is based on celestial phenomena within our own solar system exclusively (and likely alignments with the Galactic Centre which our solar system revolves around).

As with Sabian Symbols, I have never found fixed stars to hold much truth at all – and certainly sidereal astrology, being based on these fixed stars, is an inaccurate co-ordinate to accurately map consciousness on Earth.

Let’s explore more about Astrology and see what we can find!

Astrology History Lesson

Archaic forms of Astrology have been with us for many millenia beginning with the observation that the Sun returned to its original position every 12 lunar cycles.

Tropical Astrology was officially codified approximately 2000-2500 years ago, with knowledge pioneered by the Ancient Babylonians, Egyptians and Greeks.

These cultures used the Spring Equinox as the reference for the zero-point or the beginning of the Zodiac Cycle.

The Spring Equinox was a particularly celebrated Event to our ancestors, representing the New Year, when fertility and light returns after Winter.

Two thousand years ago, at the Spring Equinox, the Sun occupied the space in the sky that roughly corresponded with the Constellation of Aries. Thus the first sign was named ‘Aries,’ and the remaining eleven signs were similarly named after easily-recognizable constellations along the ecliptic plane.

The fixed stars were easily-visible reference points to identify the twelve segments of the sky in order to advance their study of the cosmos. The Signs are given meaning from the Seasons! The qualities and energetic signatures of the Zodiac Signs are connected with the Sun as it journeys along the Ecliptic.

What is the Ecliptic

The Ecliptic is a Great Circle around the the Earth. All planets move within this narrow band in the sky.

From our Geo-Centric perspective on Earth, it appears as though the Sun , Moon and other Planets revolve around our planet on this plane.

Quand le Moon’s orbital path intersects with the Sun’s Ecliptic we experience Eclipses.

Every year, the Sun completes a sine-wave pattern over the Earth.

The waveform is caused by the angle of the Earth as it orbits the Sun, and this creates the Earth’s Seasons.

The sun’s path is evenly split into twelve, 30-degree segments over the Earth, totaling 360 degrees.

The Greeks introduced their knowledge of Astrology to India approximately two millenia ago, in the Yavanajātaka.

This is why both Western and Vedic systems share the same Zodiac Cycle and Names.

Qu'est-ce que le Zodiaque ?

Both Western and Vedic Astrology use the Zodiac .

The Zodiac is a Blueprint for the Evolution of Consciousness.

The Zodiac Cycle begins at Genesis, Naissance (bélier) and finishes at Culmination, Apotheosis (Pisces).

As we reach the culmination of the cycle, consciousness is reborn and we repeat the cycle all over again. This sequence is timeless, and represents a universal pattern for Evolution in Life, applicable throughout the whole universe!

The difference between tropical and sidereal
Tropical Astrology

The Planet Earth is split into the Temperate and Tropical regions.

The Tropics are at the center of the Earth, and the Tropics’ boundaries are defined by the Tropics of Cancer and Capricorn. It is along the Tropics, on the equator, that the Écliptique resides and the sun and planets travel, hence the name Tropical Astrology.

Tropical Astrology is a local science operating predominantly (or exclusively) within our solar system. The Climate and the Seasons are caused by the Sun and Earth’s relationship.

The Sun is the engine of our solar system, and the brightest luminary in our sky.

Tropical Astrology is brought to life by the Sun’s path through the Zodiac.

Tropical Astrology divides the Zodiac Signs relative to the 4 Seasons.

  • At the Vernal and Autumnul Equinoxes, the Sun is at the centre of the Earth on the Equator, and we experience Equal day and night.
  • At the Summer and Winter Solstice, the Sun reaches either its maximum or minimum distance from the equator, and we experience either the longest or shortest day.

Celles-ci potent earthloui events carry emotional, spiritual and physical influences. These all factor into the archetypes and energies of the Zodiac Signs.

Sidereal Astrology

Sidereal on the other hand, places a heavy emphasis on the influence of stars outside our solar system, dividing the signs relative to the fixed stars.

Fixed stars appear as a ‘stationary’ backdrop for the moving Planets.

However, from our perspective on Earth, these fixed stars do actually move! This phenomenon is called the Précession des équinoxes.

The Precession of the Equinoxes

The Earth is not a perfect sphere, and has an uneven distribution of mass, particularly around the equator. The Sun and Moon’s gravitational influence acts on the Earths equatorial bulge, causing the Earth to slowly wobble on its rotational axis.

