Astronomie

Observation de planification : déterminer les dates où la lune est à moins de 30 degrés de mon objet ?

Observation de planification : déterminer les dates où la lune est à moins de 30 degrés de mon objet ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Je planifie une observation pour une proposition et je dois déterminer à quelles dates la lune se trouve à moins de 30 degrés d'un objet afin que je puisse demander à ne pas être programmé pour ces dates. Cet objet est proche de l'écliptique, il est donc garanti que la lune passera parfois à proximité.

Dans le passé, j'ai utilisé skycalc pour déterminer manuellement de telles dates, mais maintenant j'ai besoin de déterminer des dates sur une période de plusieurs mois, et j'espérais qu'il y avait un outil plus automatisé que je pourrais utiliser à cette fin.


J'utiliserais JPL Horizons pour calculer la position de la Lune et enregistrer les résultats dans un fichier texte. Ensuite, utilisez une feuille de calcul pour calculer la séparation entre la Lune et votre objet. $$cos heta = sin delta_1 sin delta_2 + cos delta_1 cos delta_2 cos (alpha_1 - alpha_2)$$$ hêta$ est la séparation, $delta$ est la déclinaison, et $alpha$ est l'ascension droite.

Étant donné que la Lune se déplace d'environ 1 degré en 2 heures, vous pouvez l'utiliser pour déterminer l'intervalle de temps à utiliser dans la sortie, en fonction de la précision avec laquelle vous souhaitez trouver la séparation de 30 degrés.


Ce n'est pas un outil, mais vous pouvez essayer de regarder un almanach astronomique - par exemple, l'almanach astronomique 2019-2023 de Richard Bartlett répertorie les valeurs quotidiennes d'AR et de déc de lune dans la version PDF, ce qui peut répondre à vos besoins PDF au début :

https://www.dropbox.com/s/smm2eprodpod0cf/2019-2023 %20Astronomical%20Almanac%20%28Free%20Early%20PDF%29.pdf?dl=0

Partage gratuit, mais si vous le trouvez utile, l'auteur vous demande d'envisager d'acheter une copie et/ou de laisser une critique.


Observation de planification : déterminer les dates où la lune est à moins de 30 degrés de mon objet ? - Astronomie

L'édition professionnelle est destinée à l'imageur astronomique, aux observateurs visuels expérimentés qui observent depuis un site sombre ou à tout observateur sérieux qui veut le meilleur des logiciels d'observation.

L'édition Pro comprend toutes les fonctionnalités de l'édition Standard, ainsi qu'une base de données beaucoup plus approfondie, une prise en charge de l'imagerie astro et des améliorations de nombreuses fonctionnalités standard. L'outil de contrôle du télescope en temps réel est inclus.

Planificateur de session d'imagerie

Imaging Planner prend en charge l'imagerie du ciel profond, planétaire, lunaire et solaire pour les capteurs CCD astronomiques, les appareils photo numériques et les caméras vidéo/web. Sachez avec certitude quand chaque objet est le mieux imagé.

La planification de SkyTools consiste à vous aider à faire les meilleurs choix d'imagerie. Des temps de sous-exposition optimaux sont suggérés pour l'empilement d'images et le rapport signal/bruit final est estimé. La période optimale pour imager chaque objet pendant la nuit est calculée et affichée graphiquement :

Calculateur d'exposition / Laboratoire d'imagerie

  • Jusqu'où dois-je exposer au crépuscule ? Quel filtre est le moins affecté par le crépuscule ?

  • Quelle sera la différence dans mon image finale si j'empile des sous-expositions de 5 minutes plutôt que des sous-expositions de 30 minutes ?

  • Dois-je continuer à observer après le lever de la lune ? Si oui, quel filtre est le moins affecté par le clair de lune ?

  • Quel ordre dois-je utiliser pour mes filtres ?

  • Combien gagnerais-je en passant à un site sombre ?

  • Quel effet une mauvaise vision aura-t-elle sur mon image finale ?

  • Combien de temps puis-je imager Jupiter ce soir avant que l'image empilée finale apparaisse maculée par la rotation ?

  • Quelle est la pénalité, le cas échéant, pour l'imagerie de Jupiter à la lumière du jour ?

Visionneuse de contexte d'imagerie

Il s'agit d'une fenêtre contextuelle pour l'Atlas qui affiche une image simulée prise avec votre appareil photo et votre télescope.

Le FOV de la caméra du télescope est tracé sur l'atlas. L'atlas fournit le contexte de ce que vous regardez, tandis que le spectateur vous montre ce que vous pouvez vous attendre à enregistrer.

Faites glisser la visionneuse sur l'atlas pour prévisualiser divers objets, ou si elle est connectée à un télescope, la visionneuse marquera la position du champ de vision de la caméra.

Cet outil est parfait pour localiser le champ correct et comparer facilement une courte exposition à l'image simulée. Faites glisser le FOV d'imagerie n'importe où sur la carte pour tester le placement, et si un télescope est connecté, le télescope suivra !

Base de données stellaire la plus profonde 522 millions d'étoiles

Notre base de données unique contient des étoiles jusqu'à la magnitude 20 sur tout le ciel. Les données disponibles de la plus haute qualité sont utilisées, y compris l'UCAC et des étoiles sélectionnées du catalogue USNO-B1.0. Contrairement à d'autres logiciels, les données d'étoiles doubles et variables sont entièrement intégrées. Apprendre encore plus

Contrôle du télescope en temps réel inclus

Cet outil est comme le Imaging Planner uniquement pour une utilisation sur les cibles du télescope qui sont recommandées en temps réel. Contrôlez un télescope GOTO ou ciblez des objets pour votre monture équipée de DSC. Apprendre encore plus

Entrez votre position d'observation directement depuis n'importe quel récepteur GPS avec une interface NMEA standard.

Sélections de téléchargement d'images supplémentaires

Les images SDSS, IR, H-alpha et 2MASS sont disponibles en téléchargement pour affichage dans les arrière-plans des cartes en plus des téléchargements DSS standard.

Recherche dans la base de données des planètes mineures et des comètes

Filtrez par type de planète mineure pour trouver des disques dispersés ou des objets NEO observables. Découvrez quelle comète c'était que grand-mère a vu en 1928.

Recherche de base de données plus puissante

Recherchez dans les bases de données SkyTools avec des paramètres de recherche encore plus puissants.

Il ne fait aucun doute que SkyTools est le premier logiciel de planification d'observations. Il est clair dès le départ que le Nightly Planner a été créé par un astronome passionné qui l'utilise lui-même activement.

Choisissez-en un parmi plus d'une centaine listes d'observation ou créez le vôtre avec le générateur de liste d'observation nocturne, la recherche avancée de base de données, la recherche de désignation ou l'outil d'importation.

Les objets sont classés par Difficulté visuelle basé sur un modèle complexe du ciel et de votre instrument.

Des temps de visionnage vraiment optimaux sont calculés sur la base d'un modèle complexe qui prend en compte le type d'objet, la luminosité, l'altitude et l'obscurité du ciel.

Évaluations de splittablity par paire à deux étoiles sont calculés sur la base d'un modèle sophistiqué des conditions de votre télescope, de vos yeux et du ciel.

Réduisez la liste aux seuls objets appropriés à vos conditions, à votre télescope, à vos attentes et à la nuit que vous avez sélectionnée.

Générateur de liste d'observation nocturne

Créez des listes d'observation personnalisées pour vos conditions, votre télescope et votre expérience.

Calculez les éclipses à venir, les conjonctions, les transits, les occultations, les pluies de météores, les oppositions, les plus grands allongements, les événements satellites de Jupiter, les allongements satellites planétaires, etc. Apprendre encore plus

Afficher les événements à venir sur un calendrier mensuel des événements du ciel ou alors planificateur d'événements nocturnes outil.

Une application majeure en soi, le journal de bord SkyTools utilise le contexte et des préréglages personnalisables pour remplir autant de champs que possible avant de commencer à écrire. Parcourez les journaux par nuit, observateur, emplacement, télescope, etc. Recherchez des entrées de journal via plusieurs critères de recherche. Imprimez ou copiez dans les journaux du presse-papiers pour répondre aux exigences de diverses récompenses d'observation. Apprendre encore plus

SkyTools est souvent appelé un planificateur, mais en fait, il contient une application de cartographie entièrement fonctionnelle. L'Atlas interactif est comme un bel atlas pour votre ordinateur, sauf que vous avez un contrôle total sur son apparence et ce qui est affiché. Apprendre encore plus

Cartes de recherche personnalisées pour jumelles et télescopes

Les graphiques à trois vues "star hopping" personnalisés pour votre instrument vous guideront même vers les objets les plus difficiles - plus besoin de placer les cercles de champ de vision à la main ! Ces cartes utilisent des simulations très précises de la visibilité des objets dans le ciel pour rendre la recherche d'objets rapide et facile. Apprendre encore plus

Cartes des yeux nus et du ciel aérien

Qu'elles soient affichées à l'écran ou imprimées, ces cartes simulent le ciel à l'œil nu à l'aide d'un modèle scientifique précis qui inclut votre pollution lumineuse locale.

Visualiseur de contexte visuel

Il s'agit d'un outil tout à fait unique qui place une vue simulée de votre télescope dans une fenêtre contextuelle au-dessus de l'atlas interactif. Le FOV du télescope est tracé sur l'atlas. L'atlas fournit le contexte de ce que vous regardez, tandis que le spectateur vous montre ce que vous pouvez vous attendre à voir.

Faites glisser la vue sur l'atlas pour prévisualiser divers objets, ou s'il est connecté à un télescope, la visionneuse marquera la position du télescope avec un cercle FOV qui est calculé pour l'oculaire sélectionné.

Si vous êtes connecté à un télescope GOTO, vous pouvez déplacer le télescope en faisant glisser le cercle FOV sur l'atlas.

Ajouter des notes, des images et des liens Web aux objets

Attribuez du contenu à n'importe quel objet. Saisissez des notes ou collez-les. Créez des liens vers des sites Web ou des images sur votre disque dur. Partagez votre contenu avec d'autres utilisateurs de SkyTools. Apprendre encore plus

Recherche avancée de base de données

  • Trouvez le quasar le plus éloigné visible dans votre télescope

  • Faire une liste d'observation des galaxies de bord

  • Trouver des étoiles très rouges

  • Lister toutes les nébuleuses sombres d'une constellation donnée

  • Et ainsi de suite.

  • Calculer la position d'un objet à intervalles réguliers

  • Énumérez le moment optimal pour observer un objet la nuit

  • Calculer l'angle de position et la séparation pour une étoile binaire à longue période

  • Tracez n'importe lequel d'entre eux sur un graphique d'un simple clic de souris !

Télécharger et afficher des images DSS sur des graphiques

Parfois, une image peut vous aider à vous préparer à observer un objet ou à confirmer que vous l'avez vraiment vu. Cliquez avec le bouton droit sur une carte pour télécharger une image Digital Sky Survey à afficher dans l'arrière-plan de la carte ou téléchargez automatiquement des images pour tous les objets de votre liste d'observation.

Données actuelles pour les comètes, les novae et les supernovae

Skyhound maintient des listes d'observation avec les comètes, les novae, les supernovae et les astéroïdes actuellement visibles qui se rapprochent de la Terre. Ces listes sont facilement téléchargeables à partir de SkyTools afin que vous ayez toujours des informations à jour.

Les informations sur les comètes dans SkyTools sont incomparables. D'autres logiciels ou sources en ligne peuvent tracer la position d'une comète. Mais les données de magnitude et de taille sont souvent incorrectes ou trompeuses. Seul SkyTools peut vous donner des magnitudes et des diamètres de coma précis car l'auteur, qui maintient le Chasse à la comète site Web, rassemble des observations récentes. Non seulement cela, mais il a également développé une méthode pour prédire avec précision la visibilité d'une comète dans l'oculaire qui est utilisée par SkyTools (la magnitude à elle seule n'a presque aucun sens pour les comètes).

  • Lorsque vous effectuez un zoom avant sur un graphique, plusieurs étoiles se divisent en étoiles composantes, y compris des binaires à longue période, tracées aux positions relatives correctes pour la date.

  • Planifiez l'observation d'étoiles doubles en utilisant les prédictions de capacité de division pour votre télescope, les conditions et la nuit.

  • Recherchez des étoiles doubles à afficher en fonction de la capacité de séparation ou des limites de séparation et de magnitude fixes.

Utilisez cet outil pour visualiser les objets de votre liste d'observation afin qu'ils puissent être facilement comparés. Tracez un tableau d'images miniatures de chaque objet, soit telles qu'elles apparaissent sur un atlas idéalisé, soit sous forme de simulations dans votre télescope.


Contenu

En navigation céleste, la connaissance de l'heure de Greenwich (ou d'un autre lieu connu) et des positions mesurées d'un ou plusieurs objets célestes permet au navigateur de calculer la latitude et la longitude. [1] Les chronomètres marins fiables n'étaient disponibles qu'à la fin du XVIIIe siècle et n'étaient pas abordables avant le XIXe siècle. [2] [3] [4] Après que la méthode ait été publiée pour la première fois en 1763 par l'astronome britannique Royal Nevil Maskelyne, sur la base des travaux pionniers de Tobias Mayer, pendant une centaine d'années (jusqu'en 1850 environ) [5] les marins sans chronomètre utilisaient la méthode des distances lunaires pour déterminer l'heure de Greenwich comme une étape clé dans la détermination de la longitude. Inversement, un marin muni d'un chronomètre pourrait vérifier son exactitude à l'aide d'une détermination lunaire de l'heure de Greenwich. [2] La méthode a été utilisée jusqu'au début du 20ème siècle sur des navires plus petits qui ne pouvaient pas se permettre un chronomètre ou devaient s'appuyer sur cette technique pour la correction du chronomètre. [6]

Résumé Modifier

La méthode repose sur le mouvement relativement rapide de la lune dans le ciel de fond, réalisant un circuit de 360 ​​degrés en 27,3 jours (le mois sidéral), soit 13,2 degrés par jour. En une heure, il se déplacera d'environ un demi-degré, [1] à peu près son propre diamètre angulaire, par rapport aux étoiles de fond et au Soleil.

A l'aide d'un sextant, le navigateur mesure précisément l'angle entre la lune et un autre corps. [1] Cela pourrait être le Soleil ou l'un d'un groupe sélectionné d'étoiles brillantes situées près de la trajectoire de la Lune, près de l'écliptique. À ce moment, toute personne à la surface de la terre qui peut voir les deux mêmes corps observera, après correction de la parallaxe, le même angle. Le navigateur consulte alors une table préparée des distances lunaires et les heures auxquelles elles se produiront. [1] [7] En comparant la distance lunaire corrigée avec les valeurs tabulées, le navigateur trouve l'heure de Greenwich pour cette observation. Connaissant l'heure de Greenwich et l'heure locale, le navigateur peut calculer la longitude. [1]

L'heure locale peut être déterminée à partir d'une observation au sextant de l'altitude du Soleil ou d'une étoile. [8] [9] Ensuite, la longitude (par rapport à Greenwich) est facilement calculée à partir de la différence entre l'heure locale et l'heure de Greenwich, à 15 degrés par heure de différence.

En pratique Modifier

Après avoir mesuré la distance lunaire et les hauteurs des deux corps, le navigateur peut trouver l'heure de Greenwich en trois étapes.

Première étape – Préliminaires Les tables d'almanach prédisent les distances lunaires entre le centre de la Lune et l'autre corps (publié entre 1767 et 1906 en Grande-Bretagne). [10] [11] Cependant, l'observateur ne peut pas trouver avec précision le centre de la Lune (ou du Soleil, qui était le deuxième objet le plus fréquemment utilisé). Au lieu de cela, les distances lunaires sont toujours mesurées jusqu'au bord extérieur fortement éclairé (le limbe, pas le terminateur) de la Lune (ou du Soleil). La première correction de la distance lunaire est la distance entre le limbe de la Lune et son centre. Étant donné que la taille apparente de la Lune varie avec sa distance variable de la Terre, les almanachs donnent le demi-diamètre de la Lune et du Soleil pour chaque jour. [12] De plus, les altitudes observées sont dégagées du demi-diamètre. Deuxième étape – Effacement Effacer la distance lunaire signifie corriger les effets de la parallaxe et de la réfraction atmosphérique sur l'observation. L'almanach donne les distances lunaires telles qu'elles apparaîtraient si l'observateur était au centre d'une Terre transparente. Parce que la Lune est tellement plus proche de la Terre que les étoiles ne le sont, la position de l'observateur à la surface de la Terre décale la position relative de la Lune jusqu'à un degré entier. [13] [14] La correction de compensation pour la parallaxe et la réfraction est une fonction trigonométrique relativement simple de la distance lunaire observée et des altitudes des deux corps. [15] Les navigateurs ont utilisé des collections de tables mathématiques pour effectuer ces calculs par l'une des dizaines de méthodes de compensation distinctes. Troisième étape – Trouver l'heure Le navigateur, ayant effacé la distance lunaire, consulte maintenant une table préparée des distances lunaires et les heures auxquelles elles se produiront afin de déterminer l'heure de Greenwich de l'observation. [1] [7] Ces tables étaient la merveille de haute technologie de leur époque. Prédire la position de la lune des années à l'avance nécessite de résoudre le problème des trois corps, puisque la terre, la lune et le soleil étaient tous impliqués. Euler a développé la méthode numérique qu'ils utilisaient, appelée méthode d'Euler, et a reçu une subvention du Board of Longitude pour effectuer les calculs.

Après avoir trouvé l'heure (absolue) de Greenwich, le navigateur la compare soit à l'heure apparente locale observée (une observation séparée) pour trouver sa longitude, soit la compare à l'heure de Greenwich sur un chronomètre (si disponible) si l'on veut vérifier l'heure chronomètre. [1]

Erreur d'almanach Modifier

Dans les premiers jours de la Lune, les prédictions de la position de la Lune étaient bonnes à environ une demi-minute d'arc [ citation requise ] , une source d'erreur pouvant aller jusqu'à environ 1 minute à l'heure de Greenwich, soit un quart de degré de longitude. En 1810, les erreurs dans les prédictions de l'almanach avaient été réduites à environ un quart de minute d'arc. Vers 1860 (après que les observations de distance lunaire se soient pour la plupart fondues dans l'histoire), les erreurs d'almanach ont finalement été réduites à moins que la marge d'erreur d'un sextant dans des conditions idéales (un dixième de minute d'arc).

