Astronomie

De quelle planète s'agit-il (le cas échéant) ?

De quelle planète s'agit-il (le cas échéant) ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'habite à Ahmedabad, en Inde, avec une position exacte d'environ 27,2048° N, 77,4975° E. Actuellement (au moment d'écrire ces lignes), il est 20h52 EST. J'ai remarqué un objet rouge dans le ciel.

(Pardonnez l'imagerie grossière. J'ai pris cela avec l'appareil photo de mon téléphone.)

Maintenant, l'objet le plus brillant est la lune, et l'objet le moins brillant est le rouge que j'ai vu. J'ai lu quelque part que Mars serait visible en ce moment, car elle est plus proche de la Terre.

J'ai également lu que Mars et Jupiter apparaissent en rouge, avec Jupiter légèrement plus sombre.

Je voulais savoir si l'objet que je venais de voir était bien une planète. Si oui, lesquels (et comment puis-je les identifier) ? Ou est-ce juste une autre étoile que j'ai repérée ?


Stellarium montre la Lune et Mars très proches l'une de l'autre dans le ciel ce soir (samedi 3 octobre 2020), alors oui, c'est probablement Mars que vous avez vu.

Lune et Mars le 03/10/2020 (Stellarium)

Stellarium est un excellent outil pour identifier les objets astronomiques (et les satellites) et est absolument gratuit.

Règles empiriques très approximatives pour identifier les planètes à l'œil nu :

  • Très lumineux, blanc et bas dans le ciel (tôt le matin ou le soir) : probablement Vénus (mais peut-être Jupiter).
  • Lumineux, blanc et haut dans le ciel : probablement Jupiter (peu probable que ce soit Vénus, qui reste proche du Soleil).
  • Lumineux et rouge : probablement Mars.
  • Moyennement brillant et rosâtre : probablement Saturne.
  • Faible, blanc et bas dans le ciel (tôt le matin ou le soir) : pourrait être Mercure.
  • S'il scintille (scintille), alors c'est une étoile.

Jupiter et Vénus sont facilement confondus, car ils peuvent tous les deux sembler brillants et blancs. Vous devez vraiment tenir compte de l'heure de la journée et de l'altitude (à quelle hauteur il est dans le ciel). Puisque Vénus est plus proche du Soleil que de la Terre, vous êtes plus susceptible de la voir le matin ou le soir (avant le lever du soleil ou après le coucher du soleil). Vénus peut monter assez haut dans le ciel, mais elle ne dépassera jamais les 45° d'altitude.


De quelle planète s'agit-il (le cas échéant) ? - Astronomie

Observer, imager et étudier les planètes

  • Quel instrument dois-je acheter, celui que je possède déjà est-il bien pour les planètes ?
  • Comment régler correctement mon appareil photo pour imager les planètes ?
  • À quelle profondeur dois-je traiter mes images ?
  • En utilisant WinJupos, dois-je utiliser la dérotation vidéo ou image ?
  • Quel était ce détail très étrange sur Jupiter la nuit dernière ?
  • Comment puis-je entreprendre une évaluation scientifique de mes données ?

Si jamais vous vous posez l'une de ces questions (et bien d'autres…) vous avez certainement déjà cherché des informations sur le web, ou posé des questions sur des forums. Il existe de nombreuses informations précieuses et disponibles gratuitement sur Internet, et de nombreux observateurs sont habiles et prêts à vous aider, mais les informations sont très dispersées sur le net et ne sont pas organisées.
Les forums sont faits pour que les gens partagent des idées ou des expériences. Mais alors tout le monde est susceptible de poster et vous n'avez aucune garantie qu'ils maîtrisent ce dont ils parlent, et sans aucune garantie que les personnes qui ont la bonne réponse verront même votre message ! Autrement dit, vous perdez du temps à chercher des informations mieux que d'avoir les meilleurs conseils à portée de main pour simplement profiter de vos observations !

Astronomie planétaire est un livre complet sur l'observation, l'imagerie et l'étude des planètes. Il a été écrit par sept auteurs, tous d'habiles observateurs amateurs dans leurs domaines respectifs : Christian Viladrich, Marc Delcroix, Jean-Jacques Poupeau, Frédéric Burgeot, Giuseppe Monachino et Jean-Pierre Prost. Il s'agit d'une traduction et d'une mise à jour du livre Astronomie planétaire qui rencontre un grand succès en France depuis 2015.