What this means is from our perspective, the background of stars and constellations move slowly in the opposite direction of the planetary bodies. The fixed stars move at a rate of 1 degree every 72 years.

Roughly every 2160 years, a new Constellation sits at the seat of the Spring Equinox.

For example, at the Spring Equinox in 2020, the Sun is not in the constellation of Aries, it is on the cusp of the constellation of Pisces and Aquarius.

It takes approximately 26,000 years for the backdrop of stars to make a complete cycle and return to their original location. This is known as the Great Year.

Sidereal astrologers take the Precession of fixed stars into account, and adjust all charts for this phenomenon.

In summary, the difference between Tropical and Sidereal is:

– Tropical references the relationship between the Sun and Earth.

– Sidereal references the influence of stars from billions of light years away.

Similarities Between tropical and sidereal

No matter what system you use, the même planetary alignments occur in both systems, and this means Western and Vedic astrologers can talk about the impacts together.

It’s common to see astrologers incorporating wisdom from both systems. For example, Western Astrologers using the lunar nodes and fixed stars, or Vedic Astrologers including outer planets such as Uranus, Neptune and Pluto – this shows the potential for union within these systems.

IS tropical or sidereal MORE ACCURATE?

Determining the validity of the Tropical vs Sidereal Systems requires a lot of prerequisite knowledge:

  • You will need a strong understanding of astrology’s basic principles
    • Understanding the Planets’ Characteristics and Meanings
    • Understanding the Planetary Conversations and Aspects
    • Understanding the energetic expression of each Zodiac Sign
    • Factoring in Progressions, Current Transits and Natal Transits
    • You will also need Open-mindedness and Curiosity.
      • We must let the Truth guide us without dogma or biases, traditions and cultures influencing our decisions.
      How to Study the Differences?

      Astrology is the quest for understanding our true nature as Infinite creators. You know you best!

      Be authentic and real with yourself, and study your Natal Chart.

      1. Filter your chart through the lens of Tropical and Sidereal – which makes more sense? Honestly?
        • Study the charts of your family and friends
        • Study the charts of open and authentic artists.
        • Study moments in history, both major and minor.
        • Study Full Moons, New Moons, Eclipses
        • Study Planetary Ingresses

      It is important that we really feel deeply into the emotional signature and energetic frequency of each of these charts and the souls and experiences they represent! This is vital in this work. These questions must be asked – and must be done so over years and years of study before any concrete conclusions can be drawn!

      We need many more human beings undertaking this scrupulous study – pioneering the Science of Consciousness and Astrology. This is where True Evolution lies, in multi-dimensionality.

      Astrology is multidimensional because it is an umbrella for a wide array of academic AND spiritual disciplines.

      Par example:

      • Astronomie
      • Geometry
      • Mathematics
      • Psychology
      • History and Mythology
      • Shamanism and Divination
      • Intuition, Emotional Healing

      Both Tropical and Sidereal systems have scientific, astronomical, mathematical, theoretical basis for their efficacy. But this is not enough. Astrology is all about Vibration, Frequency and Consciousness, operating on a multi-dimensional level.

      Astrology is a feelings-based craft as much as it is intellectual science, and the spiritual, emotional realm is what we need to tap into more than theory alone.

      If our frame of reference and our intake of information is not aligned with reality, our decision making will also be out of alignment.

      1. Does Tropical or Sidereal more accurately reveal the Psychology of a person?
      2. Under Scientific Scrutiny, which system yields more accurate predictions on the future?
      3. With Real-World Application, which system more Accurately Forecasts the present moment – RIGHT NOW?

      Currently the two systems diverge by a measure of almost 24 degrees!

      In a few hundred years, these systems will have separated by a full zodiac sign! Now more than ever the Truth will become evident, as predictions and analyses will either align with, or stray dramatically from objective reality.

      The Truth will speak for itself, and, presuming people are healthily-detached from their beliefs and not under cult-like conditioning, we will begin to align with the Truth, and harmonize with Natural Law Reality – in all aspects of life actually!

      Another interesting note is Western Astrology’s history is full of government suppression, occultation, outlawing, censorship, punishment and execution – while on the other hand Vedic Astrology was allowed to practice unchallenged for millenia.