Observation de la distance lunaire Modifier

Les meilleurs sextants au tout début de l'ère de la distance lunaire pourraient indiquer un angle au sixième d'une minute d'arc [ citation requise ] et plus tard les sextants (après c. 1800 ) à 0,1 arc-minute, après que l'utilisation du vernier ait été popularisée par sa description en anglais dans le livre Navigatio Britannica publié en 1750 par John Barrow, mathématicien et historien. Dans la pratique en mer, les erreurs réelles étaient un peu plus importantes. Les observateurs expérimentés peuvent généralement mesurer les distances lunaires à moins d'un quart de minute d'arc dans des conditions favorables, [ citation requise ] introduisant une erreur allant jusqu'à un quart de degré en longitude. Si le ciel est nuageux ou si la Lune est nouvelle (cachée près de l'éblouissement du Soleil), les observations de distance lunaire ne pourraient pas être effectuées.

Erreur totale Modifier

Une distance lunaire change avec le temps à un rythme d'environ un demi-degré, ou 30 minutes d'arc, en une heure. [1] Les deux sources d'erreur, combinées, s'élèvent généralement à environ une demi-minute d'arc en distance lunaire, ce qui équivaut à une minute en temps de Greenwich, ce qui correspond à une erreur pouvant atteindre un quart de degré de longitude. , soit environ 15 milles marins (28 km) à l'équateur.

Le capitaine Joshua Slocum, en effectuant le premier tour du monde en solitaire en 1895-1898, a utilisé de manière quelque peu anachronique la méthode lunaire ainsi que l'estime dans sa navigation. Il commente en Naviguer seul autour du monde sur une vue prise dans le Pacifique Sud. Après avoir corrigé une erreur qu'il a trouvée dans ses tables de journal, le résultat était étonnamment précis : [16]

J'ai trouvé d'après le résultat de trois observations, après une longue lutte avec les tables lunaires, que sa longitude concordait à moins de cinq milles de celle à l'estime. C'était merveilleux tous les deux, cependant, pouvaient être dans l'erreur, mais d'une manière ou d'une autre j'étais confiant que les deux étaient presque vrais, et que dans quelques heures de plus je verrais la terre et c'est ce qui arriva, car alors je distinguai l'île de Nukahiva, la le plus méridional du groupe des Marquises, net et élevé. La longitude vérifiée lorsque de front se situait quelque part entre les deux calculs, c'était extraordinaire. Tous les navigateurs vous diront que d'un jour à l'autre un navire peut perdre ou gagner plus de cinq milles dans son compte de navigation, et encore, en matière de lunaires, même les lunaires experts sont considérés comme faisant un travail intelligent lorsqu'ils font en moyenne moins de huit milles de la vérité.

Le résultat de ces observations a naturellement chatouillé ma vanité, car je savais que c'était quelque chose de se tenir sur le pont d'un grand navire et avec deux assistants de faire des observations lunaires approximativement proches de la vérité. En tant que l'un des marins américains les plus pauvres, j'étais fier du petit exploit seul sur le sloop, même par hasard.

Le travail du lunaire, bien que peu pratiqué à l'époque des chronomètres, est magnifiquement édifiant, et il n'y a rien dans le domaine de la navigation qui élève le cœur plus en adoration.


Souvent Questions posées

Qu'est-ce qu'un point ?

Un ‘point’ est la devise iTelescope. Votre plan d'adhésion est livré avec un nombre défini de points. Lorsque vous adhérez à un nouveau plan ou lorsque votre plan d'adhésion se renouvelle, vous accumulez des ‘points’ dans votre compte, et vous pouvez même acheter des points supplémentaires si vous êtes à court.

Chaque système iTelescope a un taux d'imagerie horaire exprimé en ‘points par heure d'imagerie‘, c'est le coût d'utilisation d'une heure de temps d'exposition sur ce télescope donné. Chaque télescope a son propre taux horaire, qui est influencé par votre plan d'adhésion et l'illumination de la lune. En règle générale, plus le plan d'adhésion est élevé, plus le taux d'imagerie horaire par télescope est bas. Vous pouvez trouver les tarifs des télescopes ici et sur la rampe de lancement.

Vous échangez vos points accumulés contre du temps d'imagerie sur un système iTelescope.

Exemple: Si le taux du télescope est de 50 points par heure d'imagerie et que vous avez 100 points sur votre compte, cela signifie que vous disposez de 2 heures de temps d'imagerie sur ce télescope donné.

Vous ne payez que le temps d'imagerie que vous utilisez, si vous prenez 4 x 5 minutes de pose vous ne payez que 20 minutes de temps d'imagerie en points, à chaque fois que vous utilisez un télescope vous consommez vos points en cours de route, c'est simple !

Comment puis-je annuler mon forfait ?

Vous avez le contrôle total de votre compte et à tout moment, vous pouvez mettre à niveau, rétrograder ou même annuler votre abonnement. Nous prenons en charge Visa, Mastercard et Paypal. Si vous faites partie d'une entreprise ou d'un organisme gouvernemental, nous acceptons les bons de commande et la facturation, veuillez contacter [email protected] pour plus d'informations.


Introduction

Les opérateurs de satellites continuent de gérer le nombre croissant d'avertissements de conjonction (approche rapprochée) en raison du nombre croissant de débris d'objets en orbite terrestre. Au Canada, les exploitants de ressources spatiales en orbite terrestre basse (LEO) se fient aux avertissements de conjonction fournis par le 18th Space Control Squadron (18th SPCS) de l'US Air Force, qui utilisent les données orbitales recueillies par le Space Surveillance Network (SSN) [1]. Le 18e SPCS offre des services de dépistage avancé [1, 2], fournissant des avertissements de conjonction prévus jusqu'à 7 jours avant l'heure d'approche la plus proche (TCA), offrant aux opérateurs plus de temps pour analyser le risque de collision et créer des plans de manœuvre. Ces avertissements prennent la forme de messages de données de conjonction (CDM), un format de texte normalisé permettant une évaluation rapide du risque de collision de deux objets spatiaux [1]. Dans la perspective de la TCA, les capteurs de surveillance spatiale acquièrent des données de suivi accrues sur les deux objets spatiaux, ce qui augmente leur connaissance du positionnement et aide à valider le risque réel. Le risque est généralement estimé en calculant la probabilité de collision (PoC) que deux objets spatiaux pourraient entrer en collision en fonction de la covariance de position orbitale primaire et secondaire et de leurs rayons sphériques de corps dur. Dans les opérations spatiales canadiennes, un PoC supérieur à 10 -6 est considéré comme un critère « d'avertissement » entraînant une surveillance accrue de la conjonction des deux objets. Les PoC dépassant 10 -4 sont considérés comme des critères d'« action » par le Centre canadien d'opérations spatiales (CanSpOC) et l'équipe d'exploitation des satellites de l'Agence spatiale canadienne. Les PoC supérieurs à 10 -4 déclenchent une analyse orbitale améliorée ou des manœuvres d'évitement des débris [2, 3] si le satellite a la capacité de manœuvrer.

Ce modèle d'évaluation de conjonction fonctionne relativement bien pour la population actuelle d'objets spatiaux. Cependant, cette technique repose intrinsèquement sur les données de suivi collectées par des capteurs au sol avant le TCA. Le satellite primaire ne contribue pas à l'évaluation des risques, ni ne recueille d'observations sur le secondaire pendant les jours (ou heures) précédant la conjonction. L'événement de conjonction lui-même n'est généralement pas observé par les capteurs de conscience de la situation spatiale (SSA) pour valider que les objets se sont croisés en toute sécurité. Le processus d'évitement des collisions est également entravé par les accès peu fréquents aux stations au sol, ce qui limite le nombre d'opportunités qu'un opérateur de satellite peut télécharger des commandes de manœuvre en réponse aux nouvelles données orbitales. À l'ère des méga-constellations à venir, les opérateurs de satellites pourraient ne pas être en mesure de fournir l'attention individuelle requise pour chaque actif de constellation pour l'évaluation de la conjonction. Cela forcera probablement l'utilisation de l'automatisation et des données de suivi indépendantes comme une exigence pour les futurs systèmes spatiaux afin d'aider à atténuer le risque de collision orbitale. Dans cet article, une question élargie est posée : Un satellite peut-il effectuer des observations optiques sur des objets spatiaux conjoints pour évaluer de manière indépendante le risque de collision ?

En 2018, NEOSSat, un microsatellite de connaissance de la situation spatiale (SSA), exploité conjointement par l'Agence spatiale canadienne et R&D pour la défense Canada, a commencé une série d'expériences d'observation en observant des objets spatiaux en conjonction avec lui. Le but de cette expérimentation était de caractériser optiquement les objets spatiaux en conjonction afin de déterminer si l'autoprotection est une possibilité si une autonomie de calcul à bord suffisante était disponible pour suivre, détecter et estimer les orbites. Bien que NEOSSat ne dispose pas des capacités de calcul embarquées pour mettre à jour indépendamment l'orbite d'un objet spatial conjonctif, ni d'un système de propulsion pour effectuer des manœuvres d'évitement des débris si un risque de collision menace, une analyse des stratégies d'observation de rencontre rapide est utile. Cet article commence par décrire la phénoménologie in-situ des conjonctions observées optiquement en termes de géométrie d'approche, de techniques d'observation et des propriétés astrométriques et photométriques détectées du secondaire. Nous examinons ensuite comment un satellite LEO, équipé d'un capteur optique de surveillance spatiale, pourrait contribuer au processus d'évitement des collisions, plutôt que d'être un satellite passif à risque. Il a été constaté que des opportunités d'observation sur l'objet secondaire se produisent régulièrement dans le demi-orbite intersections avant la conjonction. Un examen de la façon dont cette technique de demi-orbite peut être utilisée dans des scénarios de conjonction réels est exploré, les limites décrites et comment l'adaptation possible des suiveurs d'étoiles pourrait être utilisée pour effectuer des observations de conjonction sans risque du point de vue de la détectabilité.


Science hebdomadaire à la maison

OMSI est là pour aider à soutenir l'apprentissage à distance de vos étudiants. Nous avons élargi notre contenu Science at Home pour inclure de nouvelles activités et ressources STEAM organisées chaque semaine !

Semaine 30 : Phénologie

Dans notre dernière semaine de Science at Home, explorez la phénologie et les nombreuses façons dont vous pouvez continuer à vous engager en tant que scientifique citoyen !

Lundi : Lecture de sciences
Définir la phénologie
Nous avons tous une idée du début du printemps, mais que se passe-t-il si ce calendrier change ? La phénologie est l'étude de l'horloge de la nature, lorsque certains changements et événements saisonniers se produisent tout au long de l'année. La phénologie nous aide à comprendre les cycles de vie des plantes et des animaux, en particulier leur réaction aux changements du climat mondial.

L'Oregon abrite la forêt expérimentale HJ Andrews, où des données phénologiques à long terme sont collectées depuis 1948. En savoir plus sur la forêt expérimentale HJ Andrews.

Questions de discussion:
- Avez-vous remarqué des changements phénologiques au cours de votre vie ?
- Pourquoi est-il important de comprendre comment les plantes et les animaux réagissent aux changements climatiques ?
- Comment la phénologie peut-elle aider les agriculteurs ?

Mardi : Activité DIY
Flipbook sur la phénologie
Vous pouvez être phénologue dans votre propre espace extérieur ! Enregistrez vos observations quotidiennes dans un flipbook pour donner vie à votre science en animation.

Mercredi : Connexion carrière
Étudier des décennies de données phénologiques
Déterminer comment les saisons et les climats changent prend beaucoup de temps ! Informez-vous avec Sarah Ward, étudiante diplômée de l'Oregon State University, au sujet de l'étude de phénologie qu'elle mène à la forêt expérimentale HJ Andrews.

Questions à se poser :
- Les données phénologiques sont-elles utiles pour comprendre les changements climatiques si elles ne sont collectées qu'une seule fois ?
- De quelles trois manières enregistreriez-vous les données phénologiques (comme les nombres) ?
- Pourquoi les données à long terme sont-elles importantes ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer les changements saisonniers
Vous pouvez être un tracker de saison! Tout ce dont vous avez besoin est un lieu d'observation et la possibilité d'y revenir plusieurs fois.

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Sélectionnez une station d'observation dans votre jardin ou parc local.
- Faites des observations sur les plantes, les animaux et la météo que vous pouvez voir depuis votre station d'observation.
- Les observations peuvent inclure des mots, des descriptions, des dates, des nombres, des cartes et/ou des dessins.
- Revenez plusieurs fois à l'emplacement de votre station d'observation et répétez vos observations.

Questions à se poser :
- Comment savoir quand les saisons changent ?
- Quelles observations vous ont surpris ?
- En quoi vos observations seraient-elles utiles aux phénologues et aux climatologues ?
- Y a-t-il des observations que vous auriez aimé faire ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un été de science citoyenne
Les scientifiques qui étudient la phénologie demandent souvent à des scientifiques citoyens comme vous de les aider à collecter des données. En notant quand une fleur fleurit dans votre quartier et en rapportant votre observation, vous pourriez aider un scientifique à comprendre le changement climatique !

La science citoyenne n'existe pas seulement dans le domaine de la phénologie. Il existe de nombreuses façons de collecter des données réelles pour aider des projets de recherche dans de nombreux domaines. Si vous souhaitez vous impliquer dans un projet de science citoyenne, c'est le moment idéal pour concevoir un plan.

Assurez-vous de considérer :
- De quelles connaissances de base avez-vous besoin pour réussir ?
- Avez-vous appris les protocoles de collecte de données appropriés ?
- De combien de temps avez-vous besoin pour collecter des données ?
- Avez-vous besoin d'outils spéciaux ?

Questions de discussion:
- Quels sont les projets de science citoyenne qui vous passionnent le plus ?
- Pourquoi la science citoyenne est-elle importante ?
- Quels sont les avantages et les inconvénients de l'utilisation des données de la science citoyenne dans la recherche scientifique ?

Semaine 29 : Sciences du sport

La science du sport n'est pas réservée qu'aux athlètes ! Cette semaine, explorez comment vous pouvez appliquer la science du sport aux mouvements que vous faites tous les jours.

Lundi : Lecture de sciences
La science de l'exercice
La science du sport combine de nombreux domaines d'études pour nous aider à comprendre et à perfectionner les performances du corps humain.

Pas un athlète ? Aucun problème! Les principes de la science du sport peuvent également être appliqués aux mouvements impliqués dans la danse, l'exercice, le jardinage, les jeux à l'extérieur et d'autres activités quotidiennes. Apprenez-en plus sur la science du sport dans la lecture scientifique de cette semaine.

Questions de discussion:
- Quelles matières un scientifique du sport doit-il étudier à l'école ?
- Comment décririez-vous la science du sport à un ami ?
- Où pourriez-vous rencontrer un scientifique du sport ?

Mardi : Activité DIY
Testez votre temps de réaction !
À quelle vitesse pouvez-vous attraper un objet ? Trouvez un partenaire pour vous aider à tester votre temps de réaction.

Mercredi : Connexion carrière
Une journée dans la vie d'un physiothérapeute
À la fois coach et médecin, les physiothérapeutes aident les gens à surmonter divers défis avec leur corps. Les physiothérapeutes appliquent la science du sport pour trouver des moyens amusants et efficaces d'aider leurs patients à récupérer, à gagner en force et à vivre une vie plus remplie. Intéressé par une carrière en physiothérapie?

Questions à se poser :
- Sur quels types de questions de recherche la physiothérapie se pose-t-elle ?
- Selon vous, qu'est-ce qui motive un physiothérapeute à faire le travail qu'il fait ?
- À quoi ressemble une journée réussie pour ces scientifiques du sport ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer l'équilibre
Un bon équilibre est important lors de la pratique d'un sport, de l'exercice et des mouvements quotidiens. Afin de garder votre équilibre sous contrôle, votre cerveau utilise les signaux de vos yeux, de vos oreilles et d'autres parties du corps, comme vos muscles.

Testez vos propres capacités et faites des observations sur ce qui a un impact sur votre équilibre :
- Prenez du papier, une minuterie et de quoi écrire.
- Chronométrez combien de temps vous pouvez rester en équilibre (jusqu'à 60 secondes) sur un pied.
- Enregistrez votre temps et faites des observations sur votre expérience d'équilibrage.
- Ensuite, chronométrez combien de temps vous pouvez rester en équilibre sur un pied (jusqu'à 60 secondes) avec les contraintes suivantes :
- En portant des cache-oreilles ou des bouchons d'oreilles
- En portant un bandeau sur les yeux
- En portant des cache-oreilles et un bandeau sur les yeux
- En écoutant de la musique avec un casque
- Après avoir fait 20 jumping jacks
- Enregistrez votre temps et vos observations sur chaque expérience d'équilibrage.

Questions à se poser :
- Au cours de quelle activité avez-vous été capable d'équilibrer le plus longtemps ?
- Pourquoi le changement de votre audition ou de votre vue peut-il affecter votre capacité d'équilibre ?
- Pensez-vous que les humains peuvent apprendre à améliorer leur équilibre ? Comment?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir une routine d'exercice
L'exercice régulier est un élément important d'un mode de vie sain. Trop d'exercice ou des activités déséquilibrées, cependant, peuvent causer des blessures ou du stress sur votre corps. Concevoir une routine d'exercices, fixer des objectifs personnels et prendre des notes sur les performances de votre corps sont autant de moyens de rester en forme tout en évitant les blessures.