Avec Astronomie planétaire Vous allez apprendre à:

  • Tirez le meilleur parti de votre équipement : choisir un instrument, régler correctement l'optique du télescope, régler la caméra, utiliser des filtres planétaires, entraîner votre œil à voir tous les détails disponibles à l'oculaire
  • Anticiper les conditions météo et de vue, pour ne pas perdre de bonne nuit
  • Utilisez en profondeur les meilleurs logiciels planétaires : Autostakkert!, Registax et WinJupos, comment traiter objectivement les détails et les couleurs
  • Identifiez les caractéristiques des planètes : chacune des sept planètes (mais la Terre bien sûr) a un chapitre détaillé qui vous aidera à anticiper les cycles d'activité sur Jupiter, reconnaître les tempêtes de poussière sur Mars, détecter les tempêtes lumineuses sur Uranus ou Neptune
  • Analysez vos données pour aller au-delà des simples observations : mesurez la position et les détails de la dérive sur les planètes, faites des cartographies, participez à des projets d'observation avancés incluant la coopération avec des scientifiques.

Astronomie planétaire est disponible depuis 21 décembre 2020.
Éditeur: Axilone – Astronomie
ISBN: 979-10-92974-05-8
Prix: 59 EUR frais de port inclus dans le monde entier.


De quelle planète s'agit-il (le cas échéant) ? - Astronomie

Unité d'Astronomie : Planètes

Source : J'ai trouvé ces cartes gratuites à The Helpful Garden.

Source : J'ai trouvé ces imprimables gratuits dans le cadre d'un pack chez 3 Dinosaurs.

Les roches ont l'air tellement plus sombres sur la photo que dans la vraie vie. Désolé pour ça. Le panier comprend des cartes pour les numéros 1 à 10. Cela faisait un moment que je n'avais pas fait compter chaque numéro aux enfants. Le bol est rempli d'"astéroïdes" ou de petites pierres. En présentant cette activité, nous parlerons de la ceinture d'astéroïdes.

Source : L'idée et l'imprimable de cette activité sont venues de My Montessori Preschool.

Source : L'idée de cette activité est venue de SFC.

Nous lisons que Vénus est connue pour ses milliers de volcans. Puisque les gamins ne savent pas vraiment ce que font les volcans, à part ce qu'ils ont vu sur La terre avant le temps et Dora l'exploratrice, j'ai pensé que ce serait amusant de créer le nôtre (d'une manière très simple), mais aussi de voir les réactions chimiques et gazeuses, si répandues sur Vénus.

Les enfants vont mettre environ 1 cuillère à café de bicarbonate de soude et quelques gouttes de colorant alimentaire rouge et jaune dans chaque petite tasse. Ils verseront ensuite le vinaigre dans le grand récipient verseur, à l'aide de l'entonnoir. Un par un, ils ajouteront du vinaigre dans chacune des tasses, regardant quatre volcans entrer en éruption. J'en ai choisi quatre, parce que je savais que les gosses ne seraient pas d'accord pour le faire une seule fois. Ils pourront ajouter plus de vinaigre jusqu'à ce qu'il soit parti.

Source : L'idée de cette activité est venue de I Can Teach My Child.

Vie Pratique & Sensorielle :

La planète Neptune est connue pour ses vents violents et ses ouragans, entre autres. Pour démontrer les effets des vents violents, les enfants recevront un bassin d'eau (représentant les matériaux gazeux) et une paille. À l'aide de leur paille, ils souffleront dans le bassin, sans toucher l'eau, pour créer beaucoup d'activité de surface. Simple, mais amusant à la fois.

Mercure ressemble beaucoup à la lune de la Terre, mais il ressemble davantage à du métal et présente des rides, en raison de la chaleur et de l'absence de beaucoup d'autres choses. Pour démontrer les similitudes et les différences, j'ai fait ressortir notre sphère « lunaire ». Les enfants s'entraîneront à l'envelopper dans du papier d'aluminium. Quand ils auront terminé, ils verront tous les mêmes marques de cratère, etc., mais aussi les rides que l'on voit dans Mercure.

Encore une fois, les images rendent ces billes beaucoup plus sombres qu'elles ne le sont. Ils ont plusieurs couleurs partout. Les kiddos s'exerceront à faire passer les planètes d'un bol à l'autre.

Source : L'imprimé gratuit pour cette activité provient de 3 Dinosaures.

Uranus est connu pour être incliné sur son axe. Pour montrer visuellement la différence, les enfants pratiqueront le hula hoop autour de leur taille, démontrant à quoi ressemblent les anneaux autour d'autres planètes, puis hula hoop autour de leur bras, pour démontrer la différence des anneaux d'Uranus.