      My Personal Opinion

      After studying Astrology for thousands of hours and for over a decade, my conclusion is Tropical is far more accurate than Sidereal. I personally do not give much plausibility to the validity of Fixed Stars, although I am still experimenting with these. Sidereal has never stood up to my open and critical analysis.

      My grasp on Reality is proving to be aligned with Objective Truth and Natural Law. AnarkEden the Website, the forecasts I have provided, and the posts I have authored stand as testimony to my analysis on reality, which has proven to be incredibly accurate!

      I am a great astrologer, and my chart is easy to interpret, especially because I have always been really true to myself and authentic.

      I can easily see the inaccuracies of the Sidereal perspective in all charts I have ever read. To me it is like listening to a song in terms of musical theory, but not vibing with the emotion or music.

      Tropical is scientifically, verifiably true. I encourage people to use Wholesign Tropical – it works best!

      Thank you for reading, please leave a comment with your opinion.

      Tropical and Sidereal Tropical and Sidereal Tropical and Sidereal Tropical and Sidereal


      What are the RAs of the boundaries between traditional zodiacal signs? - Astronomie

      "Aries, Cancer, Libra, Capricorn are called moveable and Cardinal: moveable, because when the Sun enters into Aries and Libra, the Weather and Season of the Year quickly varies and changes they are called Cardinal, because when the Sun enters into any of those Signs from that time we denominate the Quarters of the yeer. For from the Sun entering into Aries and Libra the Equinoctial or the Spring and Autumne arise from the Sun his entrance into Cancer and Capricorn ariseth the Solstice of Summer and Winter.

      The Fixed Signs doe in order follow the Equinoctial and Tropicks and they are called fixed, for that when Sun enters into them, the season of the yeer is fixed, and we doe more evidently perceive either Heat or Cold, Moysture or Drinesse. The fixed Signes are these, Taurus, Leo, Scorpio, Aquarius.

      Common Signes are constitutes between moveable and fixed, and retain a property or nature, pertaking both with the preceding and consequent Sign:"

      Christian Astrology,, page 88.
      W e can see many examples of the importance of the seasonal attributions of the signs of the Tropical Zodiac, for example, the exaltations of the planets. The English astrologer William Ramesey says,

      Enter we shall here (as in the preceding Chapter) with the Luminaries, and first with the Sun, as being the chief light, and Fons vita, the Fountain of life the Sun then is said to be in the point of his Exaltation when he is in the 19. degree of Aries, he being then in the highest Northern point of the Ecliptick, by which all things are made to spring and flourish, the heat of weather and the length of days being increased therefore for the same reason contrary is he said to be in his Fall in Libra, it being the opposite sign in the heavens to Aries, in the which he declineth Southward, by the which the shortness of the days and cold is increased, to the hinderance of the fertility of the earth."

      Astrologia Restaurata, page 69.
      T he Tropical Zodiac, therefore has the advantage of being regular and orderly, part of a complex and interrelated system that is itself regular and orderly. Take away the regularity of the 12 signs and substitute 13 irregular signs and the system of aspect is thrown into confusion, the triplicities and quadriplicities are lost and the very meaning of the individual signs is thrown into question. We should also consider the fact that the Tropical Zodiac is highly effective and has been used to make precise and accurate predictions for 2,000 years. It is so highly integrated into Western astrology, even modern psychological astrology, that if one eliminates it, then one must invent from scratch, a new astrology!


      Contenu

      The word "constellation" comes from the Late Latin term cōnstellātiō, which can be translated as "set of stars" it came into use in Middle English during the 14th century. [7] The Ancient Greek word for constellation is ἄστρον. These terms generally referred to a recognisable pattern of stars whose appearance is associated with mythological characters or creatures, earthbound animals, or objects. [1] A more modern astronomical sense of the term "constellation" denotes one of the 88 IAU designated constellations recognized today. [8]

      Colloquial usage does not draw a sharp distinction between "constellations" and smaller "asterisms" (pattern of stars), yet the modern accepted astronomical constellations employ such a distinction. E.g., the Pleiades and the Hyades are both asterisms, and each lies within the boundaries of the constellation of Taurus. Another example is the northern asterism popularly known as the Big Dipper (US) or the Plough (UK), composed of the seven brightest stars within the area of the IAU-defined constellation of Ursa Major. The southern False Cross asterism includes portions of the constellations Carina and Vela and the Summer Triangle is composed of the brightest stars in the constellations Lyra, Aquila and Cygnus.