Cette semaine, concevez une routine d'exercices d'une semaine basée sur vos propres objectifs et votre niveau de forme physique actuel. N'oubliez pas de considérer :
- Quels muscles utilisez-vous chaque jour ?
- Quand et pendant combien de temps prévoyez-vous de faire de l'exercice chaque jour ? Est-ce réaliste ?
- Comment rendez-vous l'exercice amusant pour vous-même ?
- Intégrez-vous des jours de repos et de récupération à votre programme d'exercice ?

Tenez-vous en à votre routine d'exercice hebdomadaire pendant un mois. Faites des changements en fonction de la façon dont votre corps réagit et récupère chaque jour.

Voici quelques idées d'exercices à intégrer à votre routine hebdomadaire :
- Sauts étoiles
- Étirements
- 30 secondes de planche
- Des pompes
- Équilibre
- Yoga

Questions de discussion:
- Votre corps a-t-il changé avec le temps ? Si c'est le cas, comment?
- Combien de temps faisiez-vous de l'exercice chaque jour ? Combien de temps avez-vous permis de récupérer?
- Vous êtes-vous déjà senti défié, ennuyé, fatigué ou fier ?
- Comment pouvez-vous ajuster votre routine pour produire de meilleures performances personnelles ?

Semaine 28 : Codage

Les ordinateurs sont partout dans notre monde moderne. Apprenez-en plus sur le code qui contrôle ces machines dans la science de cette semaine à la maison.

Lundi : Lecture de sciences
Apprenez le code, jouez à des jeux !
Les programmeurs informatiques écrivent du code qui demande à un ordinateur d'exécuter une tâche spécifique. Mais apprendre à être programmeur ne doit pas être ennuyeux !

Questions de discussion:
- Pourquoi est-il important d'apprendre d'abord les concepts de base du codage informatique ?
- Comment le codage pourrait-il aider les élèves à réussir à résoudre des problèmes ?
- Comment rendriez-vous l'une de vos matières scolaires plus amusante à apprendre ?

Mardi : Activité DIY
Pensez comme un ordinateur
Un ordinateur peut-il vraiment penser ? Entrez dans le cerveau d'un ordinateur et découvrez comment ils traitent les informations.

Mercredi : Connexion carrière
Envoyez Mars sur Terre avec un code
La programmation informatique apparaît partout dans notre monde moderne, ainsi que sur Mars ! Melody Ho est programmeur informatique pour la NASA. Apprenez comment elle utilise le code informatique pour développer des systèmes qui transmettent des images prises sur Mars à la Terre où nous pouvons les voir.

Questions à se poser :
- Vous souvenez-vous de votre première expérience avec un ordinateur ? Qu'en est-il vous vous souvenez?
- Comment le travail de programmation informatique de Melody aide-t-il à rendre les données de la NASA plus accessibles au grand public ?
- Comment appliqueriez-vous la programmation informatique à votre sujet scientifique préféré ?

Jeudi : Journal d'observation
Les ordinateurs sont partout !
Quels objets vous viennent à l'esprit lorsque vous pensez à un ordinateur ? Pensez-vous à une tablette? Un ordinateur portable? En réalité, les ordinateurs sont tout autour de nous et se présentent sous des formes infinies. Les consoles de jeux, les téléphones intelligents et de nombreux appareils modernes se connectent également à Internet et contiennent des ordinateurs !

Pouvez-vous observer tous les ordinateurs à l'intérieur de votre espace ?

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Regardez cette vidéo et commencez à réfléchir à ce qu'est exactement un ordinateur.
- Regardez autour de vous et identifiez tout avec un ordinateur.
- Faire des observations sur chaque objet. Penser à:
- Où se trouve l'ordinateur ?
- De quoi l'ordinateur est-il capable ?
- Comment l'ordinateur change-t-il votre quotidien ?
- Vos observations peuvent être des notes écrites, des histoires, des images ou des cartes.

Questions à se poser :
- Où as-tu été surpris par le nombre d'ordinateurs qui existent dans ton espace ?
- Y a-t-il des objets dans votre espace qui n'ont pas d'ordinateur, mais qui devraient ? Que sont-ils? Que feraient les ordinateurs ?
- Est-ce bon ou mauvais que les humains dépendent autant des ordinateurs ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un code à l'aide de code
Les programmeurs informatiques ont trouvé de nombreuses façons de faciliter le codage. Par exemple, si vous devez répéter un algorithme encore et encore, un programmeur peut écrire quelque chose appelé une fonction.

Une fonction est généralement un ou deux mots qui, lorsqu'ils sont écrits dans le code, exécute en fait un algorithme beaucoup plus long. La fonction 'make_toast' pourrait contenir une liste plus longue d'instructions comme 'couper du pain, mettre du pain dans un grille-pain, allumer un grille-pain,' etc.

En utilisant toutes les connaissances en programmation informatique que vous avez apprises cette semaine, votre défi est d'écrire une fonction que vos amis pourraient utiliser pour décoder un message secret !

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Écrivez une fonction qui contient des instructions pour coder un message secret.
- Par exemple, votre fonction 'encode_message' pourrait contenir l'algorithme : 'décaler chaque lettre d'une dans l'alphabet.'
- Écrivez un message secret et traduisez-le à l'aide de votre fonction 'encode_message'.
- Maintenant, écrivez une fonction qui décodera votre message secret.
- Par exemple, votre fonction 'decode_message' doit contenir l'algorithme : 'déplacer chaque lettre vers l'avant d'une dans l'alphabet' (le contraire de votre fonction 'encode_message').
- Dans notre exemple ici, le message encodé GDKKN serait traduit en BONJOUR par notre fonction 'decode_message'.
- Donnez votre message encodé et votre fonction 'decode_message' à un ami pour qu'il puisse lire le message.

Questions de discussion:
- Votre ami a-t-il pu décoder votre message ? Si non, que pouvez-vous changer dans votre fonction pour la faire fonctionner ?
- Pourriez-vous rendre votre fonction plus difficile à craquer ?
- Que pensez-vous que les programmeurs informatiques fassent pour rendre le code plus facile à écrire ?

Semaine 27 : Volcans

Vous cherchez une façon explosive de passer votre semaine? Rejoignez-nous pour tout apprendre sur la science des volcans !

Lundi : Lecture de sciences
Introduction aux volcans
Les volcans sont des ouvertures dans la croûte terrestre. Lorsque des volcans actifs entrent en éruption, ils libèrent de la lave (roche en fusion), du gaz et/ou des cendres dans leur environnement. Lisez cette fiche d'information de la Geological Society of London pour en savoir plus sur les volcans.

Questions de discussion:
- Vivez-vous près de volcans ? Sont-ils bouclier, composite (alias stratovolcan) ou un autre type de volcan ?
- Quels sont les effets secondaires positifs des éruptions volcaniques ?
- Existe-t-il des volcans sur d'autres planètes et lunes de notre système solaire ? Lesquels?

Mardi : Activité DIY
Tester les coulées de lave
Différents types de volcans sont formés à partir de différents types de lave. Testez plusieurs substituts de lave pour déterminer comment la viscosité (adhérence) pourrait affecter le flux d'une éruption volcanique.

Questions à se poser :
- Si vous étiez volcanologue, quelles questions voudriez-vous explorer sur les volcans ?
- Les volcanologues portent des vêtements et des chaussures que les designers créent pour l'alpinisme. Quelles sont les autres carrières qui soutiennent les volcanologues ?
- Comment les volcanologues peuvent-ils nous aider à rester en sécurité ?
- Quelles carrières scientifiques vous intéressent ?

Jeudi : Journal d'observation
Observation des emplacements des volcans
Où dans le monde sont tous les volcans ? Leur placement est-il aléatoire, ou sont-ils en corrélation avec d'autres formations géologiques ? Observez les volcans à l'aide de la carte interactive du programme mondial de volcanisme du Smithsonian, qui montre l'activité volcanique et les tremblements de terre entre 1960 et 2017.

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Visitez la carte interactive des volcans du Smithsonian.
- Faire des observations sur les endroits où existent des volcans. Vos observations peuvent être exprimées en mots ou en images.
- Maintenant, regardez cette carte des plaques de la Terre, qui sont les gros morceaux de croûte qui se déplacent lentement et glissent dans différentes directions.
- Comparez vos observations de volcans aux emplacements des plaques de la Terre. Que remarquez-vous ?

- Avez-vous observé des modèles d'emplacement des volcans du monde ?
- Les volcans et les tremblements de terre se produisent-ils au même endroit ou à des endroits différents ?
- Comment l'emplacement des volcans correspond-il à l'emplacement des plaques terrestres ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un outil de surveillance des volcans
Les volcans peuvent être difficiles à étudier ! De nombreuses observations doivent être faites au sommet d'une montagne, depuis les airs ou dans des endroits dangereux. Les outils de surveillance aident les volcanologues à faire des observations constantes des volcans sans être là en personne.

Votre défi est de concevoir un outil de surveillance pour un vrai volcan qui aiderait les vulcanologues à recueillir des données.

- Visitez la base de données des volcans du monde du Smithsonian et choisissez un volcan que vous souhaitez étudier.
- Décidez de la variable scientifique que vous souhaitez observer sur ce volcan (comme la température de l'air, les niveaux de gaz, les tremblements de terre ou les coulées de lave).
- Concevoir un outil qui pourrait être laissé sur le volcan pour mesurer cette variable scientifique. N'oubliez pas de considérer :
- Comment votre outil fonctionnera-t-il dans les conditions climatiques du volcan ?
- Votre outil survivrait-il si le volcan éclatait ?
- Comment et où installeriez-vous votre outil de surveillance ?
- Comment les volcanologues obtiendront-ils les données que votre outil collecte ?
- Dessinez ou construisez un modèle de votre outil et partagez-le avec quelqu'un de votre foyer.

Questions de discussion:
- Auriez-vous un outil utile sur d'autres volcans ? Pourquoi ou pourquoi pas?
- Pourriez-vous modifier votre conception pour vous fondre parfaitement dans l'environnement naturel ?
- Y a-t-il des observations scientifiques qui doivent être faites en personne sur le volcan ? Si oui, lesquels?

Semaine 26 : Science du sol

Se salir les mains en explorant la science du sol !

Lundi : Lecture de sciences
Qu'est-ce que le sol ?
Saviez-vous que le sol regorge de milliards d'organismes vivants ? Découvrez de quoi est fait le sol, d'où il vient et le rôle important qu'il joue dans notre système alimentaire dans la lecture scientifique de cette semaine.

Questions de discussion:
- Qu'est-ce qui différencie le sol de la saleté ?
- Pensez-vous que les plantes peuvent survivre dans n'importe quel type de sol ?
- Quelles sont les différentes couches de sol et comment composent-elles un profil de sol complet ?
- Le sol a-t-il toujours la même consistance ? Pourquoi ou pourquoi pas?

Mardi : Activité DIY
Faire une boule de graines
Protégez vos graines des proies et autres dangers externes en créant des boules de terre simples et amusantes.

Mercredi : Connexion carrière
Rencontrez un pédologue
Les femmes appartiennent à la science. L'une de ces femmes est la pédologue et professeure Karen Vaughan.

Questions à se poser :
- De quelles manières la Dre Vaughan a-t-elle élargi sa formation en sciences du sol pour encourager d'autres femmes à poursuivre des études scientifiques ?
- Était-ce une surprise de voir un scientifique utiliser une vidéo comme moyen de fournir des informations ?
- La science du sol intègre trois disciplines scientifiques fondamentales, quelles sont-elles ?

Jeudi : Journal d'observation
Observez votre sol
Le sol est composé de trois ingrédients principaux : le sable, le limon et l'argile. L'Oregon abrite de nombreux types de sols différents : la côte a un sol argileux dense, la vallée de la Willamette a un sol limoneux poreux et les déserts de l'Est contiennent un sol sablonneux.

Dans cet exercice de journal, vous rassemblerez des échantillons de sol de votre quartier pour observer de quoi ils sont composés.

Vous aurez besoin de quelques éléments pour commencer :
1. Papier
2. De quoi écrire
3. Bande
4. Trois pots transparents avec couvercles
5. Terre de trois endroits différents (ne pas utiliser de terreau)
6. Eau

- Avec le papier et le ruban adhésif, étiquetez vos pots avec #1, #2 et #3
- Remplir le pot #1 au ⅓ avec de la terre du premier emplacement
- Remplissez le pot #2 au ⅓ avec de la terre du deuxième emplacement
- Remplir le pot #3 au avec de la terre du troisième emplacement
- Ajoutez de l'eau juste sous le haut de votre pot et fermez-le hermétiquement
- Bien agiter le pot pendant 60 secondes
- Laissez vos échantillons de sol se déposer en couches pendant la nuit avant de procéder à des observations
- Regardez chaque pot et faites une observation ! Cela peut inclure des dessins, des descriptions et/ou des numéros

Questions à se poser :
- Le sol doit se séparer en couches comprenant du gravier, du sable, du limon, de l'argile ou des matières organiques (comme des feuilles et des bâtons). Saurez-vous identifier les différents ingrédients qui composent vos sols ?
- Où avez-vous prélevé vos échantillons de sol ? Pourquoi avoir choisi ces zones ?
- Avez-vous trouvé des organismes vivants dans votre sol, comme des vers, des insectes ou des champignons ?
- Si vous aviez un microscope, que vous attendriez-vous à voir ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un système racinaire
Les plantes sont plus que ce que vous voyez d'en haut ! En fait, il y a tout un système d'activité racinaire des plantes dans le sol.

Différentes plantes ont besoin de différentes structures racinaires en fonction de leurs besoins et de leurs exigences de croissance. Comment concevriez-vous un système racinaire pour une plante de votre quartier ?

- Consultez cette ressource pour en savoir plus sur les différents types de systèmes racinaires.
- Trouvez une plante indésirable dans votre jardin ou votre quartier.
- Faites des observations sur la plante et réfléchissez au type de racines dont elle aurait besoin pour prospérer - réfléchissez à la façon dont cette plante absorberait l'eau, stockerait les nutriments et ancrerait la plante dans le sol.
- Concevez un système racinaire pour votre plante ! Dessinez-le et décrivez-le à quelqu'un de votre foyer.
- Retirez soigneusement la plante du sol et assurez-vous de vérifier avec un adulte avant de retirer cette plante.
- Comparez le système racinaire que vous avez conçu aux racines réelles de la plante.

Questions de discussion:
- En quoi votre conception était-elle similaire ou différente des racines réelles ?
- Qu'est-ce qui vous a le plus surpris dans le système racinaire que vous avez observé ?
- Si vous pouviez améliorer le système racinaire pour récupérer plus de nutriments et d'eau du sol, que changeriez-vous ? Pourquoi?

Semaine 25 : Yeux

Mettez les choses en perspective ! Explorez la science derrière la vue et faites des observations sur la façon dont vous voyez le monde.

Lundi : Lecture de sciences
Les caméras et l'œil
Les caméras et l'œil humain ont beaucoup en commun ! Nos yeux utilisent une cornée, un cristallin, un iris et une rétine pour collecter et diriger la lumière. Les cellules photoréceptrices transforment ensuite la lumière en signaux électriques, qui sont envoyés via les nerfs optiques au cerveau où une image est perçue. De même, les caméras ont une ouverture pour la lumière, une lentille pour réfracter la lumière, ainsi qu'une surface où une image est formée.

Questions de discussion:
- En quoi les caméras ressemblent-elles à l'œil humain ?
- En quoi les caméras sont-elles différentes de l'œil humain ?
- Qu'est-ce qui est mieux, l'appareil photo ou l'œil ? Pourquoi penses-tu ça?

Mardi : Activité DIY
Trouvez votre angle mort
Pouvez-vous trouver votre angle mort? La rétine de votre œil détecte la lumière et transmet des signaux visuels au cerveau via le nerf optique. Votre angle mort est la seule zone de votre rétine où le nerf optique se connecte et où votre rétine ne peut ni percevoir la lumière ni voir !

Mercredi : Connexion carrière
Devenir ophtalmologiste
Un ophtalmologiste est un médecin spécialisé dans les soins oculaires et visuels. Les ophtalmologistes diffèrent des optométristes et des opticiens par leur niveau de formation, ainsi que par ce qu'ils peuvent diagnostiquer et traiter. Découvrez comment devenir ophtalmologiste dans cette vidéo.

Questions à se poser :
- Comment les ophtalmologistes aident-ils à garder les yeux humains en bonne santé ?
- Quelles procédures un ophtalmologiste peut-il effectuer?
- Quels sujets scientifiques serait important d'étudier avant de devenir ophtalmologiste ?

Jeudi : Journal d'observation
Observations de perspective
Les humains sont capables de voir certaines distances et couleurs, ainsi que dans différentes quantités de lumière et sous certains angles. Les capacités visuelles des animaux peuvent différer considérablement, ce qui rend leur perspective visuelle de la Terre très différente de la nôtre.

Aujourd'hui, faites des observations sur la façon dont vous voyez le monde par rapport aux autres êtres.

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Trouvez un environnement où vous pouvez vous asseoir confortablement.
- Dessinez l'espace en fonction de la façon dont vous le voyez.
- Ensuite, dessinez le même espace à travers les yeux d'un autre, par exemple :
- Un chien qui ne voit pas les couleurs
- Un cheval qui voit avec une vision monoculaire
- Une mouche qui a plusieurs lentilles sur ses yeux
- Un oiseau qui voit l'espace d'en haut

Questions à se poser :
- Votre perception du monde a-t-elle changé après l'avoir "vu" du point de vue d'un autre animal ?
- Quelles similitudes et différences remarquez-vous entre les dessins que vous avez réalisés ?
- Que changeriez-vous à votre vue ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir une vue idéale
Chaque animal, y compris les humains, a des yeux qui correspondent à leurs besoins. Les prédateurs, par exemple, ont généralement les yeux tournés vers l'avant plutôt que de chaque côté de la tête.

Votre défi cette semaine est de concevoir une vue idéale pour chaque animal imaginaire décrit ci-dessous. Dessinez les yeux de chaque animal et écrivez ou dites à quelqu'un une description de ce que vous avez conçu.