J'espère qu'avec des activités individuelles pour chaque planète, les enfants s'en souviendront mieux et les associeront à au moins un thème ou un sujet. Plus important encore, je pense qu'ils s'amuseront beaucoup dans le processus. J'espère qu'ils auront autant d'enthousiasme que moi pour toutes les différentes activités !


De nouveaux mondes courageux

Pour l'instant, NEAR est le seul coronographe sur Terre avec une chance réaliste d'imager les mondes cachés d'Alpha Centauri. Mais d'autres instruments et installations attendent déjà dans les coulisses pour appliquer leur propre contrôle au système. Le spectrographe de vitesse radiale EXPRES de haute précision de Fischer&rsquos et un homologue européen encore plus avancé, ESPRESSO&mdashare tous deux déjà opérationnels. Ils pourraient aider à confirmer indirectement la planète candidate et d'autres, et pourraient estimer leurs masses, en surveillant les oscillations périodiques que chaque tir orbital mondial induit sur son étoile hôte. Une technique connexe, l'astrométrie, pourrait faire à peu près la même chose, en localisant les masses planétaires en mesurant comment chaque influence gravitationnelle mondiale décale légèrement sa position d'étoile dans le plan du ciel. De telles observations utilisant le grand réseau millimétrique d'Atacama au Chili, ou même une modeste mission spatiale dédiée financée par Breakthrough, pourraient avoir lieu plus tard cette décennie.

Le télescope spatial James Webb de la NASA, dont le lancement est prévu fin octobre, serait également capable d'imager directement la planète candidate avec une journée complète d'observation, selon une étude récente menée par l'un des plus grands scientifiques de Webb&rsquos, Charles Beichman du California Institute. de la Technologie. &ldquoParce qu'Alpha Centauri A est un jumeau de notre propre soleil et à moins de cinq années-lumière, c'est vraiment notre voisin solaire le plus proche,» Beichman. &ldquoCela en fait le premier parmi ses pairs, de toutes les étoiles du ciel. Aucun autre système ne se prêtera à des études plus détaillées possibles au cours des prochaines décennies.&rdquo

La mission de suivi de l'agence spatiale vers Webb, le télescope spatial romain Nancy Grace, transportera également un coronographe comme démonstration technologique qui pourrait (avec certains ajustements actuellement activement envisagés) prendre des photos du candidat.

Et, à peu près au même moment où Roman pourrait être lancé, une nouvelle génération de coronographes sophistiqués couplés à des observatoires au sol gargantuesques devraient commencer des opérations qui pourraient en quelques minutes produire des images de planètes Centauri qui nécessiteraient actuellement des heures et des heures de PRESQUE temps sur le VLT. Armés de miroirs de collecte de lumière stellaire de 30 mètres ou plus de diamètre, le télescope européen extrêmement grand de l'ESO et son homologue américain, le télescope géant de Magellan, pourraient tous deux en théorie recueillir suffisamment de lumière d'une zone habitable de Neptune autour d'Alpha Centauri A pour étudier son quelle chimie familière ou extraterrestre s'y produit. (Un troisième géant, le télescope américain de trente mètres, est actuellement prévu pour un site dans l'hémisphère nord d'où Alpha Centauri ne serait pas visible.) Enfin, la NASA et d'autres agences spatiales étudient actuellement des concepts de télescopes spatiaux de plusieurs milliards de dollars pour les années 2030 et au-delà. Certains d'entre eux pourraient imager et rechercher des signes de vie sur de petites planètes rocheuses autour d'Alpha Centauri ainsi que de nombreuses autres étoiles proches.

Tout cela signifie que, même si ce dernier candidat d'Alpha Centauri s'avère fallacieux, il signale toujours quelque chose de bien réel : un changement radical imminent, dans lequel les astronomes chasseurs de planètes passent d'enquêtes statistiques sûres à l'étude plus audacieuse en profondeur de mondes individuels, dont certains pourraient abriter la vie.