      A constellation (or star), viewed from a particular latitude on Earth, that never sets below the horizon is termed circumpolar. From the North Pole or South Pole, all constellations south or north of the celestial equator are circumpolar. Depending on the definition, equatorial constellations may include those that lie between declinations 45° north and 45° south, [9] or those that pass through the declination range of the ecliptic or zodiac ranging between 23½° north, the celestial equator, and 23½° south. [10] [11]

      Stars in constellations can appear near each other in the sky, but they usually lie at a variety of distances away from the Earth. Since each star has its own independent motion, all constellations will change slowly over time. After tens to hundreds of thousands of years, familiar outlines will become unrecognizable. [12] Astronomers can predict the past or future constellation outlines by measuring individual stars' common proper motions or cpm [13] by accurate astrometry [14] [15] and their radial velocities by astronomical spectroscopy. [16]

      Both the 88 IAU recognized constellations and those that cultures have recognized throughout history are essentially imagined figures and shapes with only a certain basis in the actually observable sky. [17] Many officially recognized constellations are based in the imaginations of ancient, Near Eastern and Mediterranean mythologies, but the physical reality of the Earth's position in the Milky Way still produces shapes that are connected by the human mind. [18] For instance, Orion's Belt forms a more or less visually perfect line. H.A. Rey, who wrote popular books on astronomy, pointed out the imaginative nature of the constellations and their mythological, artistic basis, and the practical use of identifying them through definite images, according to the classical names they were given. [19]

      Lascaux Caves Southern France Edit

      It has been suggested that the 17,000-year-old cave paintings in Lascaux Southern France depict star constellations such as Taurus, Orion's Belt, and the Pleiades. However, this view is not yet generally accepted among scientists. [20] [21]

      Mesopotamia Edit

      Inscribed stones and clay writing tablets from Mesopotamia (in modern Iraq) dating to 3000 BC provide the earliest generally accepted evidence for humankind's identification of constellations. [22] It seems that the bulk of the Mesopotamian constellations were created within a relatively short interval from around 1300 to 1000 BC. Mesopotamian constellations appeared later in many of the classical Greek constellations. [23]

      Ancient Near East Edit

      The oldest Babylonian catalogues of stars and constellations date back to the beginning of the Middle Bronze Age, most notably the Three Stars Each texts and the MUL.APIN, an expanded and revised version based on more accurate observation from around 1000 BC. However, the numerous Sumerian names in these catalogues suggest that they built on older, but otherwise unattested, Sumerian traditions of the Early Bronze Age. [24]

      The classical Zodiac is a revision of Neo-Babylonian constellations from the 6th century BC. The Greeks adopted the Babylonian constellations in the 4th century BC. Twenty Ptolemaic constellations are from the Ancient Near East. Another ten have the same stars but different names. [23]

      Biblical scholar E. W. Bullinger interpreted some of the creatures mentioned in the books of Ezekiel and Revelation as the middle signs of the four-quarters of the Zodiac, [25] [26] with the Lion as Leo, the Bull as Taurus, the Man representing Aquarius, and the Eagle standing in for Scorpio. [27] The biblical Book of Job also makes reference to a number of constellations, including עיש ‎ ‘Ayish "bier", כסיל ‎ chesil "fool" and כימה ‎ chimah "heap" (Job 9:9, 38:31–32), rendered as "Arcturus, Orion and Pleiades" by the KJV, but ‘Ayish "the bier" actually corresponding to Ursa Major. [28] The term Mazzaroth מַזָּרוֹת ‎, translated as a garland of crowns, is a hapax legomenon in Job 38:32, and it might refer to the zodiacal constellations.

      Classical antiquity Edit

      There is only limited information on ancient Greek constellations, with some fragmentary evidence being found in the Works and Days of the Greek poet Hesiod, who mentioned the "heavenly bodies". [29] Greek astronomy essentially adopted the older Babylonian system in the Hellenistic era [ citation requise ] , first introduced to Greece by Eudoxus of Cnidus in the 4th century BC. The original work of Eudoxus is lost, but it survives as a versification by Aratus, dating to the 3rd century BC. The most complete existing works dealing with the mythical origins of the constellations are by the Hellenistic writer termed pseudo-Eratosthenes and an early Roman writer styled pseudo-Hyginus. The basis of Western astronomy as taught during Late Antiquity and until the Early Modern period is the Almageste by Ptolemy, written in the 2nd century.