- Un animal qui vole et mange principalement du poisson
- Un animal qui mange des plantes et voyage en troupeau
- Un animal marin qui vit au fond de l'océan

Lors de la conception de la vue pour chaque animal, n'oubliez pas de considérer ces questions :
- Où sont ses yeux situés sur sa tête ?
- Peut-il voir la couleur ? Si oui, quelles couleurs ?
- Peut-il voir dans le noir ? Pourquoi ou pourquoi pas?
- Comment sa vue l'aidera-t-elle à trouver de la nourriture ?

Questions de discussion:
- Pourquoi avez-vous sélectionné certaines caractéristiques oculaires pour certains animaux ?
- Comment les yeux ont-ils évolué pour s'adapter à certains types d'animaux ?
- Qu'ajouteriez-vous aux yeux humains pour les rendre plus idéaux pour nous, surtout dans un monde dominé par les écrans ?

Semaine 24 : Astronomie

Qu'est-ce que l'astronomie ? Apprenez-en plus sur le ciel nocturne et plus encore depuis votre propre espace extérieur !

Lundi : Lecture de sciences
Qu'est-ce que l'astronomie ?
La façon dont nous étudions les autres planètes, les étoiles et tout ce qui se trouve en dehors de l'atmosphère terrestre a évolué au fil du temps. Découvrez ce que signifie être un astronome des temps modernes dans la lecture scientifique de cette semaine. Astuce : c'est bien plus que regarder à travers un télescope !

Questions de discussion:
- Que signifie l'astronomie pour vous ?
- Qui étudie l'astronomie ?
- Quels sont certains aspects de l'astronomie que les humains ne comprennent pas encore complètement ?

Mardi : Activité DIY
Observateur du ciel nocturne
Que voyez-vous quand vous regardez le ciel nocturne ? Utilisez des ressources Web et des applications téléphoniques pour vous aider à identifier ce que vous trouvez.

Mercredi : Connexion carrière
Devenir Astrophysicien
Neil deGrasse Tyson est un astrophysicien bien connu, auteur, communicateur scientifique et directeur du planétarium Hayden à New York. Découvrez comment il s'est lancé dans une carrière en astrophysique et pourquoi il pense qu'il est si important de développer un amour précoce pour la science.

Questions à se poser :
- Quel genre de science vous passionne ? Comment avez-vous développé cette passion ?
- Quelles matières sont importantes à étudier si vous vous intéressez à l'astrophysique ?
- En quoi l'apprentissage des mathématiques ressemble-t-il à l'apprentissage d'une nouvelle langue ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer les phases de la lune
Contrairement au soleil, la lune ne produit pas de lumière. Au lieu de cela, nous voyons la lune parce que la lumière du soleil frappe la surface et se réfléchit vers la Terre. Au fur et à mesure que la lune tourne autour de la Terre, l'angle entre la lune et le soleil change. En conséquence, la quantité de surface de la lune que nous pouvons observer change également.

Il faut un peu plus de 27 jours à la Lune pour orbiter autour de la Terre. Au cours de cette orbite, nous visualisons les phases de la lune en fonction de sa position par rapport au soleil. Lorsque le soleil brille de l'autre côté de la lune, nous ne pouvons pas le voir du tout. C'est ce qu'on appelle une nouvelle lune.

Une pleine lune est le contraire, lorsque le soleil brille directement sur la face proche de la lune. Et entre les phases de la nouvelle et de la pleine lune, nous ne voyons que des parties de la surface de la lune.

Observez la lune au-dessus de vous pendant un mois pour voir comment elle change !

- Prenez du papier, une lampe de poche et de quoi écrire.
- Avec la permission d'un adulte, sortez et localisez la lune.
- Faites des observations sur l'apparence de la lune.
- Vos observations peuvent inclure des mots, des descriptions, des nombres, des cartes et/ou des dessins.
- Répétez vos observations plusieurs fois au cours d'un mois.

Questions à se poser :
- Comment la lune évolue-t-elle dans le temps ?
- Y a-t-il eu des nuits où vous ne pouviez pas voir la lune ? Pourquoi pensez-vous que c'était?
- Vos observations ont-elles changé en fonction de l'heure à laquelle vous les avez faites ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir pour limiter la pollution lumineuse
Les lumières vives de la ville rendent difficile l'observation des étoiles. Mais la pollution lumineuse n'affecte pas seulement notre vision du ciel nocturne, elle modifie également le comportement des animaux et des insectes nocturnes. Votre défi est de concevoir un système d'éclairage extérieur pour réduire la pollution lumineuse dans votre quartier.

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Avec l'aide d'un adulte, faites des observations sur les lumières extérieures de votre quartier la nuit.
- Notez les forces et les faiblesses de vos éclairages extérieurs actuels.
- Concevoir un nouveau système d'éclairage extérieur pour votre quartier qui réduirait la pollution lumineuse. Penser à:
- Quel type de lumières vous pourriez installer
- Le but de chaque lumière
- Le timing de votre système d'éclairage
- Les types de faune dont vous souhaitez bénéficier

Questions de discussion:
- Comment votre conception profite-t-elle à l'environnement ?
- De quelles autres manières pourriez-vous contribuer à réduire la pollution lumineuse ?
- Votre ville ou département travaille-t-il actuellement à réduire la pollution lumineuse ? Si oui, quelles techniques utilisent-ils ?

Semaine 23 : Dinosaures

Découvrez les dernières découvertes scientifiques sur certaines des créatures préhistoriques les plus populaires : les dinosaures !

Lundi : Lecture de sciences
Qu'est-ce qu'un dinosaure ?
Saviez-vous qu'un ptérodactyle n'est pas en fait un dinosaure ? Apprenez-en plus sur ce qui fait d'un dinosaure un dinosaure dans la lecture scientifique de cette semaine.

Questions de discussion:
- Qu'est-ce qui fait d'un dinosaure un dinosaure ?
- Y a-t-il eu des dinosaures qui ont volé ?
- Au cours de quelle période géologique les dinosaures sont-ils apparus pour la première fois ?

Mardi : Activité DIY
Former des fossiles
Les fossiles sont en fait des roches qui se forment lorsque des minéraux pénètrent et remplacent éventuellement les restes d'un organisme. Certains fossiles, comme les moisissures et les fossiles moulés, se forment à partir des empreintes du corps de l'organisme.

Dans l'activité de bricolage de cette semaine, évitez le site de fouilles et fabriquez vos propres moules et moulages de fossiles uniques à la maison !

Mercredi : Connexion carrière
Paléoartistique
Vous n'avez pas besoin d'être paléontologue pour travailler avec des dinosaures. Rencontrez Gabriel Ugueto, un paléoartiste qui utilise la science la plus récente pour dessiner des images précises de créatures préhistoriques.

Questions à se poser :
- Qu'est-ce que le paléoart ?
- Comment les représentations visuelles des dinosaures ont-elles changé au fil du temps ?
- Pourquoi un artiste pourrait-il étudier l'anatomie ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer des traces de fossiles
Les fossiles corporels sont les restes d'un organisme réel, comme des os ou des dents. Les traces fossiles sont des preuves de la façon dont les animaux se déplaçaient et vivaient. Une empreinte de dinosaure et un terrier d'animal sont deux exemples de traces fossiles. À moins qu'un fossile corporel ne soit trouvé à proximité, il peut être facile de manquer une trace fossile.

Faites vos propres observations de traces de fossiles dans cette activité :
- Prenez du papier et de quoi écrire
- Visitez le site Web de l'Université du Wisconsin et consultez leur galerie de traces de fossiles
- Faire des observations sur les traces fossiles
- Vos observations peuvent inclure des mots, des descriptions, des nombres, des cartes et/ou des dessins

Questions à se poser :
- Pensez-vous pouvoir reconnaître une trace fossile dans la nature ?
- Que peuvent apprendre les scientifiques des traces fossiles ?
- Si vous trouviez un corps fossile près d'une trace fossile, quelles suppositions pourriez-vous faire à propos de la trace fossile ? Pourquoi vos hypothèses pourraient-elles être fausses ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un dinosaure
Lorsqu'une nouvelle espèce préhistorique est découverte, il faut lui donner un nom scientifique. Souvent, les scientifiques utilisent des mots grecs ou latins pour construire des noms descriptifs de dinosaures préhistoriques.

Par exemple, Ichthyosaur est un genre préhistorique de lézards poissons. Le nom Ichthyosaur vient de « ichthy », qui signifie poisson et « saur », qui signifie lézard. Pouvez-vous concevoir un dinosaure en ne connaissant que son nom ?

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Visitez cette liste National Geographic de parties de mots grecs et latins.
- Sélectionnez au hasard 2 ou 3 parties de mots dans la liste, ou demandez à quelqu'un d'autre de choisir pour vous.
- Combinez les parties de mots sélectionnées en un seul nom.
- Concevez et dessinez un dinosaure qui correspond à la signification de ce nouveau nom.
- Écrivez ou dites à quelqu'un une description de votre dinosaure et des éléments que vous avez conçus pour correspondre au nom.

Questions de discussion:
- Comment votre dessin de dinosaure correspond-il à son nom ?
- Quelles sont les autres méthodes que les scientifiques pourraient utiliser pour nommer une créature préhistorique ?
- Si quelqu'un dans votre foyer recevait le même nom de dinosaure, concevrait-il quelque chose de différent de vous ?

Semaine 22 : Vaccins

Envie de vaccins ? Explorez la science derrière votre système immunitaire et comment les vaccins lui donnent un coup de pouce !

Lundi : Lecture de sciences
Comment fonctionnent les vaccins ?

Les vaccins protègent votre corps contre une maladie avant que vous ne tombiez malade ! Apprenez-en plus sur votre système immunitaire et sur le fonctionnement des vaccins grâce à la lecture scientifique de cette semaine.

Questions à se poser :
- Comment notre corps réagit-il aux virus et bactéries ?
- Qu'est-ce qu'un anticorps ?
- Comment un vaccin aide-t-il notre corps à fabriquer des anticorps ?

Mardi : Activité DIY
faire un microbe

Les microbes sont partout et invisibles à l'œil nu. Découvrez à quoi ressemblent ces organismes minuscules et diversifiés en construisant un microbe modèle à partir de Play-Doh.

Mercredi : Connexion carrière
Étudier les vaccins

La santé publique exige plus que des médecins et des infirmières! Les communautés ont également besoin de personnes pour étudier la virologie et l'immunologie afin de nous aider à comprendre les maladies et à les combattre avec des vaccins et d'autres traitements. En savoir plus sur Hanneke Schuitemaker, Ph.D, qui travaille actuellement sur le développement du vaccin Johnson & Johnson COVID-19.

Intéressé par une carrière dans les vaccins et l'immunologie? Regardez ce profil vidéo d'un Kedar Narayan, Ph.D, un chercheur qui étudie comment le VIH se déplace d'une cellule à l'autre et comment un vaccin pourrait aider à bloquer ce mouvement.

Questions à se poser :
- Voudriez-vous étudier des virus ou développer des vaccins ?
- Pourquoi est-il important d'étudier les virus potentiellement dangereux avant que de nombreuses personnes ne tombent malades ?
- Comment les nouvelles technologies peuvent-elles nous aider à étudier les virus ?

Jeudi : Journal d'observation
Suivi des contacts Observations

Il est important de garder une trace des personnes avec lesquelles vous avez été en contact pendant une pandémie. De cette façon, si vous tombez malade, vous pouvez informer tout le monde de prendre des précautions de sécurité supplémentaires. N'oubliez pas qu'être « en contact » avec quelqu'un signifie que vous étiez à moins de 6 pieds d'eux pendant plus de 15 minutes. Devenez traceur de contacts pour votre foyer avec cette activité !

- Munissez-vous d'un morceau de papier et de quelque chose pour écrire.
- Interrogez chaque personne de votre foyer sur toutes les autres personnes avec lesquelles elle a été en contact au cours des 5 derniers jours.
- Enregistrez les noms, les lieux et les heures pour chaque contact.
- Vos notes peuvent inclure des mots, des descriptions, des chiffres, des cartes et/ou des dessins.

Questions à se poser :
- Qui a été en contact avec le plus de personnes ?
- Y a-t-il certains endroits qui sont visités plus souvent que d'autres ?
- Y a-t-il des contacts ou des lieux que vous jugez risqués ou à éviter ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un anticorps
Chaque cellule humaine a des antigènes sur sa surface extérieure. Notre corps utilise des antigènes pour déterminer quelles cellules sont bonnes et quelles cellules sont mauvaises. Si une cellule est mauvaise, notre corps produit des anticorps spécifiques à cette mauvaise cellule, se liant à l'antigène et empêchant la cellule de nous rendre malade.

Certains vaccins fonctionnent en affichant des antigènes viraux à l'extérieur de nos cellules. De cette façon, notre corps réagira en fabriquant des anticorps pour se lier à ces cellules et les inactiver. Plus tard, si nous sommes infectés par le virus, notre système immunitaire saura déjà créer les anticorps pour le combattre !

Dans cette activité, vous allez concevoir un anticorps pour un certain nombre de cellules infectieuses. Votre objectif est de faire en sorte que l'anticorps se lie parfaitement à l'antigène de la mauvaise cellule.

- Imprimer cette fiche d'activité
- Découpez chaque cellule et anticorps vierge
- Concevoir un anticorps capable de se lier à chaque antigène

Questions à se poser :
- L'un de vos anticorps peut-il se connecter à plus d'un antigène ?
- Que se passerait-il si une cellule infectieuse muté pour présenter un nouvel antigène ?
- Quelles sont les similitudes et les différences entre les formes d'anticorps ?
- Pensez-vous que votre corps pourrait être dupé par des antigènes similaires ? Pourquoi ou pourquoi pas?

Semaine 21 : Sécurité sismique

Découvrez les tremblements de terre et comment les scientifiques, les ingénieurs et les organisateurs communautaires conçoivent des systèmes pour nous aider à rester en sécurité avant et après les secousses.

Lundi : Lecture de sciences
Qu'est-ce qu'un tremblement de terre mégathrust?
La zone de subduction de Cascadia est l'endroit où les plaques tectoniques Juan de Fuca et nord-américaine se rencontrent dans l'océan Pacifique. Le mouvement des plaques tectoniques rend la zone de subduction de Cascadia très sujette aux tremblements de terre - et pas seulement aux tremblements de terre, mais aux tremblements de terre de méga-poussée ! Apprenez-en plus sur la zone de subduction de Cascadia et les tremblements de terre de méga poussée dans la lecture scientifique de cette semaine.

Et si vous pouviez être averti d'un tremblement de terre avant de ressentir des tremblements ? ShakeAlert est un système d'alerte précoce aux tremblements de terre qui utilise un réseau de capteurs sismiques à travers l'Oregon, Washington et la Californie pour détecter les tremblements de terre dès qu'ils commencent. Ensuite, des alertes peuvent être envoyées, donnant potentiellement aux gens des secondes supplémentaires pour se préparer.

À partir du printemps 2021, les résidents de l'Oregon, de Washington et de la Californie pourront recevoir des alertes de tremblement de terre sur leurs téléphones et autres appareils sans fil ! Apprenez-en plus sur #ShakeAlert dans cette vidéo.

Questions de discussion:
- Où est la zone de subduction de Cascadia ?
- Comment les tremblements de terre à méga poussée ont-ils façonné le paysage de l'ouest de l'Amérique du Nord?
- Si vous aviez quelques secondes pour vous préparer à un tremblement de terre avant que les secousses ne commencent, que feriez-vous ?

Mardi : Activité DIY
Construire un pont
Pouvez-vous construire un pont qui survivrait à un tremblement de terre ? Mettez la casquette d'ingénieur et testez vos compétences en conception de ponts à la maison.

Mercredi : Connexion carrière
Étudiez les tremblements de terre en tant que géophysicien
Les géophysiciens sont des scientifiques qui examinent et posent des questions sur les propriétés physiques de la terre, des océans aux volcans ! Ils peuvent assumer de nombreux rôles dans une variété d'industries. Un géophysicien peut travailler en dehors de la collecte de données, utiliser un ordinateur pour créer des modèles, ou les deux !

- Quel géophysicien voudriez-vous devenir ?
- Comment les géophysiciens peuvent-ils aider les premiers intervenants après un séisme ?
- Qu'est-ce qui est utile d'étudier à l'école avant de devenir géophysicien ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer les tremblements de terre passés
Il est important de prévoir les futurs tremblements de terre, mais il en va de même pour l'étude des tremblements de terre qui se sont déjà produits ! Faites des observations sur les tremblements de terre passés qui se sont produits dans le monde entier dans cette activité d'observation.

- Prends du papier et de quoi écrire.
- Voir les données des séismes passés.
- Faire des observations sur les séismes passés. Envisagez d'explorer ces questions pour chaque tremblement de terre que vous observez :
- Quand le tremblement de terre s'est-il produit ?
- Où s'est produit le tremblement de terre ?
- Quelle était la magnitude du séisme ?
- Quelle était la profondeur du tremblement de terre?
- Les observations peuvent être enregistrées sous forme de croquis, de descriptions, de nombres, de tableaux et/ou de graphiques.

Questions à se poser :
- Quels types de tremblements de terre remarquez-vous ?
- Activez le filtre "Afficher les limites de la plaque". Que remarquez-vous dans les zones proches des assiettes ?
- Où se produisent généralement les séismes de plus haute magnitude ?
- Où a eu lieu le plus récent tremblement de terre en Oregon ?
- Quel a été le plus grand tremblement de terre enregistré en Oregon ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un Go-Bag d'urgence
Si un tremblement de terre survenait demain, avez-vous les bonnes fournitures prêtes ? Selon vous, qu'est-ce qui serait le plus utile ? Y a-t-il des articles que vous ne devriez pas emballer ? Concevez votre propre sac d'urgence pour vous assurer d'être aussi préparé que possible avant le prochain grand tremblement de terre.

- Trouvez un sac inutilisé à utiliser comme sac de voyage. Assurez-vous qu'il est facile à transporter!
- Remplissez votre sac avec les articles que vous pensez être les plus importants pour vous et votre famille.
- Trouvez un endroit dans votre maison pour ranger le sac en toute sécurité.