« Que cette chose soit réelle est, pour moi, presque secondaire », déclare le co-auteur de l'étude Olivier Guyon, un innovateur en imagerie directe et président de Breakthrough Watch. &ldquoParce que dans tous les cas, cela montre que nous ouvrons clairement une nouvelle ère dans l'histoire de l'astronomie où, enfin, après plus de 20 ans de travail acharné, nous pouvons enfin réaliser une imagerie directe d'une autre zone habitable d'une autre étoile. C'est le moment du &lsquogame on&rsquo pour le terrain.&rdquo


A la découverte des planètes extérieures

Des individus utilisant des télescopes ou des plaques photographiques ont visuellement découvert et nommé les planètes extérieures plus petites et plus sombres entre 1781 et 1930. Uranus est suffisamment brillant pour avoir été observé à l'œil nu dans les temps anciens, mais on a toujours supposé qu'il s'agissait d'une étoile en raison de sa quasi-totalité. mouvement imperceptible à travers les étoiles. L'astronome grec Hipparque l'a inclus comme étoile dans son premier atlas stellaire de 128 av. Entre 1690 et 1769, les utilisateurs de télescopes ont fréquemment vu et documenté Uranus. Mais ce n'est qu'au printemps 1781 que l'astronome britannique Sir William Herschel a observé Uranus et a reconnu qu'il ne s'agissait pas d'une étoile, car elle avait une forme visible de disque ou de comète et elle a changé de position par rapport aux étoiles environnantes dans le champ de vision de son télescope. .

En tant que découvreur, Herschel a initialement proposé de nommer la nouvelle planète "Georgian Sidus" ou "George's Planet", d'après le roi George III. Mais après de nombreuses décennies de débats au sein de la communauté scientifique internationale (au cours desquels même "Neptune" a été proposé !), Johann Elert Bode a proposé le nom classique et résolument non-anglic Ouranos, une forme latinisée d'Uranus. Dans la mythologie grecque, Uranus était le dieu du ciel, père de Saturne et grand-père de Jupiter. Je connais de nombreux professeurs d'astronomie d'écoliers qui rigolent et qui souhaiteraient que le nom "George" soit resté !

Si jamais vous avez la chance de voir Neptune dans un télescope, vous comprendrez pourquoi la belle planète bleue a été nommée d'après le dieu romain de la mer. Dans une coïncidence remarquable, Galileo Galilei a observé Neptune le 28 décembre 1612, mais l'a esquissé comme une petite étoile assise près de Jupiter dans le champ de vision de son télescope. Réglez votre application d'astronomie à cette date, centrez-la sur Jupiter et zoomez. Il y a Neptune bleu, assis à environ 14 secondes d'arc (la moitié du diamètre de la Lune) de Jupiter. Plus fascinant encore, avancez la date de quelques jours au 3 janvier et Jupiter passe directement devant (ou occulte) la planète géante ! On ne sait pas si Galilée a observé cet événement.

Au milieu des décennies du 19ème siècle, les astronomes ont noté qu'Uranus n'était pas en orbite exactement comme prévu, et il a été théorisé que le remorqueur gravitationnel d'une planète inconnue perturbait la trajectoire d'Uranus. En 1846, le mathématicien français Urbain Le Verrier avait calculé une estimation de l'endroit où la planète manquante pourrait être trouvée. Le Verrier a envoyé une lettre demandant à Johann Gottfried Galle de l'Observatoire de Berlin de rechercher cette parcelle de ciel et, le soir du 23 septembre 1846, le jour même où il a reçu la lettre, Galle a découvert Neptune à moins de 1 degré de l'emplacement prévu par Le Verrier. ! Pendant quelques mois, "La Planète du Verrier" a été proposée pour le nom, mais cela risquait de faire retomber Uranus en "Herschel" ! Avant la fin de l'année, la préférence de Le Verrier, Neptune, a été acceptée internationalement.


Ces 24 planètes pourraient être plus "habitables" que la Terre, selon les astronomes

Qui a besoin de fuir au Canada alors qu'il y a 24 planètes plus propices à la vie que la planète Terre?

Les astronomes ont découvert deux douzaines de planètes, toutes situées à plus de 100 années-lumière, qui sont parfaitement capables de soutenir la vie humaine alors que 2020 continue de dresser sa vilaine tête dans notre bout de l'espace.

Ces mondes "super-habitables" sont plus vieux, plus grands, plus chauds et ont plus d'humidité que la Terre, selon l'étude menée par le géobiologiste de l'Université de l'État de Washington Dirk Schulze-Makuch et publiée dans la revue Astrobiology.

Il n'y a aucune confirmation que la vie existe sur ces planètes, mais l'étude a utilisé ces caractéristiques pour rechercher des potentiels super-habitables sur 4 500 exoplanètes, simplement définies comme des planètes en orbite autour d'étoiles en dehors de notre propre système solaire.

Ces mondes lointains pourraient devenir des sujets d'étude future, grâce aux prochains télescopes avancés, dont le télescope spatial James Webb de la NASA.