      In the Ptolemaic Kingdom, native Egyptian tradition of anthropomorphic figures represented the planets, stars, and various constellations. [30] Some of these were combined with Greek and Babylonian astronomical systems culminating in the Zodiac of Dendera it remains unclear when this occurred, but most were placed during the Roman period between 2nd to 4th centuries AD. The oldest known depiction of the zodiac showing all the now familiar constellations, along with some original Egyptian constellations, decans, and planets. [22] [31] Ptolemy's Almageste remained the standard definition of constellations in the medieval period both in Europe and in Islamic astronomy.

      Ancient China Edit

      Ancient China had a long tradition of observing celestial phenomena. [32] Nonspecific Chinese star names, later categorized in the twenty-eight mansions, have been found on oracle bones from Anyang, dating back to the middle Shang dynasty. These constellations are some of the most important observations of Chinese sky, attested from the 5th century BC. Parallels to the earliest Babylonian (Sumerian) star catalogues suggest that the ancient Chinese system did not arise independently. [33]

      Three schools of classical Chinese astronomy in the Han period are attributed to astronomers of the earlier Warring States period. The constellations of the three schools were conflated into a single system by Chen Zhuo, an astronomer of the 3rd century (Three Kingdoms period). Chen Zhuo's work has been lost, but information on his system of constellations survives in Tang period records, notably by Qutan Xida. The oldest extant Chinese star chart dates to that period and was preserved as part of the Dunhuang Manuscripts. Native Chinese astronomy flourished during the Song dynasty, and during the Yuan dynasty became increasingly influenced by medieval Islamic astronomy (see Treatise on Astrology of the Kaiyuan Era). [33] As maps were prepared during this period on more scientific lines, they were considered as more reliable. [34]

      A well-known map from the Song period is the Suzhou Astronomical Chart, which was prepared with carvings of stars on the planisphere of the Chinese sky on a stone plate it is done accurately based on observations, and it shows the supernova of the year of 1054 in Taurus. [34]

      Influenced by European astronomy during the late Ming dynasty, charts depicted more stars but retained the traditional constellations. Newly observed stars were incorporated as supplementary to old constellations in the southern sky, which did not depict the traditional stars recorded by ancient Chinese astronomers. Further improvements were made during the later part of the Ming dynasty by Xu Guangqi and Johann Adam Schall von Bell, the German Jesuit and was recorded in Chongzhen Lishu (Calendrical Treatise of Chongzhen period, 1628). [ éclaircissements nécessaires ] Traditional Chinese star maps incorporated 23 new constellations with 125 stars of the southern hemisphere of the sky based on the knowledge of Western star charts with this improvement, the Chinese Sky was integrated with the World astronomy. [34] [35]

      Historically, the origins of the constellations of the northern and southern skies are distinctly different. Most northern constellations date to antiquity, with names based mostly on Classical Greek legends. [10] Evidence of these constellations has survived in the form of star charts, whose oldest representation appears on the statue known as the Farnese Atlas, based perhaps on the star catalogue of the Greek astronomer Hipparchus. [36] Southern constellations are more modern inventions, sometimes as substitutes for ancient constellations (e.g. Argo Navis). Some southern constellations had long names that were shortened to more usable forms e.g. Musca Australis became simply Musca. [dix]

      Some of the early constellations were never universally adopted. Stars were often grouped into constellations differently by different observers, and the arbitrary constellation boundaries often led to confusion as to which constellation a celestial object belonged. Before astronomers delineated precise boundaries (starting in the 19th century), constellations generally appeared as ill-defined regions of the sky. [37] Today they now follow officially accepted designated lines of Right Ascension and Declination based on those defined by Benjamin Gould in epoch 1875.0 in his star catalogue Uranometria Argentina. [38]

      The 1603 star atlas "Uranometria" of Johann Bayer assigned stars to individual constellations and formalized the division by assigning a series of Greek and Latin letters to the stars within each constellation. These are known today as Bayer designations. [39] Subsequent star atlases led to the development of today's accepted modern constellations.


      Voir la vidéo: LAMOUR SELON LES SIGNES ASTROLOGIQUES! (Février 2023).