Semaine 20 : Pollinisation

Visitez et fleurissez ! Construisez un nid ! Découvrez le buzz sur la pollinisation et les animaux qui la rendent possible.

Lundi : Lecture de sciences
Les pollinisateurs, bien plus que l'abeille !
La plupart des plantes se reproduisent via un processus appelé pollinisation. Alors que les abeilles sont des pollinisateurs bien connus, il existe en réalité des centaines de milliers d'animaux qui servent de pollinisateurs aux plantes. Apprenez-en plus sur la pollinisation et la diversité des pollinisateurs dans la lecture scientifique de cette semaine.

Questions de discussion:
- Quels types d'animaux peuvent être des pollinisateurs ?
- Qu'est-ce que de nombreux pollinisateurs ont en commun ?
- Comment les plantes attirent-elles les différents pollinisateurs ?
- Pourquoi les pollinisateurs sont-ils importants pour les populations humaines ?

Mardi : Activité DIY
Faire un hôtel d'abeille
Aidez les pollinisateurs à trouver un foyer dans votre jardin en créant un hôtel accueillant pour les abeilles qui nichent dans les cavités.

Questions à se poser :
- Combien de sortes d'abeilles différentes pouvez-vous trouver dans votre cour ou votre parc local ?
- Pourquoi pensez-vous que certaines abeilles sont si brillantes et voyantes alors que d'autres sont ternes et simples ?
- Pourquoi est-il important de savoir quelles espèces d'abeilles vivent en Oregon ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer la diversité des pollinisateurs
Quels types de pollinisateurs vivent près de chez vous ? Avec la permission d'un adulte, sortez et faites des observations sur les abeilles et autres pollinisateurs communs, ainsi que sur les plantes qu'ils aiment visiter.

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Trouvez et asseyez-vous près d'un groupe de fleurs à l'extérieur.
- Faites des observations sur les fleurs, y compris leur taille, leur couleur, leur nombre, leur variété, etc.
- Surveillez vos fleurs pendant 10 minutes et enregistrez tous les pollinisateurs qui visitent les fleurs, en prenant note de :
- Combien de temps chaque pollinisateur reste à chaque fleur
- Combien de fleurs le pollinisateur visite avant de quitter la zone
- Comment les pollinisateurs se déplacent à travers la parcelle de fleurs - leur mouvement semble-t-il aléatoire ou non ?
- Les observations peuvent être enregistrées sous forme de croquis, de descriptions, de nombres, de tableaux et/ou de graphiques.

Questions à se poser :
- Combien de pollinisateurs différents avez-vous observés ?
- Certains pollinisateurs ne visitent-ils qu'un seul type de fleur ?
- Pourquoi pensez-vous que différentes plantes attirent différents pollinisateurs ?
- Pensez-vous que votre présence a affecté le fait que certains pollinisateurs aient voulu ou non visiter les fleurs ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un labyrinthe Bee Waggle
Les abeilles communiquent par une danse frétillante, et vous le pouvez aussi !

Après avoir exploré leur environnement, les abeilles retournent dans leur ruche et disent aux autres abeilles où se trouvent toutes les bonnes fleurs. Ils communiquent cette information en faisant une danse frétillante. Les abeilles se tourneront vers les fleurs et remueront leur abdomen d'avant en arrière. Plus ils s'agitent longtemps, plus la destination est éloignée. Les abeilles peuvent se déplacer tout au long de leur danse pour indiquer des changements de direction.

Concevez une danse frétillante pour envoyer un partenaire à travers un ensemble de « patchs fleuris » jusqu'à ce qu'il atteigne le meilleur. Vous aurez besoin d'une feuille de papier, d'un crayon et d'au moins une autre personne pour relever ce défi. Voici comment commencer :

- Dessinez ou notez 5 objets dans la pièce, ce seront vos patchs de fleurs. Ne dites pas à votre partenaire ce qu'ils sont !
- Concevez une danse qui enverra votre partenaire vers les bons objets.
- Demandez à votre partenaire de vous regarder face à une direction, puis de remuer les hanches.
- Votre partenaire doit décider jusqu'où et dans quelle direction se diriger pour atteindre la première parcelle de fleurs.
- Continuez à les diriger jusqu'à ce qu'ils l'atteignent et faites-leur savoir qu'ils sont arrivés.
- Continuez ensuite à les envoyer sur le patch suivant jusqu'à ce qu'ils aient atteint les 5 patchs de fleurs.

*Pour les participants plus jeunes, vous pouvez réduire le nombre de "fleurs" ou d'objets.

Questions à se poser :
- Combien de temps a-t-il fallu pour communiquer votre parcours ?
- A-t-il été difficile pour votre partenaire de déterminer jusqu'où aller ?
- À votre avis, comment les abeilles interprètent-elles les obstacles comme les bâtiments lorsqu'elles communiquent avec d'autres abeilles ?
- Pensez-vous qu'une partie de la danse puisse correspondre à la hauteur à laquelle voler ?

Semaine 19 : Sciences médico-légales

Prêt à résoudre un mystère ? Rejoignez-nous pour la Science à la maison de cette semaine alors que nous prenons nos loupes et enquêtons sur la science médico-légale.

Lundi : Lecture de sciences
La vraie science médico-légale
Quelle est la précision des laboratoires et des tests que nous voyons dans les émissions policières télévisées ? Apprenez-en plus sur la médecine légale et les disciplines scientifiques qui la rendent possible.

- Comment les ordinateurs aident-ils les médecins légistes à faire leur travail avec plus de précision ?
- Quels sujets scientifiques pensez-vous que les scientifiques médico-légaux doivent étudier à l'école ?
- En quoi le fait d'être un médecin légiste dans la vraie vie est-il différent des médecins légistes à la télévision ?

Mardi : Activité DIY
Épousseter pour les empreintes digitales
Ne touchez à rien ! Utilisez la chimie pour localiser les empreintes digitales comme un enquêteur sur une scène de crime.


Intéressé à en savoir plus sur la science médico-légale? Consultez le programme Virtual Crime Lab de l'OMSI pour les petits groupes ou les classes. Les élèves utiliseront la pensée analytique pour rassembler les preuves d'une scène de crime et voir comment les empreintes digitales, les empreintes de pas et les fibres peuvent aider à attraper un criminel.

Mercredi : Connexion carrière
Détection de contrefaçon
Bessie Blount Griffin a eu une carrière impressionnante en tant qu'inventeur, écrivain et médecin légiste. Elle était une examinatrice de documents accomplie et une experte en écriture, travaillant pour les services de police aux États-Unis et au Royaume-Uni pour détecter les contrefaçons et authentifier les dossiers. En savoir plus sur le travail de Griffin.

Fait amusant : après 1950, les fabricants ont commencé à ajouter des produits chimiques fluorescents au papier blanc pour le rendre plus brillant. Si vous pensez qu'un document historique pourrait être faux, votre premier test devrait être de l'examiner à la lumière noire. S'il brille, le document date de 1950 ou plus tard !

Questions à se poser :
- Si vous examiniez un document, comment le testeriez-vous pour vous assurer qu'il ne s'agit pas d'un faux ?
- La médecine légale comprend de nombreux cheminements de carrière, y compris l'examen de documents, l'analyse ADN, la chimie, etc. Si vous pouviez être médecin légiste, quel genre de travail voudriez-vous faire ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer une (fausse) scène de crime
Prendre note! Mettez vos talents d'observateur à l'épreuve en cherchant des indices et des preuves dans cette fausse scène de crime : Burned Cabin.

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Faites au moins 10 observations sur cette scène de crime. Vos observations pourraient porter sur :
- Lumière
- Objets
- Gens
- La propreté
- Tout ce que vous pensez est important !
- Enregistrez vos observations sous forme de nombres, de descriptions et/ou de dessins

Cette scène de crime miniature a été développée par Frances Glessner Lee, une femme capitaine de police pionnière et la "mère de la science médico-légale". Veuillez demander l'autorisation d'un adulte avant de visualiser les images sur ce site, car beaucoup dépeignent des scènes de crime réalistes.

Vous voulez tester encore plus vos capacités d'observation ? Regardez cette vidéo et voyez ce que vous remarquez !

- Qu'est-ce qui vous a marqué sur la scène de crime ?
- Que pensez-vous qu'il s'est passé dans la pièce ?
- Quels types d'observations ne sont pas possibles en regardant une image ?
- Demandez à quelqu'un d'autre de faire des observations sur la scène du crime. Ont-ils choisi de noter les mêmes choses que vous ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un sac de preuves
Les médecins légistes peuvent avoir besoin d'analyser des preuves trouvées sur les lieux d'un crime. Ces preuves doivent être collectées, stockées et transportées vers un laboratoire pour être testées dans un sac. Votre défi est de concevoir un sac qui gardera les preuves en sécurité et inchangées avant qu'elles ne puissent être testées.

Réfléchissez à ces questions lorsque vous concevez votre sac de preuves :
- Est-ce que ça doit être un sac ? Quels autres dispositifs de maintien pourriez-vous envisager ?
- Quel type de matériaux utiliserez-vous ?
- Comment garderez-vous la poussière et les autres contaminants à l'extérieur ?
- Comment empêcherez-vous la falsification des preuves ?
- Votre sac retient-il l'humidité ? Devrait-il?

Tout d'abord, dessinez un croquis de la conception de votre sac. Ensuite, en utilisant les matériaux que vous avez dans votre espace, créez un modèle de votre conception.

Questions de discussion:
- Le type de preuves collectées affecterait-il le type de sac dans lequel elles étaient stockées ?
- Quels types d'informations doivent être inclus avec les preuves (par exemple, la date, l'heure, le collecteur) ?
- Votre conception utilise-t-elle des matériaux respectueux de l'environnement ? Sinon, pourriez-vous repenser votre conception pour les inclure ?

Semaine 18 : Antarctique

L'Antarctique abrite une multitude d'études scientifiques et d'opportunités. Faites un voyage virtuel au pôle Sud cette semaine alors que nous explorons le 5e plus grand continent du monde.

Lundi : Lecture de sciences
A la découverte de l'Antarctique
Saviez-vous que l'Antarctique n'a pas d'établissements humains permanents, mais 12 millions de manchots ? Découvrez-en plus sur le pôle sud de notre planète dans cet article de National Geographic.

- Quelles sortes de plantes poussent en Antarctique ?
- Combien de personnes vivent en Antarctique ? Comment ce nombre évolue-t-il au cours de l'année ?
- Quel est l'impact du tourisme en Antarctique sur l'environnement ?

Mardi : Activité DIY
Glacier de crème glacée
Les glaciers sont constamment en mouvement ! Fabriquez un modèle comestible pour illustrer comment les glaciers façonnent et modifient les terres qui les entourent.

Mercredi : Connexion carrière
Photographier la fonte des glaciers
La glace glaciaire se déplace naturellement et change au fil du temps. Cependant, le changement climatique a fait fondre les glaciers à un rythme alarmant. Découvrez comment les scientifiques utilisent la photographie pour étudier les glaciers sur plusieurs décennies.

Questions à se poser :
- La fonte des glaciers va-t-elle changer les types de plantes et d'animaux qui peuvent vivre en Antarctique ?
- Comment quelque chose d'artistique, comme la photographie, peut-il contribuer à la science ?
- Y a-t-il des glaciers aux États-Unis ? Connaissent-ils des conditions de réchauffement similaires ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer les sons de glace
98% de l'Antarctique est recouvert de calottes glaciaires, généralement d'au moins un kilomètre d'épaisseur ! Les scientifiques échantillonnent parfois de longues carottes de glace pour mesurer l'air ancien piégé dans la glace la plus ancienne, puis les comparent à la qualité de l'air actuelle pour observer les changements au fil du temps.

Les carottes de glace laissent aussi des trous très profonds ! Des scientifiques de l'Antarctique ont récemment laissé tomber un morceau de glace dans l'un de ces trous et enregistré le son unique qu'il a produit. Vous pouvez l'écouter dans cette vidéo !

Quels autres sons la glace peut-elle produire ? Faites vos propres observations sur la glace avec vos oreilles :

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Expérimentez avec la glace et écoutez les sons qu'elle produit. Voici quelques idées :
- Déposez un glaçon dans de l'eau froide ou chaude
- Déposez un glaçon dans une boisson gazeuse
- Congeler une couche de glace dans une plaque à pâtisserie.
- Casser la glace
- Secouez un glaçon dans une tasse, puis ajoutez d'autres glaçons et secouez à nouveau
- Enregistrez vos observations sous forme de nombres, de dessins et/ou de descriptions.

Questions à se poser :
- Quels bruits la glace faisait-elle ?
- La glace réagit-elle différemment à l'eau chaude et froide ?
- Quels autres sons de glace pourriez-vous observer dans la nature ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir un chapeau Sub-Zero
Les saisons en Antarctique sont divisées en été (octobre-mars) et hiver (avril-septembre). Les températures pendant les mois d'hiver peuvent atteindre des minimums de -76°F !

Les scientifiques travaillant en Antarctique ont besoin de vêtements extrêmement chauds pour rester en sécurité pendant qu'ils travaillent. Votre défi est de concevoir un chapeau qui gardera les scientifiques au chaud pendant qu'ils travaillent à l'extérieur pendant l'hiver antarctique. Pendant que vous concevez, gardez ces considérations à l'esprit :

- Quelles parties de la tête le chapeau couvrira-t-il ?
- Quels matériaux utiliseriez-vous ?
- Comment les animaux de l'Antarctique restent-ils au chaud ? Votre conception peut-elle intégrer des stratégies similaires ?
- Comment le chapeau restera-t-il en place dans des vents extrêmes ?

Commencez par faire un croquis de votre conception. Ensuite, construisez un modèle de votre chapeau en utilisant des matériaux de partout dans votre maison. N'oubliez pas de l'essayer !

Questions à se poser :
- Comment votre chapeau gardera-t-il les gens au chaud ?
- Votre design pourrait-il être adapté à d'autres articles, comme des gants ou des chaussettes ?
- Pourriez-vous rendre votre chapeau plus respectueux de l'environnement ? Comment?

Semaine 17 : Planter un potager

Il n'est jamais trop tôt pour commencer à planifier votre jardin d'été. Prenez des graines et plantez-vous avec la science à la maison de cette semaine !

Lundi : Lecture de sciences
Lire un paquet de graines

Une graine contient suffisamment d'énergie pour faire pousser une plante, mais des conditions inappropriées peuvent faire échouer les graines. Apprenez à explorer les informations sur un paquet de graines typique et à utiliser cette compréhension pour cultiver un jardin réussi.

Questions à se poser :
- Pourquoi pensez-vous que la profondeur de plantation est importante ? Qu'en est-il de l'espacement des plantes?
- Quand auriez-vous besoin de planter les graines pour que le persil mûr soit prêt à être récolté en juillet ?
- Quels sont les risques de planter vos graines trop tôt dans la saison ?

Mardi : Activité DIY
Ce dont une graine a besoin

Une graine peut-elle germer dans le noir ? Découvrez ce dont une graine a besoin avec cette activité !


Questions à se poser :
- Que faut-il pour démarrer une ferme? Quels défis auriez-vous à surmonter ?
- Si vous lanciez une ferme, que cultiveriez-vous ?
- Quels sont les avantages de cultiver votre propre nourriture ?


Jeudi : Journal d'observation
Observer les différences de semences

Toutes les graines ne sont pas créées égales. Examinez de plus près l'anatomie de vos fruits préférés en comparant leurs graines.

- Choisissez 3 fruits différents avec des graines apparentes (par exemple, pomme, citron, fenouil, tomate, avocat, courge, haricots verts).
- Ouvrez chaque fruit et séparez la ou les graines.
- Faire des observations sur les différentes graines. Pensez à :
- Taille
- Nombre de graines
- Façonner
-Texture
- Couleur
- La graine est-elle comestible ?
- Enregistrez vos observations sous forme de descriptions, de dessins et/ou de nombres.

Questions à se poser :
- Qu'est-ce qui ressemble aux graines que vous avez choisies ? Qu'est-ce qui est différent?
- Comment la taille de la graine se compare-t-elle à la taille du fruit ?
- Le nombre de graines peut-il vous renseigner sur le fruit ?
- Avez-vous ouvert un fruit qui n'avait pas de pépins ? Comment pensez-vous qu'un fruit sans pépins peut devenir une nouvelle plante ?


Vendredi : Défi de conception
Concevoir une carte de jardin végétarien

Chaque espèce pousse à des rythmes différents et nécessite différentes quantités d'espace, d'eau et de structure. Par conséquent, un potager réussi et productif nécessite une planification et une conception minutieuses !

Pensez à ce que vous pourriez vouloir cultiver cet été et concevez votre propre carte de jardin. Si vous habitez près de Portland, consultez le calendrier utile de la pépinière de Portland indiquant quand planter des plants de légumes et de combien d'espace ils ont besoin.

- Mesurez votre espace de jardin
- Dessinez les dimensions du jardin sur une feuille de papier millimétré
- Divisez le jardin en carrés de 1 pied
- Faites une liste des plantes que vous voulez faire pousser et manger
- Tenez compte de l'espace, de l'eau et de la structure dont chaque plante a besoin pour survivre
- Dessinez sur votre carte où vous prévoyez de planter chaque espèce

Une fois que votre carte de jardin est conçue, il est peut-être temps de commencer à faire pousser vos graines ! Vous pouvez démarrer les graines dans des cartons d'œufs ou d'autres matériaux recyclés à l'intérieur avant de les transplanter dans un jardin extérieur et si vous en avez, partagez des semis supplémentaires avec des amis et des voisins !

Questions à se poser :
- Qu'est-ce qui ressemble aux graines que vous avez choisies ? Qu'est-ce qui est différent?
- Comment la taille de la graine se compare-t-elle à la taille du fruit ?
- Le nombre de graines peut-il vous dire quelque chose sur le fruit ?
- Avez-vous ouvert un fruit qui n'avait pas de pépins ? Comment pensez-vous qu'un fruit sans pépins peut devenir une nouvelle plante ?

Semaine 16 : Cuisson

Votre cuisine abrite de nombreuses réactions chimiques ! Exercez vos compétences scientifiques sur vos produits de boulangerie préférés.