"Avec les prochains télescopes spatiaux à venir, nous obtiendrons plus d'informations, il est donc important de sélectionner certaines cibles", a déclaré Schulze-Makuch dans un communiqué. « Nous devons nous concentrer sur certaines planètes qui présentent les conditions les plus prometteuses pour une vie complexe. Cependant, nous devons faire attention à ne pas rester coincés à la recherche d'une seconde Terre, car il pourrait y avoir des planètes qui pourraient être plus adaptées à la vie que la nôtre.”

Une représentation de la première planète validée de la taille de la Terre à orbiter autour d'une étoile lointaine dans la zone habitable identifiée par le télescope spatial Kepler de la NASA. NASA/JPL-Caltech/T. Pylé

Les chercheurs ont identifié ces planètes sur la base d'une liste de critères spécifiques. Parmi eux, la présence de planètes dans la zone des boucles d'or de l'étoile hôte, ou l'orbite habitable autour d'une étoile où l'eau liquide peut exister grâce à la bonne température. Non seulement la bonne température de surface est importante pour l'existence de l'eau, mais une température de surface d'environ 41 degrés plus chaude que celle de la Terre conviendrait mieux à la vie, grâce à la combinaison de températures plus élevées et de la présence d'humidité.

De plus, en ce qui concerne les planètes, plus c'est gros, mieux c'est. Une planète qui est même 10% plus grande que la Terre signifie qu'elle a plus de terres habitables. De plus, celui qui a même 1,5 fois la masse de notre planète signifie qu'il peut garder son chauffage intérieur plus longtemps grâce à la désintégration radioactive, et aurait également une gravité encore plus forte pour maintenir une atmosphère (et maintenir l'humidité) pendant une plus longue période de temps.

Aucune des 24 sphères ne répondait à tous les critères des planètes super habitables, mais l'une d'entre elles en satisfaisait trois, ce qui la rendait automatiquement plus confortable que la planète Terre – avec apparemment beaucoup moins de drame. Cette planète, surnommée KOI 5715.01, est âgée de 5,5 milliards d'années et 1,8 fois plus grande que la Terre. Sa température moyenne est de 53,3 degrés et elle n'est qu'à 2 964 années-lumière de nous.


Comment savez-vous quel pôle d'une planète est le pôle *nord* ?

Le problème d'en savoir beaucoup sur l'astronomie - n'importe quel sujet, vraiment - est ce que vous pense tu sais que tu es vraiment ne pas.

À savoir : l'acteur et comédien Dave Foley a récemment vu l'une des magnifiques images Juno du pôle sud de Jupiter et a posé une question assez importante :

Si vous cliquez dessus pour lire le fil, vous verrez que quelqu'un m'a "@-ed" pour voir si je le savais. J'ai répondu avec la réponse que j'ai toujours utilisée:

Donc qu'est-ce que tout cela veut dire? Voici la science !

Si vous prenez une sphère parfaite et que vous la regardez, partout sur sa surface est exactement la même. Ils sont tous à la même distance du centre, et c'est leur seule caractéristique déterminante. Comme pourrait le dire un physicien, il n'y a pas de points préférés (spéciaux) sur la surface. Chaque endroit est comme n'importe quel autre endroit.

Mais si vous le faites tourner, comme par magie (mais en science !) deux points particuliers apparaissent : Les pôles. C'est là que l'axe de rotation coupe la surface de la sphère. Il existe de nombreuses façons de penser aux pôles, par exemple n'importe où ailleurs sur la sphère en rotation, un point fera un cercle dans l'espace en se déplaçant autour de l'axe de rotation. Mais aux pôles ils ne le font pas. Ils tournent juste sur place.

Les deux pôles sont différents l'un de l'autre dans un sens : si vous regardez du dessus de la surface jusqu'à un pôle, la sphère semblera tourner dans le sens des aiguilles d'une montre, et si vous regardez vers l'autre pôle, elle semblera tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

La Terre est une sphère, et si vous flottiez dans l'espace au-dessus de la Nord pôle la Terre semble tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. D'en haut le Sud pôle il tourne dans le sens des aiguilles d'une montre.

[Remarque : Il n'y a ni haut ni bas dans l'espace, donc dans ces cas, quand je dis "au-dessus de quelque chose", je veux dire que vous avez une certaine altitude au-dessus de la surface par rapport au centre de la Terre. Il est facile de penser que le pôle nord est en haut et le pôle sud en bas, mais c'est simplement du polisme (un mot que je viens d'inventer), c'est un préjugé inhérent parce que la plupart des gens vivent dans l'hémisphère nord. Si le colonialisme avait commencé en Australie, disons, et s'était répandu dans le monde entier, nos cartes seraient probablement à l'envers par rapport à ce à quoi nous sommes habitués.]