Lundi : Lecture de sciences
La science de la pâtisserie

Lorsque vous cuisinez, le type et la quantité de chaque ingrédient que vous ajoutez sont vraiment importants ! Découvrez certains ingrédients courants, la façon dont ils interagissent avec d'autres ingrédients et comment ils peuvent changer le résultat de votre recette.

Questions à se poser :
- Quels types d'ingrédients avez-vous utilisés lors de la cuisson ?
- Qu'est-ce qui pourrait changer si vous utilisez une farine différente de celle demandée par une recette ?
- Comment savez-vous que des réactions chimiques se produisent dans votre projet de boulangerie ?

Mardi : Activité DIY
Réactions croissantes

Vous êtes-vous déjà interrogé sur la levure chimique et le bicarbonate de soude ? Effectuez quelques tests simples pour découvrir la différence entre ces substances apparemment identiques.

Mercredi : Connexion carrière
Développeurs de recettes

Les développeurs de recettes sont des scientifiques qui créent de délicieuses recettes en connaissant le goût des différents ingrédients, comment ils réagissent les uns avec les autres et quelles combinaisons ne fonctionnent tout simplement pas. Certains développeurs proposent des recettes pour les personnes ayant des problèmes de santé ou de régime alimentaire. D'autres peuvent créer des recettes spécifiques pour les restaurants ou les fabricants de produits alimentaires.

Questions à se poser :
- Avez-vous déjà changé une recette ? Quel a été le résultat?
- Qu'est-ce qu'un test « contrôle » et pourquoi est-il important ?
- Si tu pouvais inventer une recette, à quoi ça servirait ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer un gâteau au micro-ondes

La cuisson n'est pas qu'une question d'ingrédients : vous avez également besoin de chaleur pour déclencher certaines réactions chimiques ! Observez votre propre mini gâteau au micro-ondes pour voir comment la chaleur change tout.

- Prends du papier et de quoi écrire.
- Mesurez ces ingrédients dans une tasse allant au micro-ondes :
- 1/4 tasse de farine tout usage
- 2 cuillères à soupe de cacao en poudre
- 1/4 cc de levure chimique
- 2 cuillères à soupe de sucre
- 1/8 cc de sel
- 5 cuillères à soupe de lait au choix
- 2 cuillères à soupe d'huile végétale
- Toutes les garnitures que vous aimez (pépites de chocolat, noix, pépites, etc.)
- Mélanger les ingrédients avec une fourchette jusqu'à ce que la pâte soit lisse.
- Micro-ondes pendant 1 minute, 50 secondes.
- Faites des observations sur votre gâteau pendant qu'il cuit.

Questions à se poser :
- A quoi ressemblait ton gâteau avant d'aller au micro-ondes ?
- A quoi ressemble ton gâteau à la fin ?
- Comment savez-vous que votre gâteau est cuit ?
- Pourquoi des micro-ondes différentes peuvent-elles produire des résultats différents ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir la recette parfaite
Certaines personnes aiment les biscuits moelleux et moelleux, tandis que d'autres les aiment fins et croustillants. La clé du cookie « parfait » est la science ! Tirez parti de ce que vous avez appris sur la science de la pâtisserie cette semaine et concevez une recette parfaite pour vous.

- Choisissez vous-même ou la recette préférée de biscuits, brownies ou muffins de votre famille.
- Faire un lot selon la recette originale.
- Maintenant, choisissez une chose à changer dans la recette et faites un deuxième lot. Voici quelques idées :
- Utilisez du sucre brun au lieu du sucre blanc.
- Ajouter un oeuf supplémentaire.
- Utilisez de la levure chimique au lieu du bicarbonate de soude, ou vice versa.
- Modifier la température du four ou le temps de cuisson.
- Faites des observations sur la façon dont le produit de boulangerie a changé.

Questions à se poser :
- En quoi les deux recettes sont-elles différentes ? L'un est-il meilleur ou pire ?
- Qu'est-ce que vous pourriez changer d'autre dans la recette ?
- Comment pourriez-vous changer la recette pour la rendre parfaite pour quelqu'un d'autre ?

Semaine 15 : Peur et Phobies

Souhaitez-vous affronter vos peurs ? Cette semaine, nous explorons la science derrière votre peur et vos phobies.

Lundi : Lecture de sciences
Qu'est-ce qu'une phobie ?

Tout le monde éprouve parfois de la peur, mais une peur très forte, ou phobie (FO-bee-euh), est beaucoup moins courante. Apprenez-en plus sur les différents types de phobies, pourquoi les gens peuvent les contracter et comment les traiter dans la lecture scientifique de cette semaine.

Questions à se poser :
- En quoi une phobie est-elle différente d'une peur ?
- De quelles manières une personne peut-elle agir si elle a une phobie ?
- Quel genre de médecin aide les personnes souffrant de phobies ?

Mardi : Activité DIY
Science effrayante

Que se passe-t-il quand vous avez peur ? Explorez les réponses biologiques à la peur en mesurant votre propre réaction !


Veuillez effectuer cette activité à vos risques et périls et demander la permission d'un adulte avant de regarder ou de faire quoi que ce soit d'effrayant ! Assurez-vous de sélectionner des situations sûres au lieu de créer de la peur dans la vraie vie.

Mercredi : Connexion carrière
Étudier de nouveaux traitements contre la phobie

Questions à se poser :
- Quels sont les avantages d'utiliser la réalité virtuelle pour gérer une phobie ?
- Pensez-vous que faire face à une peur en utilisant la réalité virtuelle serait moins effrayant que la situation réelle ?
- Utiliseriez-vous la réalité virtuelle pour traiter une phobie ou une anxiété ?
- Une machine est-elle aussi efficace qu'un médecin humain pour traiter une phobie ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer les réactions de peur

Comment les humains agissent-ils lorsqu'ils ont peur de quelque chose ? Observez et découvrez !

- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Regardez quelques-unes de ces photos, qui montrent des personnes réagissant à quelque chose d'effrayant dans une maison hantée.
- Faites des observations sur la façon dont les gens réagissent, en notant les regards sur les visages, la bouche et la posture des gens.

Questions à se poser :
- Comment ces personnes réagissent-elles à l'expérience de la maison hantée ?
- Pensez-vous que vous réagiriez de la même manière ?
- Pensez-vous que leurs réactions sont le résultat d'une peur ou d'une phobie ?
- En quoi une réaction de phobie peut-elle sembler similaire ou différente ?

Vendredi : Défi de conception
Concevez votre propre thérapie d'exposition en réalité virtuelle (VR)
La thérapie d'exposition expose lentement une personne à ce dont elle a peur, lui permettant éventuellement de surmonter ou d'améliorer sa phobie. Apprenez-en plus sur le processus de thérapie par exposition dans cette vidéo.

Faire face à une phobie peut être une expérience éprouvante pour les nerfs, faisant de la réalité virtuelle un moyen attrayant d'exposer les gens à quelque chose d'effrayant sans risquer la situation réelle. Votre défi consiste à concevoir une expérience de thérapie par exposition à la réalité virtuelle pour vous ou une personne que vous connaissez.

Tenez compte de ces éléments lors de la conception de votre expérience :
- De quoi sera fait le casque VR ?
- Les poignées seront-elles faciles à tenir, même si les mains tremblent ou transpirent ?
- Comment assurerez-vous que la personne se sente en sécurité ?
- À quoi ressemblera votre espace VR ?
- Quel genre de défis suggérerez-vous à la personne de relever ?

Questions à se poser :
- Comment votre expérience de thérapie par exposition à la réalité virtuelle aide-t-elle les gens sans les effrayer davantage ?
- Participeriez-vous à une thérapie d'exposition en réalité virtuelle pour surmonter une peur ?
- Y a-t-il des peurs ou des phobies qui ne pourraient pas être traitées avec la réalité virtuelle ?

Semaine 14 : Trous noirs

Laissez-vous emporter par le sujet scientifique de cette semaine : les trous noirs !

Lundi : Lecture de sciences
Introduction aux trous noirs
Qu'est-ce qu'un trou noir exactement et comment les scientifiques l'étudient-ils ? Apprenez-en plus sur les trous noirs dans l'article scientifique de cette semaine de la NASA.

Questions à se poser :
- Les humains peuvent-ils voir les trous noirs ? Pourquoi ou pourquoi pas?
- Comment les scientifiques trouvent-ils les trous noirs ?
- Comment se forment les trous arrière ?
- Y a-t-il des trous noirs près de la Terre ?

Mardi : Activité DIY
Bol à gravité

La gravité d'un trou noir est si forte que tout ce qui y pénètre ne peut s'échapper ! Construisez votre propre modèle spatial pour voir la gravité et les trous noirs en action.

Mercredi : Connexion carrière
Recherche de trous noirs

Êtes-vous intéressé à étudier un jour les trous noirs ? Peut-être travailleriez-vous aux côtés du Dr Andrea Ghez, l'un des plus grands astrophysiciens et
lauréat du prix Nobel de physique 2020. Ghez et son équipe sont chargés de découvrir un trou noir supermassif au centre de la Voie lactée et de confirmer la théorie de la relativité d'Einstein. Apprenez-en plus sur Ghez et son travail dans cette vidéo.

Questions à se poser :
- De quel type d'équipement pensez-vous avoir besoin pour observer les étoiles entourant les trous noirs ?
- La gravité est une force que les scientifiques utilisent pour décrire le fonctionnement de l'univers. Quelles sont les trois autres forces ?
- Pourquoi pensez-vous qu'il est important d'étudier les trous noirs ?

Jeudi : Journal d'observation
Observer une supernova en attente

Une supernova est l'explosion d'une étoile géante. Les supernovas se produisent lorsque la fusion nucléaire ne peut pas maintenir le noyau de l'étoile contre sa propre gravité, provoquant l'effondrement et l'explosion du noyau !

Janvier est une excellente période de l'année pour sortir et observer l'étoile Super Massive Bételgeuse, qui est une "supernova en attente". Au cours des dernières années, les scientifiques ont remarqué que Bételgeuse agissait étrangement - s'assombrissant, se rétrécissant ET se dilatant. Ce comportement pourrait-il signaler les derniers moments de la vie de cette star ?

Bien que les scientifiques ne sachent pas si la supernova produite par Bételgeuse entraînera un trou noir, ce sont les grandes étoiles comme Bételgeuse qui offrent la possibilité de former un trou noir. Plus nous pouvons observer sur une telle étoile, plus nous pouvons comprendre la formation des trous noirs !

Observation:
- Prenez du papier et de quoi écrire.
- Trouvez Bételgeuse en faisant face au sud et en localisant la Constellation d'Orion (vous pouvez utiliser cette image pour référence).
- Faites des observations de Bételgeuse et enregistrez vos observations sous forme de nombres, de descriptions et/ou de dessins.
- Au cours du mois suivant, prenez le temps d'observer Bételgeuse à la même heure chaque nuit.

Questions à se poser :
- Remarquez-vous des changements de couleur ?
- Remarquez-vous des changements dans la façon dont l'étoile émet de la lumière ? La lumière semble-t-elle clignoter rapidement ou lentement ?
- Remarquez-vous des changements dans la luminosité de l'étoile ? Qu'en est-il de l'espace autour de l'étoile ?

Vendredi : Défi de conception
Concevoir une sonde de trou noir
Imaginez que les scientifiques aient la capacité d'envoyer une sonde - un engin sans pilote utilisé pour la recherche spatiale - au bord d'un trou noir. De quel type d'équipement aurait-il besoin pour étudier efficacement le trou noir ? Comment se déplacerait-il dans cette région ? Comment empêcherait-il d'être tiré dans le trou? Un appareil photo serait-il utile ? Et un enregistreur audio ? Comment les informations collectées seraient-elles renvoyées sur Terre ?

En gardant ces questions à l'esprit, prenez le temps de réfléchir à ce qui, selon vous, serait le plus utile pour étudier de près un trou noir. Lorsque vous êtes prêt, utilisez des matériaux de votre environnement pour concevoir et construire un modèle de votre propre sonde de trou noir.

Matériaux possibles :
- Trombones
- Papier carton
- Enregistrer
- Ciseaux
- Feuille d'aluminium
- Essuie-tout ou tubes de papier toilette
- Brochettes de bois
- Tout ce qui est recyclé

Questions à se poser :
- Comment votre sonde survivrait-elle à l'environnement extrême de l'espace ?
- Quels seraient les coûts associés à la construction d'une sonde comme celle-ci ?
- Comment cette sonde arriverait-elle au trou noir ?
- Est-ce que quelque chose comme cette sonde est actuellement en développement ?


Observation de planification : déterminer les dates où la lune est à moins de 30 degrés de mon objet ? - Astronomie

COMÈTES À VENIR NOTABLES

À des fins de planification, sur cette page, je vais énumérer les comètes entrantes qui devraient devenir modérément brillantes ou autrement notables au cours des deux prochaines années, et que je prévois d'ajouter à mon décompte (si ce n'est déjà fait). Je n'ai pas l'intention que cette liste soit exhaustive, mais je me concentrerai plutôt sur les comètes qui méritent l'attention des observateurs du ciel et d'autres personnes intéressées (y compris, certainement, des étudiants) qui ne seraient normalement pas considérées comme des "astronomes cométaires". de mettre à jour cette page tous les un à deux mois et/ou si nécessaire.

Les comètes "à longue portée" répertoriées à la fin de cette page sont, comme sous-entendu, mentionnées ici principalement à des fins de planification à long terme.

COMETE 6P/d'ARREST (Périhélie 2021 17 septembre)

Après son retour favorable en 2008 (n°435) j'ai complètement raté cette comète lors de son retour défavorable en 2015, bien qu'apparemment certains observateurs de l'hémisphère sud aient réussi à la détecter comme un objet faible. Le retour en 2021 est modérément favorable, similaire à celui de 1982 (n°51) au cours duquel il a atteint près de la 9ème magnitude. La comète reste dans le ciel du soir, avec une déclinaison sud assez élevée (-20 degrés à -30 degrés) tout au long de l'apparition.

COMETE 67P/CHURYUMOV-GERASIMENKO (Périhélie 2021 2 novembre)

Après son retour plutôt médiocre en 2009 (n°444) cette comète est revenue à nouveau, dans des circonstances un peu meilleures mais toujours médiocres, en 2015 (n°577), et a atteint la 12e magnitude. C'était le retour où elle a été visitée et étudiée par la mission Rosetta de l'ESA, et j'en discute en détail dans la présentation de la comète "Ice and Stone 2020""Comet of the Week". La géométrie d'observation pour le retour en 2021 est très favorable, similaire à celle de 1982 (n°53) où elle a atteint la magnitude 9 et j'ai pu la détecter avec des jumelles 10x50 et voir une structure de queue dramatique au télescope. La comète reste bien placée pour l'observation pendant plusieurs mois et est la plus proche de la Terre (0,42 UA) une semaine et demie après le passage au périhélie.

COMETE LEONARD C/2021 A1 (Périhélie 2022 3 janvier)

La première découverte de comète de 2021 a été trouvée exactement un an avant son passage au périhélie, qui a lieu à une distance héliocentrique de 0,615 UA. Il sera visible dans le ciel matinal de l'hémisphère nord au cours des derniers mois de 2021 avant de passer entre la Terre et le soleil le 12 décembre, passant ainsi à 0,23 UA de la Terre. Ensuite, il est visible bas dans le ciel du soir, passant à seulement 0,029 UA de Vénus le 18 décembre, puis reste visible dans le ciel du soir de l'hémisphère sud jusqu'à la fin de janvier 2022 alors qu'il traverse le périhélie et s'éloigne ensuite de la Terre au loin. côté du soleil. Bien que prédire la luminosité d'une comète à longue période soit toujours problématique, il semble raisonnablement concevable que la comète Leonard puisse atteindre une luminosité à l'œil nu pendant sa période précédant le périhélie, d'autant plus qu'il ne s'agit apparemment pas d'un visiteur du nuage d'Oort pour la première fois. . Lorsqu'elle passera près de la Terre, elle apparaîtra à un angle de phase élevé (jusqu'à 160 degrés), et si la comète a une forte teneur en poussière, il y a une possibilité d'une nette amélioration de sa luminosité à cette époque en raison de la diffusion vers l'avant de lumière du soleil.

COMETE 19P/BORRELLY (Périhélie 2022 1er février)

J'ai réussi à observer cette comète lors de tous ses retours récents, y compris le médiocre en 2008 (n°436) et le très défavorable en 2015 (n°585), quand je l'ai vue à quelques reprises comme une très objet faible plus de quatre mois après le périhélie. Le retour de 2022 est le meilleur qu'il aura eu depuis plus de deux décennies, étant un peu similaire à son retour de 1981 (n°43), la première fois que je l'ai observé et au cours duquel il a atteint la 10e magnitude. La comète est profonde dans le ciel du sud (déclinaison au sud de -50 degrés) jusqu'au début de novembre 2021 et devrait devenir visuellement détectable depuis l'hémisphère sud pendant cette période, elle se dirige vers le nord après cela et je m'attends à la ramasser dans le ciel du soir avant la fin de 2021 et pouvoir le suivre jusqu'en avril ou mai 2022.

COMETE 73P/SCHWASSMANN-WACHMANN 3 (Périhélie 2022 25 août)

Nous avons peut-être assisté ou non à l'éclatement de cette comète au cours des deux dernières décennies. Lors de son retour en 1995 (n°202), son noyau s'est divisé en quatre fragments discrets alors que la comète elle-même subissait une explosion dramatique jusqu'à la 5e magnitude. Depuis lors, divers fragments ont été observés lors de la plupart de ses retours, y compris en 2006 (n° 385) lorsqu'il est passé à moins de 0,08 UA de la Terre et j'ai détecté trois comètes "compagnons" discrètes en plus de la principale, et plus de 60 fragments nucléaires ont été détectés. avec de grands télescopes. Même lors de la déclaration la plus récente, en 2017 (no.612), qui s'est déroulée sous une géométrie d'observation médiocre, une comète "compagnon" supplémentaire est apparue qui, pendant un certain temps, était plus brillante que la composante principale. Il a déjà été récupéré en janvier 2021 par le télescope Lowell Discovery en Arizona comme un objet très faible proche de la 23e magnitude, et lorsque le périhélie sera visible dans le ciel du soir occidental, bien que plus favorablement placé pour les observateurs de l'hémisphère sud, il pourrait être autour de la 11ème magnitude à l'époque. Bien que cela soit très incertain, il existe une possibilité d'une forte pluie de météores de cette comète en 2022, certaines prédictions suggérant que cela pourrait se produire fin mai à partir d'un radiant dans le sud-ouest de Bootes.