Il se trouve que c'est également vrai pour la plupart des planètes et le Soleil, c'est pourquoi j'ai tweeté ce que j'ai fait. Je pensais que le pôle nord était défini par la planète elle-même, mais ce n'est pas le cas !

L'Union astronomique internationale est le gardien officiel des noms et des règles et autres ™ pour l'astronomie, et ils ont une définition pour le pôle nord d'un objet en rotation. Il est en fait défini en utilisant la Terre et le Soleil comme base, il y a donc deux étapes.

L'une est qu'il utilise l'emplacement accepté du pôle nord de la Terre, à 90 ° de latitude nord dans l'Arctique. OK, assez facile. Mais alors ils disent que le pôle nord de une autre planète est celle qui se trouve dans le même hémisphère céleste par rapport au plan invariable du système solaire que le de la Terre pôle Nord.

D'accord, beurk. Qu'est-ce que cette moyenne?

Animation montrant la Terre en rotation dans la « sphère céleste » imaginaire, l'aspect sphérique du ciel qui nous entoure. Les pôles de la Terre pointent vers les pôles célestes du ciel. Crédit : Tfr000 / Wikimedia Commons

Premièrement, nous percevons le ciel comme une sphère autour de nous, comme si nous voyions l'intérieur d'une énorme coquille sphérique. C'est en fait une vanité pratique ! Parce que la Terre tourne, on dirait que le ciel tourne autour de nous, faisant se lever et se coucher les étoiles. Et cela définit aussi un céleste pôle nord le point dans le ciel directement au-dessus du pôle nord de la Terre. C'est aussi le point dans le ciel autour duquel les étoiles semblent tourner. Cela signifie qu'il y a aussi un pôle sud céleste et un équateur. Nous pouvons même projeter la latitude et la longitude de la Terre dans le ciel, créant une grille de coordonnées que nous appelons (pour des raisons historiques) ascension droite et déclinaison. De cette façon, nous pouvons mesurer les coordonnées d'une étoile dans le ciel tout comme vous pouvez donner les coordonnées d'une ville à la surface de la Terre.

Ainsi, toute étoile au nord de l'équateur céleste se trouve dans l'hémisphère nord, tout comme toute ville au nord de l'équateur terrestre se trouve dans l'hémisphère nord.

OK, alors quel est le plan invariable du système solaire ? C'est un moyen astucieux de mettre en place une méthode pour cartographier les choses dans le système solaire. Le système solaire est tridimensionnel, nous devons donc utiliser trois coordonnées. Mais nous avons également besoin d'une origine (le point zéro) pour ce système, ainsi que d'un moyen de définir le plan x-y.

Les astronomes ont décidé d'utiliser le moment angulaire total du système solaire pour définir ce plan. Donc quoi cette? Cela ressemble beaucoup à la quantité de mouvement linéaire que vous connaissez. Si un objet bouge, il a de l'élan. Il en existe une définition rigoureuse, mais en termes simples, c'est la masse de l'objet multipliée par sa vitesse. Si vous avez deux objets de même masse mais que l'un se déplace plus vite, il a plus d'élan. Si vous avez deux objets à la même vitesse mais que l'un est plus massif, il a plus d'élan.

Le moment angulaire est comme ça, sauf qu'il traite du moment de rotation d'un objet. Si vous avez deux sphères d'acier identiques, mais que l'une tourne plus rapidement, elle a un moment angulaire plus important. Cela devient compliqué, avec une partie dépendant de la distribution de masse à l'intérieur d'une sphère, mais nous pouvons l'ignorer ici.

Ceci est également vrai pour les systèmes d'objets. Le Soleil a un moment angulaire parce qu'il tourne, mais le système solaire lui-même a un moment angulaire parce que les planètes tournent autour du Soleil (et elles tournent aussi, bien que ce soit un petit facteur par rapport à leurs orbites). Les orbites sont toutes inclinées les unes par rapport aux autres, mais elles ajoutent toutes au moment angulaire global du système.

Une représentation assez fantaisiste du système solaire (ndlr : rien n'est à l'échelle), montrant comment les planètes tournent autour du Soleil dans presque le même plan. Crédit : Harman Smith et Laura Generosa

Si vous n'aviez qu'une seule planète en orbite autour du Soleil, le plan de cette orbite définirait le plan du moment angulaire. Cependant, avec plusieurs planètes à des inclinaisons orbitales légèrement différentes, elles contribuent chacune à modifier ce plan. Le plan invariable est ce que vous obtenez lorsque vous ajoutez toutes les contributions de toutes les planètes (et de la lune, des astéroïdes, etc.). Jupiter est le plus gros contributeur, mais les autres géantes gazeuses jouent également un grand rôle.

Si tout cela est un peu trop difficile à gérer (ce que je comprends totalement !), alors pensez-y de cette façon : il existe un moyen de définir un plan qui ressemble à l'équateur du système solaire. C'est mathématique et compliqué, mais c'est ce que nous utilisons, et nous l'appelons le plan invariable.

Le plan invariable est très proche d'être le même que l'équateur du Soleil, si cela vous aide à vous le représenter. Voici le point important : Nous définissons le "nord du plan invariable" comme l'hémisphère qui contient le pôle nord céleste de la Terre.

Nous sommes maintenant prêts à obtenir la définition de l'IAU : le pôle nord de toute planète est le pôle qui pointe vers quelque part dans la partie nord du ciel par rapport au plan invariable.

Le Soleil tourne, et il a un pôle qui pointe dans la partie nord du ciel par rapport au plan invariable, c'est donc le pôle nord du Soleil. La même chose pour n'importe quelle planète, lune, astéroïde, comète ou ce que vous avez.

OK, comme définition, je comprends. Mais je n'aime pas ça.

Pourquoi? Parce que par cette définition, Vénus et Uranus ont des pôles nord qui pointent dans la même direction que la Terre… mais Vénus et Uranus sont renversés. Nous ne savons pas pourquoi, mais ils le sont. Donc, si vous vous dirigez vers l'espace dans la direction nord du plan invariable et regardez les planètes, vous les verrez toutes tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, à l'exception de Vénus et Uranus.

Personnellement, cela signifie pour moi qu'ils sont à l'envers. Cela signifie à son tour que leurs pôles sud pointent en direction de notre hémisphère nord. Cela a du sens pour moi.

Mais la définition de l'AIU dit non. Leurs pôles nord, par définition, pointent dans le même hémisphère que le nôtre. Cela signifie qu'ils ne sont pas retournés à l'envers, cela signifie qu'ils tournent à l'envers.

C'est peut-être un point subtil, mais physiquement c'est un point important. Retourner une planète est difficile, mais c'est BEAUCOUP plus facile que de l'arrêter et de la faire tourner dans la direction opposée (malgré ce Superman : le film voudriez-vous le faire croire).

Donc pour moi, je préfère définir les pôles d'une planète par la façon dont elle tourne. Si vous êtes au-dessus de son pôle nord, il tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Cela met Vénus et Uranus à l'envers.

Au fur et à mesure que la Terre tourne, les étoiles semblent faire des cercles dans le ciel autour des pôles. De longues expositions révèlent ce mouvement, comme cet extraordinaire du pôle nord céleste au-dessus du Golden Gate Bridge à San Francisco. Crédit : Rogelio Bernal Andreo

Je noterai que je faisais des recherches sur cet article, j'ai découvert qu'en 2009, l'IAU a changé les règles pour les corps mineurs du système solaire comme les astéroïdes, les comètes et la lune. Les pôles de ces objets sont définis par le sens de rotation ! Sauf qu'au lieu des pôles nord et sud, ils les appellent les pôles positif et négatif. Pour les définir, ils utilisent la « règle de la main droite » : courbez les doigts de votre main droite comme si vous teniez une tasse de café. Si l'objet tourne dans la direction vers laquelle vos doigts pointent, votre pouce est la direction du pôle positif. Si vous y réfléchissez, c'est exactement la même que ma définition : regardez vers le bas sur le pôle positif et l'objet tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.Mais cette règle ne concerne que les corps mineurs (ils peuvent avoir des tours plus compliqués que les planètes, car ils peuvent se retourner , dégringoler, etc., en changeant de pôle sur des échelles de temps courtes). Pour les planètes, la définition de l'IAU est indépendante de la direction de la rotation d'une planète. Il dit que le pôle nord de la planète est celui de l'hémisphère nord du ciel tel que défini par la Terre.

Mais je comprends. Nous avons besoin d'une définition, et celle-ci fonctionne. Je pense que le mien est plus simple et moins susceptible de semer la confusion, mais ne pas semer la confusion n'est pas une grande motivation pour l'AIU, je pense parfois. Cependant, les astronomes ont besoin d'une définition pour s'assurer que nous sommes tous sur la même longueur d'onde, et avec cette définition au moins, nous le sommes.