COMET 81P/WILD 2 (Périhélie 2022 15 décembre)

J'ai observé cette comète à chaque retour qu'elle a fait au cours de ma vie, à commencer par son retour de découverte en 1978 (n° 26), et j'en discute en détail dans l'entrée que j'ai écrite lorsque je l'ai observée dans le cadre du "Compte à rebours" pendant sa retour en 2010 (n°463). Le retour 2022 est modérément favorable, la comète étant dans le ciel du matin à un allongement de 55 degrés au périhélie, puis à l'opposition en juin 2023. La géométrie d'observation est presque identique à celle du retour en 1990 (pas de . 146), quand je l'ai suivi pendant huit mois et qu'il a atteint un pic de luminosité proche de la 12e magnitude.

COMÈTE 12P/PONS-BROOKS (Périhélie 2024 21 avril)

Cette comète "classique" de type Halley (période 70 ans) est revenue pour la dernière fois en 1954, quatre ans avant ma naissance. La géométrie d'observation en 2024 est, malheureusement, plutôt défavorable, car pendant la période précédant le périhélie, la comète reste de l'autre côté du soleil de la Terre et n'est visible que pendant une brève période dans le ciel du nord-ouest après le crépuscule, à un petit allongement (37 degrés à la mi-mars, diminuant à 28 degrés en fin de mois et à 23 degrés au périhélie). Malgré la mauvaise géométrie de visualisation, la comète est intrinsèquement plutôt brillante et devrait atteindre un pic de luminosité proche de la 5ème magnitude. Après le périhélie, la comète se déplace vers le sud et est visible depuis l'hémisphère sud alors qu'elle recule et s'estompe.

MISE À JOUR (28 juin 2020) : La comète Pons-Brooks a été récupérée le 10 juin 2020 – près de quatre ans avant le passage au périhélie – par une équipe d'astronomes dirigée par Matthew Knight utilisant le télescope Lowell Discovery en Arizona (avec des images de confirmation obtenues le 17 juin). La distance héliocentrique de la comète au moment de sa récupération était de 11,93 UA, et elle est apparue comme un objet très faible proche de la 23e magnitude, avec une queue courte indiquant qu'elle est déjà active.

COMÈTE 13P/OLBERS (Périhélie 2024 30 juin)

Cette autre comète "classique" de type Halley (période 68 ans) est revenue pour la dernière fois en 1956, deux ans après la comète ci-dessus et deux ans avant ma naissance. De plus, comme pour la comète ci-dessus, la géométrie d'observation reste relativement médiocre, la comète restant de l'autre côté du soleil par rapport à la Terre, elle est presque identique à la géométrie d'observation de 1956. Elle reste dans l'hémisphère nord le soir ciel pendant toute la période de visibilité optimale, bien qu'avec un faible allongement (chute en dessous de 30 degrés début mai, à un minimum de 25,5 degrés début juin avant de remonter à 30 degrés par périhélie jusqu'à un maximum de 39 degrés en août). Sur la base des luminosités rapportées en 1956, la comète devrait atteindre un pic de luminosité entre la 6e et la 7e magnitude.

Vers la mi-avril, 12P/Pons-Brooks et 13P/Olbers seront situés à environ 15 degrés l'un de l'autre, cette dernière comète étant plus haute (à l'est et au nord) que la précédente.


La comète nouvellement découverte est probablement un visiteur interstellaire

Une comète récemment découverte a excité la communauté astronomique cette semaine car elle semble provenir de l'extérieur du système solaire. L'objet -- désigné C/2019 Q4 (Borisov) -- a été découvert le 30 août 2019 par Gennady Borisov à l'observatoire MARGO à Nauchnij, en Crimée. La confirmation officielle que la comète C/2019 Q4 est une comète interstellaire n'a pas encore été faite, mais si elle est interstellaire, ce ne serait que le deuxième objet de ce type détecté. Le premier, 'Oumuamua, a été observé et confirmé en octobre 2017.

La nouvelle comète, C/2019 Q4, est toujours en rapprochement vers le Soleil, mais elle restera plus loin que l'orbite de Mars et ne s'approchera pas plus près de la Terre qu'environ 300 millions de kilomètres.

Après les détections initiales de la comète, le système Scout, qui est situé au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie, a automatiquement signalé l'objet comme étant potentiellement interstellaire. Davide Farnocchia du Centre d'études des objets géocroiseurs de la NASA au JPL a travaillé avec des astronomes et le Centre de coordination des objets géocroiseurs de l'Agence spatiale européenne à Frascati, en Italie, pour obtenir des observations supplémentaires. Il a ensuite travaillé avec le Minor Planet Center parrainé par la NASA à Cambridge, dans le Massachusetts, pour estimer la trajectoire précise de la comète et déterminer si elle provenait de notre système solaire ou d'ailleurs dans la galaxie.

La comète est actuellement à 260 millions de miles (420 millions de kilomètres) du Soleil et atteindra son point le plus proche, ou périhélie, le 8 décembre 2019, à une distance d'environ 190 millions de miles (300 millions de kilomètres).

"La vitesse actuelle de la comète est élevée, environ 93 000 mph [150 000 km/h], ce qui est bien au-dessus des vitesses typiques des objets en orbite autour du Soleil à cette distance", a déclaré Farnocchia. "La vitesse élevée indique non seulement que l'objet provient probablement de l'extérieur de notre système solaire, mais aussi qu'il partira et retournera dans l'espace interstellaire."

Actuellement sur une trajectoire entrante, la comète C/2019 Q4 se dirige vers le système solaire interne et y entrera le 26 octobre par le haut à un angle d'environ 40 degrés par rapport au plan de l'écliptique. C'est le plan dans lequel la Terre et les planètes tournent autour du Soleil.

C/2019 Q4 a été établi comme étant cométaire en raison de son apparence floue, ce qui indique que l'objet a un corps glacé central qui produit un nuage de poussière et de particules environnant à mesure qu'il s'approche du Soleil et se réchauffe. Son emplacement dans le ciel (vu de la Terre) le place près du Soleil – une zone du ciel qui n'est généralement pas balayée par les grands relevés d'astéroïdes au sol ou par le vaisseau spatial de chasse aux astéroïdes NEOWISE de la NASA.

C/2019 Q4 peut être vu avec des télescopes professionnels pour les mois à venir. "L'objet atteindra un pic de luminosité à la mi-décembre et continuera d'être observable avec des télescopes de taille modérée jusqu'en avril 2020", a déclaré Farnocchia. "Après cela, il ne sera observable qu'avec de plus grands télescopes professionnels jusqu'en octobre 2020."

Les observations effectuées par Karen Meech et son équipe de l'Université d'Hawaï indiquent que le noyau de la comète mesure entre 2 et 16 kilomètres de diamètre. Les astronomes continueront de collecter des observations pour mieux caractériser les propriétés physiques de la comète (taille, rotation, etc.) et continueront également à mieux identifier sa trajectoire.

Le Minor Planet Center est hébergé par le Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics et est un sous-nœud du Planetary Data System Small Bodies Node de la NASA à l'Université du Maryland. Le JPL héberge le Center for Near-Earth Object Studies. Tous sont des projets du programme d'observation des objets géocroiseurs de la NASA et des éléments du bureau de coordination de la défense planétaire de l'agence au sein de la direction des missions scientifiques de la NASA.


Sélectionnez une composition

Si c'est la première fois que vous capturez une image de la voie lactée, alors une simple image directe de la voie lactée est une grande réussite et une étape importante. Mais peu de temps après, image après image de la voie lactée peut devenir un peu ennuyeuse.

C'est là qu'intervient la composition, commencez à faire preuve de créativité avec votre environnement local et pensez à de grands objets que vous pouvez incorporer dans vos images de voie lactée.

J'ai vu des compositions vraiment uniques au fil des ans, des images incorporant de vieux bâtiments abandonnés à la voie lactée qui semble sortir d'un volcan.

Même si c'est un peu plus de travail, une vidéo en accéléré capturant le mouvement de la voie lactée dans le ciel est une autre option.

Expérimentez toujours différentes techniques de prise de vue, qu'il s'agisse d'expositions plus courtes ou plus longues ou d'un angle différent de votre objet au premier plan. Si c'est bien fait, les gens peuvent avoir l'impression d'échelle que la voie lactée a avec le contraste du premier plan.

En dehors de tout ce que j'ai mentionné juste ci-dessus, une autre chose à considérer est de vous rendre à votre «emplacement» pendant la journée. Cela rend les choses tellement plus faciles de choisir un objet à inclure dans votre composition et aussi de mettre en place votre équipement.

Choisir un emplacement à configurer

Trouver un point sombre à configurer pour une image de la voie lactée est beaucoup plus difficile qu'il ne devrait l'être. Cela est dû au fait que la plupart d'entre nous sont entourés par la pollution lumineuse des bâtiments et des lampadaires à proximité.

Si vous le pouvez, je vous recommande de regarder dans les parcs nationaux ou d'État les plus proches pour une configuration photo. Cela vous donne deux avantages principaux, l'un ils ont des points de repère fantastiques pour votre composition, et deux, ils sont généralement loin des lumières vives de la ville.

Vérifiez simplement que tous les parcs ou zones sauvages potentiels sont ouverts pour un accès nocturne.

Objets de premier plan

Les objets de premier plan ajoutent un joli contraste à vos images de la voie lactée. Lorsqu'ils sont effectués efficacement, ils ajoutent une réelle idée de l'ampleur de l'ampleur de la voie lactée.

Ils ajoutent également un peu de caractère et d'unicité à vos images, tout peut être utilisé comme objet de premier plan, vous pouvez être aussi créatif que vous le souhaitez ici.

Mais si vous êtes à court d'idées, les objets éprouvés comme les bâtiments, les vieilles granges, les arbres, les montagnes, les formations rocheuses, les collines de sable et même les lacs ne sont que quelques-uns que vous pouvez utiliser.

Peinture lumineuse au premier plan

Le lightpainting au premier plan est la technique consistant à éclairer un objet spécifique au premier plan avec une source de lumière constante (torche, lumière de smartphone ou flash de flash).

C'est une technique qui peut avoir un effet assez spectaculaire sur votre image finale lorsqu'elle est appliquée efficacement.

Si vous voulez essayer cela pendant l'une de vos prises de vue de la voie lactée, choisissez un objet au premier plan et pendant que l'obturateur de l'appareil photo est ouvert, allumez l'objet au premier plan avec votre torche.

Assurez-vous de déplacer la lumière en continu pendant toute la durée d'exposition. Si vous ne déplacez pas suffisamment la lumière, vous pouvez vous retrouver avec des « points chauds » dans une partie de vos images.


Notes de bas de page

La viabilité de la détection et du suivi de SNe à partir des données d'imagerie SDSS a été démontrée dans des essais pilotes antérieurs. À l'automne 2002, 77 candidats SN ont été détectés dans plusieurs scans SDSS sur la bande 82 39 d'entre eux ont été soumis à une observation spectroscopique ultérieure, résultant en 18 SNe Ia confirmés jusqu'à z 0,4 et 8 SNe d'autres types (Miknaitis et al. 2002). À l'automne 2004, un essai technique pour le levé SDSS-II SN a été effectué sur 20 nuits planifiées sur 1,5 mois, donnant 16 SNe Ia confirmés par spectroscopie, 5 SNe II et 1 SN Ib/c (Sako et al. 2005) .


Observation de planification : déterminer les dates où la lune est à moins de 30 degrés de mon objet ? - Astronomie

Les alignements des planètes intérieures en mouvement rapide peuvent se produire aussi régulièrement que tous les quelques mois environ, tandis que les regroupements des planètes extérieures plus lentes - Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune - se produisent beaucoup moins souvent, mais durent plus longtemps lorsqu'ils le font.

Environ tous les 100 ans environ, six planètes ou plus « s'alignent » et apparaissent ensemble dans une petite zone du ciel. Une conjonction très médiatisée de ce type s'est produite le 5 mai 2000, lorsque la Lune et toutes les planètes à l'exception d'Uranus, Neptune et Pluton (qui était encore une planète à l'époque) se sont alignées à environ 15 degrés du Soleil. De tels rassemblements se sont produits des dizaines de milliers de fois dans le passé, sans aucune conséquence physique observée.

Les étoiles ne sont pas visibles parce qu'elles sont trop faibles. Les astronautes dans leurs combinaisons spatiales blanches semblent assez lumineux, ils doivent donc utiliser des vitesses d'obturation courtes et de grands diaphragmes pour ne pas surexposer les images. Avec ces paramètres de caméra, cependant, les étoiles n'apparaissent pas.

La même chose se produit si vous essayez de prendre une photo de quelqu'un sous un ciel sombre et étoilé. Pour que la personne soit parfaitement exposée, vous devez utiliser un flash ou une autre source de lumière et régler votre appareil photo en conséquence. Lorsque vous faites cela, il n'y a aucun moyen de voir les étoiles en arrière-plan. Pour voir les étoiles, il faut de longues expositions et de grandes ouvertures. Mais avec ces paramètres, le sujet de la photo apparaîtrait sombre et flou.

Les astronautes ont pris de nombreuses photographies des étoiles depuis l'orbite (et beaucoup d'entre elles sont disponibles sur le site Web de la NASA, mais, malheureusement, pas avec des astronautes en sortie dans l'espace au premier plan.

Parce que les étoiles sont si incroyablement éloignées, à nos yeux, elles apparaissent strictement comme des points dans le ciel nocturne. Les irrégularités dans l'atmosphère terrestre font danser la lumière des étoiles, et les changements infimes du chemin emprunté par la lumière des étoiles à travers l'atmosphère entraînent des changements de couleur apparents – l'effet « scintillant » bien connu.

Les planètes, cependant, forment en fait un cercle minuscule mais défini sur le ciel juste assez grand pour contrer l'effet de distorsion de la turbulence. De tels objets étendus ne "scintillent" que lorsque leur lumière traverse de très grandes quantités d'atmosphère, comme lorsqu'ils se trouvent près de l'horizon.

C'est une question délicate, à laquelle les astronomes n'ont pas répondu correctement jusqu'à assez récemment.

Pendant un moment, ils ont pensé que la plus grosse lune était Titan, qui orbite autour de Saturne. Mais une atmosphère profonde surmontée d'un smog orange entoure Titan, de sorte que les scientifiques ne pouvaient pas voir sa surface. Ce n'est que lorsque les vaisseaux spatiaux ont commencé à visiter Titan à courte distance qu'ils ont pu mesurer sa vraie taille et découvrir qu'il n'était que le finaliste. Le prix de la plus grosse lune va à (l'enveloppe, s'il vous plaît) . Ganymède, une lune de Jupiter, d'un diamètre de 3 270 milles (5 262 km), soit environ 70 milles de plus que Titan.

La circonférence de la Terre a été mesurée pour la première fois avec précision il y a plus de 2 000 ans par l'astronome grec Eratosthène, qui vivait à l'époque dans la ville égyptienne d'Alexandrie. Il avait entendu dire que dans la ville voisine de Syène, la lumière du soleil de midi brillait directement au fond de puits profonds le même jour chaque année, indiquant que le Soleil était directement au-dessus de Syène. À Alexandrie, cependant, la lumière du soleil à cette date n'a jamais atteint le fond des puits, mais est plutôt tombée sur les côtés.

Eratosthène a estimé que la différence d'angle de la lumière solaire incidente était due à la courbure de la surface de la Terre, et donc en mesurant cet angle, il a relié la distance entre Alexandrie et Syène à la dimension totale du globe.

Le jour où le Soleil a brillé au fond des puits de Syène, Ératosthène a mesuré la position du Soleil dans le ciel d'Alexandrie. Il était à sept degrés du zénith, ce qui signifie que Syène doit être à sept degrés d'Alexandrie, mesurée sur le cercle qui est la circonférence de la Terre. Parce que sept degrés représentent environ un 50ème d'un cercle complet (360 degrés), Eratosthène a simplement multiplié la distance d'Alexandrie à Syène - qui aurait été d'environ 515 miles (830 km) - par 50. Il a calculé la circonférence de la Terre à 26 000 miles (42 000 km), à seulement cinq pour cent de la valeur acceptée moderne de 24 901 milles (40 074 km).

Les étoiles ne sont pas visibles pendant les heures ensoleillées de la journée parce que les propriétés de diffusion de la lumière de notre atmosphère diffusent la lumière du soleil dans le ciel. Voir la faible lumière d'une étoile lointaine dans la couverture de photons de notre Soleil devient aussi difficile que de repérer un seul flocon de neige dans un blizzard.

La vérité derrière la disparition des dinosaures n'est peut-être jamais entièrement résolue, mais un nombre croissant de preuves a convaincu de nombreux scientifiques qu'au moins l'un des coupables était un astéroïde de sept milles de large qui a frappé la Terre il y a 65 millions d'années près de ce qui est maintenant la péninsule du Yucatan. Explosant à l'impact, la roche monstre a produit un cratère de plus de 180 milles de large, des tsunamis noyant le continent et des vents bien plus puissants que n'importe quel ouragan. De plus, la poussière soulevée par l'explosion aurait complètement assombri le ciel diurne pendant des mois, dévastant la vie végétale et animale à travers le monde.

Le principal élément de preuve à l'appui de la théorie est une fine couche d'argile riche en iridium vieille de 65 millions d'années trouvée dans des dizaines d'endroits à travers le monde. (L'iridium est extrêmement rare sur Terre, mais commun dans les météorites.) De plus, d'autres échantillons de roche de cette époque indiquent une exposition à une chaleur et une pression extrêmes, comme cela se produirait lors d'un impact d'astéroïde - et il y a cet énorme 65 millions d'années- ancien cratère au Mexique.

Pourtant, l'argument est loin d'être clos. De nombreux paléontologues soulignent que les dinosaures - et de nombreuses autres formes de vie - étaient déjà en train de disparaître avant les extinctions massives il y a 65 millions d'années. Les températures mondiales et le niveau de la mer baissent depuis des millions d'années. La plus grande vie animale de l'époque a dû en ressentir les effets. Les couches rocheuses de cette époque montrent également des preuves d'une activité volcanique étendue, ce qui pourrait expliquer un nuage de poussière mortel dans le monde entier ainsi que les niveaux élevés d'iridium.

Nous ne saurons peut-être jamais ce qui a vraiment tué les dinosaures, mais la recherche sur la possibilité qu'un astéroïde ait causé un "événement d'extinction" aussi important nous a au moins ouvert les yeux sur la menace réelle d'un tel impact - et cela nous met sur les dinosaures.

Pour commencer, la Terre tourne sur son axe au rythme habituel d'une révolution par jour. Pour ceux d'entre nous qui vivent aux latitudes moyennes de la Terre - y compris les États-Unis, l'Europe et le Japon - le taux est de près de mille milles à l'heure. Le taux est plus élevé à l'équateur et plus faible aux pôles. En plus de cette rotation quotidienne, la Terre orbite autour du Soleil à une vitesse moyenne de 67 000 mph, soit 18,5 miles par seconde.

Cela semble peut-être un peu lent – ​​après tout, Mars Pathfinder s'est rendu sur Mars à près de 75 000 milles à l'heure. Bouclez vos ceintures, les amis. Le Soleil, la Terre et l'ensemble du système solaire sont également en mouvement, en orbite autour du centre de la Voie lactée à une vitesse fulgurante de 140 miles par seconde. Même à cette grande vitesse, cependant, notre voisinage planétaire prend encore environ 200 millions d'années pour faire une orbite complète - un témoignage de la grande taille de notre galaxie d'origine.

Encore étourdi ? Eh bien, tiens bon. La Voie lactée elle-même se déplace à travers l'immensité de l'espace intergalactique. Notre galaxie appartient à un amas de galaxies proches, le Groupe Local, et ensemble nous nous dirigeons vers le centre de notre amas à une vitesse tranquille de 25 miles par seconde.

Si tout cela ne suffit pas pour vous faire sentir que vous méritez une contravention pour excès de vitesse intergalactique, considérez que nous, avec nos cousins ​​du groupe local, dévalons à une vitesse vraiment étonnante de 375 milles à la seconde vers l'amas de la Vierge, une énorme collection de galaxies distantes d'environ 45 millions d'années-lumière.

Presque tous les meilleurs observatoires au sol du monde sont situés sur des montagnes, pour diverses raisons. Tout d'abord, la lumière des étoiles apparaît moins déformée dans l'atmosphère mince au sommet des montagnes. (Les télescopes spatiaux tels que le télescope spatial Hubble et Spitzer contournent les effets perturbateurs de l'atmosphère en survolant celle-ci.)

À haute altitude, il y a moins d'atmosphère pour absorber l'énergie infrarouge, ce qui révèle des détails sur certains des objets les plus froids de l'univers, tels que les nuages ​​​​de gaz et de poussière et les disques de poussière qui donnent naissance aux planètes.

Les sommets des montagnes offrent également une vue imprenable sur l'horizon dans toutes les directions. Enfin, la plupart des villes et villages - avec la pollution lumineuse qui l'accompagne - sont situées dans des vallées et des plaines, de sorte que les sommets reculés des montagnes sont parmi les derniers endroits sur Terre à trouver le ciel sombre si recherché par les astronomes.

Pas grand-chose au cours de notre vie - peut-être 1 sur 10 000 - mais sur des milliers ou des millions d'années, des impacts majeurs deviennent assez probables. D'anciens cratères à la surface de la Terre prouvent que de gros objets ont frappé la Terre dans le passé, et il n'y a aucune raison de penser que cela ne continuera pas à l'avenir.

Le risque d'impact dépend de la taille de l'objet : plus la comète ou l'astéroïde est gros, plus le risque est petit, car il y a beaucoup plus de petits objets que de gros. Des tonnes de débris, dont la plupart en morceaux plus petits que des grains de sable, frappent l'atmosphère terrestre et brûlent chaque jour. Ce sont les "étoiles filantes" communément observées la nuit. Certains rochers plus gros survivent à leur descente ardente à la surface, vous pouvez voir certaines de ces "météorites" exposées dans les musées. Les objets vraiment dangereux, ceux assez gros pour provoquer une catastrophe régionale ou mondiale lorsqu'ils frappent, peuvent apparaître une fois tous les quelques centaines de milliers d'années. Par conséquent, la probabilité qu'un tel objet nous frappe au cours d'une année donnée est d'environ 1 sur 300 000 - rien pour perdre le sommeil.

De nombreux scientifiques pensent qu'un astéroïde extrêmement gros (environ six miles de diamètre) a frappé la Terre il y a 65 millions d'années près de l'actuelle péninsule du Yucatan au Mexique. L'impact a provoqué des conditions catastrophiques sur toute la planète, y compris d'épais nuages ​​de poussière et de cendres qui ont fait chuter les températures mondiales, provoquant l'extinction des dinosaures et une grande partie du reste de la vie sur Terre.

Le chemin que la Terre suit dans son orbite autour du Soleil est jonché de débris incalculables. Contrairement aux dinosaures, nous avons les moyens de trouver les plus gros de ces "objets géocroiseurs" (NEO) et de calculer leurs orbites, pour voir s'ils pourraient un jour s'approcher de nous. Actuellement, plusieurs télescopes différents scannent régulièrement et automatiquement le ciel pour eux.

Les fameuses aurores boréales et australes - Aurora Borealis et Aurora Australis pour les amoureux du latin parmi nous - sont causées par des particules de haute énergie du Soleil qui tombent en cascade sur Terre. En approchant de notre planète, ils interagissent avec le champ magnétique terrestre, qui les canalise vers les pôles magnétiques nord et sud.

Là, elles sont accélérées vers le bas, et à des altitudes allant de 90 à 700 km (50 à 450 miles), les particules entrent en collision avec des atomes de notre haute atmosphère, un processus qui se traduit par un champ incandescent de gaz excité. Ces nappes de lumière peuvent prendre de nombreuses couleurs magnifiques et persistent souvent pendant des heures, dansant gracieusement dans le ciel polaire.

La Terre n'est pas la seule planète à avoir connu des aurores. Les images récentes de la sonde Galileo, en orbite autour de Jupiter, montrent clairement des aurores massives plusieurs fois la taille de la Terre se déroulant haut dans l'atmosphère jovienne. Alors que nous étudions nos planètes de plus en plus en détail, il est presque certain que des scènes aussi spectaculaires et étrangement belles seront découvertes.

Les astronomes ont développé plusieurs techniques pour mesurer indirectement les vastes distances entre la Terre et les étoiles et les galaxies. Dans de nombreux cas, ces méthodes sont mathématiquement complexes et impliquent une modélisation informatique poussée.

La parallaxe est l'effet visuel produit lorsque, lorsqu'un observateur se déplace, des objets proches semblent changer de position par rapport à des objets plus éloignés. Cet événement courant se reproduit facilement, tenez votre doigt à bout de bras et regardez d'abord le bout de votre doigt avec un œil fermé, puis l'autre. Le « mouvement » de votre doigt vu sur des objets d'arrière-plan est causé par le changement de votre position de visualisation - environ trois pouces d'un œil à l'autre.

Alors que la Terre tourne autour du Soleil, les astronomes invoquent ce même principe pour déterminer la distance aux étoiles proches. Tout comme le bout de votre doigt, les étoiles les plus proches de nous changent de position par rapport aux étoiles plus éloignées, qui semblent fixes. En mesurant soigneusement l'angle sous lequel les étoiles semblent se déplacer au cours de l'année et en sachant jusqu'où la Terre s'est déplacée, les astronomes sont en mesure d'utiliser la géométrie de base du lycée pour calculer la distance de l'étoile.

La parallaxe sert de premier "pouce" sur l'étalon avec lequel les astronomes mesurent des distances à des objets qui sont encore plus loin.

Par exemple, ils utilisent une classe de variables connues sous le nom de Céphéides, qui entrent et sortent comme des cœurs qui battent. Il existe une relation directe entre la longueur de la pulsation d'une Céphéide et sa véritable luminosité. Mesurer la luminosité apparente d'une céphéide - à quel point elle est lumineuse depuis la Terre - permet aux astronomes de calculer sa véritable luminosité, qui à son tour révèle sa distance. Pour que cette technique fonctionne correctement, cependant, les astronomes doivent d'abord utiliser la méthode de la parallaxe pour obtenir les distances de certaines des Céphéides les plus proches. Cela leur permet de calibrer la véritable luminosité d'une Céphéide, qui peut ensuite être utilisée pour calculer sa distance. Les céphéides sont des étoiles particulièrement brillantes, elles sont donc visibles dans des galaxies situées à des dizaines de millions d'années-lumière.

Pour les galaxies plus éloignées, les astronomes s'appuient sur les étoiles explosives connues sous le nom de supernovae. Comme les Céphéides, la vitesse à laquelle une certaine classe de supernovae s'éclaircit et s'estompe révèle leur véritable luminosité, qui peut ensuite être utilisée pour calculer leur distance. Mais cette technique nécessite également une bonne calibration en utilisant la parallaxe et les céphéides. Sans connaître les distances précises à quelques supernovae, il n'y a aucun moyen de déterminer leur luminosité absolue, donc la technique ne fonctionnerait pas.

Peut-être qu'une meilleure question serait pourquoi la Terre n'est-elle pas couverte de cratères ? La Terre et la Lune - et les autres planètes intérieures - ont été fortement bombardées par des météores et des comètes pendant les jours tumultueux du système solaire primitif. Mercure et notre Lune portent encore les cicatrices du terrible martèlement, tandis que la Terre, Vénus et Mars montrent peu de signes de dommages.

Les surfaces relativement exemptes de cratères de la Terre, de Vénus et de Mars peuvent s'expliquer par l'existence sur ces trois mondes de puissants mécanismes de changement de surface, à savoir la tectonique des plaques (Terre), les effets d'érosion du vent et de l'eau (Terre et Mars), et une activité volcanique étendue (les trois). Ces forces ont contribué à lisser les paysages cratérisés.

Alors que la Lune est connue pour avoir été assez active sur le plan volcanique - de grandes coulées de lave ont produit les "mers" sombres à la surface - elle s'est calmée depuis longtemps, et l'atmosphère extraordinairement ténue de la Lune est incapable de produire des effets d'érosion. La plupart des cratères que nous voyons maintenant sur la Lune restent presque exactement tels qu'ils ont dû apparaître il y a des centaines de millions d'années.

L'« illusion de la Lune », dans laquelle la Lune apparaît plus grande que la normale lorsqu'elle est proche de l'horizon, n'est pas le résultat d'un grossissement par l'atmosphère ou d'un changement de distance Terre-Lune. Au lieu de cela, la réponse est, comme pourrait le dire Einstein, tout à fait relative.

La plupart du temps, nous voyons la Lune haut dans le ciel parmi des milliers d'étoiles. Nous développons notre perception de la "grande" de la Lune en la comparant au vaste panorama de l'espace extra-atmosphérique.

Cependant, lorsque la Lune est nichée le long de l'horizon, nous la voyons entourée d'un premier plan d'objets familiers liés à la Terre - arbres, bâtiments ou points de repère lointains. En comparaison avec ces caractéristiques quotidiennes, le disque lumineux de la pleine Lune apparaît en effet assez grand, et par rapport à notre sens « normal » de la taille de la Lune, beaucoup plus grand que ce à quoi nous nous attendions.

Selon la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein, il est possible dans les zones de gravité intensément forte de créer des "trous de ver" qui relient deux points largement séparés dans l'espace ou le temps (ou les deux).

Malheureusement, la gravité intense nécessaire pour produire un tel effet - comme celui d'un trou noir - effondrerait le trou de ver avant qu'il ne puisse être utilisé pour un vrai voyageur. De plus, alors qu'il existe de nombreuses preuves de l'existence de trous noirs, il n'y a aucune observation de trou de ver suspecté.

Bien que toutes les planètes ne tournent pas sur leurs axes individuels dans la même direction – Uranus et Vénus tournent toutes deux à l'opposé des six autres planètes – les planètes sont d'accord sur la direction à prendre. Le mouvement partagé est un artefact de la formation du système solaire à partir d'un nuage de gaz en rotation géant il y a 4,5 milliards d'années.

Quant au spin inversé, ou rétrograde, d'Uranus et de Vénus, les scientifiques sont divisés quant à la cause. La plupart souscrivent à la théorie selon laquelle au début de leur histoire, ces mondes ont été soumis à des collisions massives avec des objets de taille planétaire, si puissants qu'ils ont inversé le sens de rotation d'origine de la planète - et dans le cas d'Uranus, l'ont renversé presque complètement sur le côté.

Bien qu'aucun lien direct entre les taches solaires et les événements terrestres, tels que les marchés boursiers volatils, n'ait jamais été trouvé, les extrêmes de l'activité des taches solaires ont été corrélés dans certains cas avec les changements climatiques sur Terre. Par exemple, le "minimum de Maunder", une période de nombre de taches solaires exceptionnellement bas au 16ème siècle, coïncide avec une période de températures exceptionnellement basses dans le monde - le soi-disant "Petit âge glaciaire".

Un cas plus direct peut cependant être avancé pour les éruptions solaires, qui provoquent souvent pas mal de troubles terrestres. Ces brèves et intenses explosions de particules de haute énergie et de rayonnement solaire ont été responsables à plusieurs reprises de griller les circuits de satellites artificiels, de perturber les émissions de radio et de télévision et de couper tout le réseau électrique du Québec. En raison de leur proximité avec le pôle magnétique nord, qui guide les flux de particules vers la Terre au-dessus de l'Arctique, le Canada et les États-Unis se trouvent particulièrement sensibles aux perturbations dues aux éruptions solaires. Les éruptions déclenchent également des aurores plus brillantes et plus étendues qui peuvent être visibles depuis le sud des États-Unis. Des efforts considérables ont été consacrés à la prévision et à la détection de ces événements.

Pour la personne dans la rue, cependant, les éruptions solaires et les taches solaires ont généralement peu d'impact. Ce n'est que le flare rare et extrêmement important qui provoque des perturbations électroniques importantes.

L'espace est en effet courbe -- en quatre dimensions. Beaucoup de gens pensent que la quatrième dimension est simplement le temps, et pour certaines équations astronomiques, c'est le cas. Einstein a utilisé le temps comme quatrième dimension pour décrire un système de coordonnées appelé espace-temps. C'est la scène sur laquelle les planètes, les étoiles, les galaxies - toute la matière de l'univers - jouent leur rôle gravitationnel. Dans les théories de la relativité d'Einstein, le temps nous aide à comprendre l'expérience tridimensionnelle de la gravité.

Mais le temps n'est pas une vraie dimension spatiale comme les trois que nous connaissons. Contrairement à la largeur, la longueur et la hauteur, nous ne connaissons que le temps pour aller dans une direction : du passé au présent au futur. De cette façon, le temps sert simplement de critère pour nos expériences personnelles et nos lois de la physique. Certaines équations théoriques incorporent de nombreuses autres "dimensions" - vitesse, température ou densité, par exemple.

Pour vous aider à imaginer l'espace incurvé en quatre dimensions, visitez Flatland, un monde bidimensionnel rempli d'êtres carrés, triangulaires et circulaires. Si cela vous aide, dessinez Flatland et ses habitants sur une feuille de papier et placez-la à plat sur une table devant vous.

Les lois de l'espace 2D telles que comprises par les êtres 2D empêcheraient la lumière (et tout le reste) de monter et de descendre en fait, il n'y aurait ni haut ni bas. Donc, en tant qu'être tridimensionnel, vos actions violeraient les lois de la physique des Flatlanders. Placez vos doigts sur Flatland - vous leur apparaissez dans de nombreux endroits à la fois. Dites "Bonjour" à Flatland - votre voix est également omniprésente. Et tandis que les Flatlanders ne peuvent pas voir au-delà des limites de leur monde, pour vous, ils ne sont rien de plus que des formes géométriques creuses.

Quel que soit le nombre de dimensions qui décrivent un espace, la courbure de cet espace, par définition, implique l'existence d'au moins une autre. En d'autres termes, une dimension supplémentaire doit exister dans laquelle les autres dimensions peuvent être incurvées. Vous pouvez courber Flatland dans votre réalité tridimensionnelle en roulant le morceau de papier dans un tube, en le pliant dans un avion en papier ou simplement en le froissant en une liasse. Cela ne serait pas immédiatement apparent pour les Flatlanders, car la lumière se déplace toujours en ligne droite dans leur espace 2D. Ils pourraient cependant rencontrer des phénomènes intéressants - les résidents triangulaires pourraient constater que leurs angles intérieurs ne totalisent plus 180 degrés, et des lignes parallèles pourraient commencer à se croiser partout.

Si un être 4D décide de « froisser » notre espace 3D, comme les Flatlanders, vous ne remarquerez rien non plus tout de suite. Vous remarquerez peut-être des phénomènes inhabituels, comme marcher jusqu'à votre boîte aux lettres et vous retrouver en Mongolie. Les scientifiques pensent, cependant, que notre espace est légèrement incurvé - plus comme une boule qu'une liasse de papier - et donc les effets ne sont perceptibles qu'à des échelles cosmologiques. En tant qu'êtres 3D, nous ne faisons l'expérience que de la "surface" de la balle 4D, tout comme les Flatlanders ne font l'expérience que de deux dimensions de leur espace que vous pouvez courber en trois dimensions.


Voir la vidéo: Outil dobservation, journal de bord (Décembre 2022).