J'ai donc utilisé ces tweets comme excuse pour écrire sur cette règle obscure mais importante, mais pour être honnête, tout ce que l'ésotérisme n'est pas ce que je pense que les gens devraient retenir de tout cela.

Je suis entré dans cette conversation sur Twitter (invité !) et j'ai dit ce que je pensais être juste, mais ce n'était pas le cas. J'ai appris quelque chose ! C'est super. J'aime apprendre des choses, surtout quand cela signifie que je peux remplacer certaines connaissances erronées par des connaissances exactes.

Mais même ce n'est pas ce que je veux que tu retiennes. Pas de nouvelles connaissances, mais à la place cette question :


Est-ce qu'il y a de la vie sur les autres planètes?

Le but ultime du programme exoplanète de la NASA est de trouver des signes indubitables de la vie actuelle sur une planète au-delà de la Terre. La rapidité avec laquelle cela peut arriver dépend de deux inconnues : la prévalence de la vie dans la galaxie et la chance que nous avons lorsque nous prenons ces premières mesures exploratoires provisoires.

Nos premières missions de recherche de planètes, telles que la NASA & rsquos Kepler et son incarnation étendue, K2, ou le futur télescope spatial James Webb, pourraient fournir des preuves à nu des mondes potentiellement habitables. James Webb, conçu en partie pour enquêter sur les géantes gazeuses et les super Terres, pourrait trouver une version démesurée de notre planète. Le télescope spatial romain Nancy Grace de la NASA ou le télescope d'enquête infrarouge à large champ, pourraient se concentrer sur une planète lointaine et la lumière réfléchie pour détecter les signatures d'oxygène, de vapeur d'eau ou d'autres indications puissantes d'une vie possible.

Mais à moins d'avoir de la chance, la recherche de signes de vie pourrait prendre des décennies. Découvrir un autre marbre bleu-blanc caché dans le champ d'étoiles, comme un grain de sable sur la plage, nécessitera probablement un télescope imageur encore plus grand. Des conceptions sont déjà en cours pour ce chercheur de planètes de nouvelle génération, qui sera envoyé dans les airs dans les années 2030 ou 2040.

Sara Seager, professeur de physique au MIT, recherche des combinaisons chimiques possibles qui pourraient signaler la présence d'une vie extraterrestre. Elle et ses collègues en biochimie se sont d'abord concentrés sur les six principaux éléments associés à la vie sur Terre : le carbone, l'azote, l'oxygène, le phosphore, le soufre et l'hydrogène.

"Nous allons avoir si peu de planètes, nous devons avoir de la chance", a déclaré Seager. &ldquoJe ne veux rien manquer. Je ne veux pas le manquer parce que nous n'étions pas assez intelligents pour penser à une molécule.

Pour en savoir plus sur la technologie avancée des télescopes spatiaux développée à la NASA pour rechercher la vie parmi les étoiles, lisez Inventing the Future


2. Uranus

Uranus est la troisième plus grande planète du système solaire. Sa surface est composée d'un composant gelé et il est donc considéré comme un géant de glace. Cependant, son atmosphère est composée d'hydrogène et d'hélium aux côtés d'autres "glaces" telles que le méthane, l'ammoniac et l'eau.

Bien que ce ne soit pas la planète la plus éloignée du soleil, c'est la plus froide avec des températures qui atteignent -224 °C. Uranus est la seule planète qui ne dégage pas de chaleur de son noyau. Uranus est à environ 2 milliards de kilomètres du soleil.


J'espère que vous aimez les produits que je recommande ! Juste pour que vous le sachiez, je peux collecter une part des ventes ou d'autres compensations à partir des liens sur cette page. AstronomyScope.com est une propriété indépendante et les opinions exprimées ici sont les miennes.

Astronomyscope.com participe au programme d'associés d'Amazon Services LLC, un programme de publicité d'affiliation conçu pour permettre aux sites de gagner des frais de publicité en faisant de la publicité et en se connectant à Amazon.com. Astronomy Scope est rémunéré pour le renvoi du trafic et des affaires à ces entreprises.

PORTÉE DE L'ASTRONOMIE

Astronomy Scope participe au programme d'associés d'Amazon Services LLC.


Voir la vidéo: Conférence - Exponentielle et algorithme: du Covid-19 à lunivers, aller et retour (Décembre 2022).